Devotion [Maîtres/Soumis]

Bienvenue à Meridell, Cité où règne la loi du plus fort… Serez-vous soumis à votre condition ? Profiterez-vous de votre position de Maître ? Très bon jeu sur notre forum !!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mer 3 Mar - 19:07

C'est avec un certain soulagement qu'Alcibiade quitta la boutique. Pas que l'endroit lui ait déplut, que du contraire, cette pièce remplie d'esclaves humaines était très intéressant, mais le démon avait les nerfs à fleur de peau à force de rester en présence de cette personne, la vendeuse, qui, à la plus grande incompréhension du démon, semblait pourtant totalement inoffensive.

Il était donc sorti, sa nouvelle esclave sous le bras, et s'avançait fièrement en direction de la chaise à porteurs, qui l'attendait patiemment en compagnie de ses laquais, qui, eux, auraient bien profité de la chance pour faire feu des deux fuseaux [NDJ : Merci Brassens]. Mais bon... Allez savoir pourquoi, mais notre gai luron semblait s'y attendre, et avait pris le soin de les attacher, et pour qu'ils ne se fassent pas la malle avec son véhicule humano-mobile, il l'avait lui aussi attaché.

Quand je dis qu'il sortait de la boutique avec son esclave sous le bras, ce n'était pas vraiment le cas, en fait. En effet, son instinct lui avait dicté de ne point le faire, et ce dans le simple but de ne pas s'attirer les foudres de la boutiquière, qui semblait pouvoir faire des dégâts lors que de mauvais poil. Étrangement, il craignait cette personne, alors que dans son esprit, il avait la conviction de ne craindre personne. Bref, je m'égare, et si je continue dans cette voie, j'en ai pour longtemps. Il la tenait donc fermement par le bras, pour bien montrer à tout le monde qu'il s'était offert une humaine. Car il s'inquiétait grandement de l'image que se faisait le quidam de sa personne.

Pour en revenir à nos laquais-moutons, qui jetaient des regards noirs à Alcibiade et inquiets sur la nouvelle arrivante, c'est avec autant de mécontentement que des travailleurs de Carrefour-Belgique qu'ils reprirent, contraints et forcés, leur tâche tant haïe. Et avec un peu plus de difficultés, d'ailleurs. Car en effet, le démon avait pris la peine de re-ranger le leste de plomb dans le fond de la voiture, ce qui faisait que les porteurs devaient porter le même surpoids qu'à l'aller, mais en plus, bien qu'elle fut loin d'être replète, ils devaient tout de même transporter une passagère de plus.

Il ne s'en fallut que de quelques minutes aux voyageurs pour arriver au domaine d'Aitrantoy. Une fois les grandes grilles hérissées de pointes acérées dépassées – qui se refermèrent ensuite en grinçant –, les porteurs se dirigèrent vers le bâtiment principal, le manoir qui se dressait fièrement devant eux, de l'autre côté d'un somptueux jardin à la française, qu'ils traversèrent d'un pas sensiblement plus lent qu'au sortir de la boutique. Sans doute les porteurs commençaient-ils à ressentir une certaine fatigue? Toujours est-il que les injonctions du démon ne changèrent quoi que ce soit...
    *Il va falloir que je les rééduque quelque peu. Il y a beaucoup de laisser aller parmi mes domestiques*
Á peine arrivait-il au terme de cette pensée que la chaise fut stoppée devant la porte d'entrée, au pied des escaliers, et la porte fut ouverte. Quittant la forte promiscuité qui régnait à l'intérieur du véhicule, il se dirigea vers les soubrettes qui se trouvaient de chaque côté de la porte, qui l'accueillirent plus ou moins chaleureusement.
    "Bienvenue chez vous, Maître"
Alors qu'il venait de passer le pas de la porte, le démon se retourna pour constater que sa nouvelle humaine ne le suivait pas. Elle était toujours assise de la chaise à porteurs, et regardait Alcibiade, comme si elle attendait son autorisation avant de bouger.
    "Eh bien quoi? Tu comptes passer la nuit là-dedans?"
Bien qu'en fait, la nuit n'était pas sur le point de tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mar 9 Mar - 22:05

Ce fut avec un certain appétit que Lia revit les rayons du soleil, décidément elle avait passé suffisamment de temps dans cette cage et son sang bouillonnait à l'idée de reprendre vie. Mais il fallait avouer que le charmant démon à son bras était... Poignant. Il l'avait saisie par le bras et malgré sa résistance inhumaine, elle sentait une sorte de douleur. Au final elle l'avait deviné, son nouveau maitre n'était pas des plus tendre et doux, mais ne vendons pas son âme avant de la connaitre, peut-être était-il sensible... ou non peut-être pas. Mais allons, même un grand démon ne peut être 100% méchant si ? Mais Lia dû bien admettre que même avec beaucoup d'effort elle ne voyait pas beaucoup de délicatesse dans le personnage. Tant pis, elle ferait avec.

Ils s'arrêtèrent face à quelques esclaves attachés à une sorte de voiture sans roue elle même attachée au magasin. Les regards que ceux ci jetaient au Maitre étaient loin d'être révérencieux et plein de loyauté, ils se seraient carapatés en moins de deux s'ils en avaient eut l'occasion. A cet instant, Lia cria de nouveau en son fort intérieur, la loyauté était vraiment quelque chose qu'elle aimait par dessus tout, qui lui manquait et voir ainsi ces regards lui donnait de vives notions de vengeances. Mais cela n'était guerre apparent, seul un petit tressaillement parcourut son corps sans réelle expression. Elle fut néanmoins surprise d'être invitée à bord de la voiture portée, vue le portrait brossé, elle s'attendait plutôt à être enchainée au véhicule et à devoir déambuler à coté... Elle eut une mine vaguement surprise mais ne demanda pas son reste et grimpa dans le véhicule en évitant soigneusement de tenir compte des porteurs, des gens peu loyaux n'étant pas de son intéret.

Elle fit attention à ne prendre que peu de place dans la voiture, enfin, le moins de place possible que lui permettait son apparence humaine. Elle regardait parfois le démon, guettant la disparition de la dureté de son visage mais pour le moment, elle n'y voyait rien, ce qu'elle savait en revanche, c'est que si ses domestiques étaient déloyaux, lui il n'était pas vraiment des plus serviables, les ordres allaient bon train malgré la peine évidente des tracteurs. Quand le cortège se stoppa la première fois, aux grilles, Lia n'en fut que soulagée, il était vrai que seules quelques minutes étaient passées mais l'agressivité du démon était palpable et Lia s'autorisa à détourner la tête pour apercevoir les jardins.

* Merveilleux... Pourquoi n'en avions nous pas à Nirnes ? C'est vraiment magnifique*

Et avant qu'elle n'ai pu plus s'émerveiller devant la vaste étendue verte, le carrosse s'arrêta définitivement. Lia regarda à nouveau son maitre qui descendait majestueusement de la voiture et esquissa un mouvement pour le suivre mais la vue des jeunes - enfin, plus ou moins jeunes - filles qui l'accueillaient elle se ravisa. Elles étaient toutes habillées pareilles, des soubrettes, Lia ne ut s'empêcher d' espérer qu'il ne lui ferait jamais porter chose pareille. Elles l'accueillaient pourtant, sagement à la porte, le laissant entrer dans son manoir et Lia, là, derrière, ne savait trop ce qu'elle devait faire. C'était étrange, il avait enchainé les porteurs à la boutique et elle, il lui tournait le dos, sans chercher à la maitriser... hum... elle pourrait pourtant prendre ses jambes à son coups et partir se cacher dans un bosquet, lui ferait-il un minimum confiance ? Cette pensée la ravie, mais pas autant que quand son maitre, se retournant vers elle, lui demanda implicitement de le suivre. Si elle avait su sourire elle l'aurait fait, mais elle se contenta de se lever vivement et sauter hors du véhicule pour courir vers lui, ses jambes d'apparence si faible, ne fléchissant pourtant pas. Elle se plaça juste derrière lui avant de regarder à nouveau les servantes. Non, décidément, elle n'aimait pas ce costume, non pas qu'il ne soit pas charmant, tout est relatif, mais elle n'aimait ni les couleurs, ni la forme, ou peut-être était-ce la mine peu aimable de certaines qui la refroidissait ? Allez savoir.

Le Hall était grand à ses yeux, moins que ses appartements à Nirnes mais ravissant pour un manoir. Ses yeux ne savaient rester fixes, elle ne savait où les poser tant il y avait à voir et tant elle aurait aimer passer du temps à tout découvrir. Mais un tel festin n'était peut-être pas permis, et elle espérait un ordre, une injonction qui lui ferait détourner le regard. Elle se contenta de saluer poliment les soubrettes à l'entrée, inclinant la tête et légèrement le haut du corps, rien de très respectable, mais quand on ne parle pas, il faut bien savoir être polie autrement, et malgré leur mine renfrognée, ces servantes semblaient un minimum attachées à leur maitre (au moins par la peur), loyales, donc convenaient à la jeune démone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Lun 22 Mar - 16:03

Était-ce un sentiment de liberté? Une impression de retour à l'indépendance? Toujours est-il que Lia, lors qu'elle passa le pas de la porte de la boutique, semblait rayonner. Alors que le démon défaisait les amarres de son moyen de transport, il put constater que son humaine jetait un regard vers les porteurs. Sans qu'il puisse se l'expliquer, il constata qu'elle ne les portait pas dans son cœur. Durant le trajet, le démon eût également l'occasion de voir changer les expressions de son acquisition. Tantôt surprise, tantôt gênée, tantôt émerveillée. Et c'est en traversant les jardins que cette dernière expression fit son apparition, juste avant que les porteurs ne s'arrêtent au pied des escaliers.

Une fois qu'elle se fut décidée à quitter le véhicule, il ne fallut que quelques secondes à Lia pour rejoindre son maître au sommet des escaliers, une lueur de gaité caressant son visage. Alcibiade se retourna derechef et s'engouffra dans le hall d'entrée par la porte béante. Devant eux se dressait un imposant escalier de marbre... dont une marche était cassée (Cf Tintin - Les Bijoux de la Castafiore). Ce détail eut pour effet de l'énerver. En effet, cela faisait trois jours qu'il avait dit à Nestor, le majordome, de prévenir le marbrier afin qu'il vienne réparer cette marche. Fulminant, Alcibiade finit par continuer son chemin, laissant le pauvre Nestor dans son embarras, car d'après lui, c'est le marbrier qui croule sous les demandes, et qui ne parvient plus à suivre les chantiers. (Moi? Tintinophile? Noooonnnn... O.o)

Le démon dépassa les escaliers sans les prendre, du moins pas vers le haut. Il ouvrit une porte en dessous, et fit descendre son humaine directement dans la cave. Bien qu'il ait eu une idée derrière la tête quelques minutes auparavant, la réprimande de Nestor l'avait totalement faite disparaitre, mise à part le fait que ça se passait dans la cave.

Avançant dans le couloir de pierres humides éclairé d'une foultitude de torches, leurs ombres dansaient autour d'eux, comme des shaman anthropophages autour d'un sacrifice humain. Au fur et à mesure, Alcibiade guidait l'humaine dans un dédale de couloirs, tous plus glauques les uns que les autres. Ils finirent par arriver dans une pièce plus ou moins vide, où se trouvaient seulement, aussi étrange que puisse sembler cette association, un lit, des outils, un feu ouvert, et quelques accessoires.

Il fit s'assoir la jeune femme sur la seule chaise de la pièce, et disparu dans le couloir, tentant de retrouver ce qu'il avait l'intention de faire quelques minutes auparavant. Lors qu'il réapparut dans la pièce, il transportait un genre de collier, certes assez discret, fort présentable, mais portant ostensiblement les armoiries de la famille d'Aitrantoy. De plus, le fermoir semblait assez particulier. En effet, aucune attache conventionnelle n'était visible, pas plus qu'une serrure ou une clef. Il s'agissait en fait d'un système quasiment inviolable de reconnaissance de propriété. Alcibiade avait retrouvé le fil de des idées.

Ce collier, fabriqué dans un alliage spécial, inventé spécialement à la demande d'Alcibiade - par un ingénieur dont on a perdu la trace aujourd'hui (sans doute est-il devenu un contrat pour Kyo-Shin Ygaami?) - se ferme par télékinésie. Mais comme dans ce cas, il pourrait également s'ouvrir grâce au même pouvoir, le démon utilisait quelque chose d'autre pour sécuriser un peu plus sa marque, il utilisait sa force démesurée pour complètement détruire le mécanisme à l'intérieur, qu'on ne puisse plus jamais l'ouvrir.

Ce collier, se trouvait donc maintenant dans les mains du démon, devant l'humaine qui allait dorénavant le porter. Une médaille dorée, attachée à une fine chainette double, composée d'un alliage très résistant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mer 24 Mar - 2:12

Lia suivit son nouveau maitre en silence, silence qui soudain fut rompu par une crise de colère. La jeune femme ne put réprimer un sursaut de surprise, son attention jusqu'à présent tiraillée entre plusieurs sources de curiosité fut recanalisée sur le pauvre majordome, puis la marche brisée, puis sur son maitre rageur. Elle ne le trouvait pas amusant, loin de là, mais son coté enrager et "grognon" lui donnait une couleur tout a fait intéressante aux yeux de la démone. Mais elle n'était pas censée en faire cas. Elle pensa qu'il fallait vraiment que le majordome change la marche, d'une part pour éviter que quiconque ne chute dessus, mais également pour économiser les pauvres cordes vocales du maitre qui semblaient être finalement les plus tyrannisées de toute cette maisonnée. Et ça n'avait pas l'air peu dire. Les éclats de voix avaient l'air communes voir une œuvre de musique-minimaliste-répétitive, quelque chose de toujours renouvelé et inventif malgré la redondance. Pourtant, Lia doutait que la maisonnée ne le qualifie un jour d'artiste...

Il finit de sermonner le "pauvre" homme, n'écoutant ses jérémiades d'aucune oreille bienveillante et se détourna, ne prenant finalement pas l'escalier dans la direction de la marche brisée. Il emprunta la descente, une descente lugubre et sombre. Lia hésita à passer la première marche, ce couloir ne lui disait rien de bon, à Nirnes les sous-sous-sols étaient les sales de torture. Elle n'avait pourtant rien fait qui aurait pu courroucer son maitre, les murs de pierres était étouffants d'hostilité envers elle, mais, écoutant sa motivation elle posa tout de même son pied nu sur la pierre froide, observant avec une crainte mal dissimulée les torches dansantes. Il était rare que la reine se laisse impressionner de la sorte, mais le cas présent était nouveau, elle n'avait jamais fait allégeance à qui que ce soit, et là, s'il devait la torturer, devait-elle se défendre ? Devait-elle accepter son sort ? Elle n'avait jamais eut droit à connaitre la douleur physique autre qu'une douleur prévue. Pourtant, le simple fait qu'elle descende à la suite de cet homme était déjà une acceptation peu conventionnelle. Elle avait certes le pied tremblant, la peau hérissée de peur, mais elle descendait, marche après marche, suivant le dos austère de son hôte. Il avait l'air pourtant moins agressif au fur et a mesure qu'ils descendait et Lia trouva l'escalier interminable.

Mais finalement tout à une fin, et alors que l'escalier se taisait, c'était des couloirs qui s'ouvraient face à eux. Tous plus terrifiants les uns que les autres, et tous prometteurs de se perdre si on ne les connaissait pas. Lia se rapprocha de son maitre, tant pour ne pas se perdre que pour sentir qu'elle n'était pas seule, mais ce dernier point était-il une bonne augure ? Elle sentit quelque chose en elle, la peur ? Son cœur qui battait si vite commençait à être troublant, elle s'essoufflait, l'ambiance était pesante et Lia aurait aimé pouvoir se battre si les choses tournaient mal mais malheureusement elle ne savait pas si c'était possible.

Ils finirent par arriver à une pièce étrange. Regardant à l'intérieur, Lia se figea un instant, rougissant d'hésitation. Qu... qu'était-ce tout ceci ? Elle déglutit avec difficulté mais se dit que finalement c'était proche des appartements des soumis à Nirnes, enfin... sans les outils et accessoires de cette salle. Elle finit par entrer et obéir au geste injonctif de son maitre qui, avec la lueur du feu, semblait moins dur que lors de leur rencontre. Elle s'assit sur la chaise craquante et attendit, priant pour que ça ne soit pas trop douloureux. Quelques secondes passèrent avant qu'elle ne se retourne, ne voyant pas son châtiment arriver, elle se rendit soudain compte qu'elle était seule, son maitre ayant disparut. Elle poussa un soupir de semi soulagement mais de bougea pas, s'il l'avait faite assoir, c'était pour quelque chose non ? Elle se contenta alors de regarder autour. Son attention fut irrémédiablement attirée par le lit. Depuis quand n'avait -elle pas dormis sur un matelas ? ou même une paillasse ? Son lit à Nirnes était si douillet, mais si triste aussi. Elle ne put réprimer une pensée pour son défunt fiancé qui lui n'avait même pas connu le lit royal au final.

Les regrets et souvenirs durent se réenterrer quand le maitre apparut de nouveau, une chaine dans les mains. Lia eut de nouveau peur, qu'était-ce ? Un instrument de torture inconnu ? Non... quelque chose brillait à la lueur des flammes, un insigne... Un collier ? Ha oui, une sorte de barillet pour animaux, en vraiment plus joli il fallait avouer. Lia se détendit et ferma les yeux en baissant la tête. D'un geste lent, ou du moins juste non brusque, elle passa les mains sur ses épaules, relevant ses cheveux pour mieux présenter sa nuque au démon. Sa peau nue des épaules ne cessait pourtant pas de battre la tension qui l'avait envahie : Pourquoi l'avoir trainée dans la cave ? Alors que remettre un collier pouvait se faire à l'étage... Finalement elle commençait peut-être à regretter que Nestor n'ai pas fait plus d'erreurs capable d'attirer l'attention du maitre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Lun 5 Avr - 0:58

Tout le long du parcours menant à cette pièce sombre à la décoration pour le moins spartiate, bien qu'il ne puisse pas ressentir directement les impressions d'autrui, Alcibiade sentait que tout doucement, un sentiment de peur envahissait le cœur de Lia. Mais je dois reconnaître que ce n'est aucunement un exploit. En effet, tout un chacun aurait tôt fait de constater que, si on se promène dans un endroit aussi lugubre que la Moria et le Mordor réunis, et que la fille qui vous accompagne vous colle de plus en plus, ce n'est pas pour demander les clefs de ta 106. Bon, je l'admets, les dédales de couloirs et de caves constituant le sous-sol du manoir d'Aitrantoy ne sont pas aussi sinistres, mais tout de même, je ne m'y promènerais pas comme à Disneyland.

Bref, revenons à nos moutons... à moins que ce soit une brebis galeuse et un agneau? Enfin, revenons-y. Une fois dans la pièce, et une fois le collier retrouvé, ainsi que le fil des idées, Lia tendit bien docilement le cou à son hôte et propriétaire, dégageant ses cheveux, afin que celui-ci puisse aisément attacher l'ornement à l'endroit ad-hoc susnommé. Mais voilà... depuis le temps, la serrure, si sophistiquée fut-elle, refusa de fonctionner. Après un premier essai, le démon, pensant qu'il devait être un peu fatigué, ou déconcentré, et retenta, focalisant ses pensées sur le fermoir, qui derechef refusa catégoriquement de se laisser manipuler. En effet, cette fragile mécanique n'avait pas tellement apprécié le séjour prolongé dans le froid et l'humidité. Mais si la fermeture était obstinée, il n'en était pas moins le cas pour notre démon, qui n'admettait que très rarement que quelque chose lui résiste... D'une manière ou d'une autre, il devait imposer sa volonté au mécanisme buté.

Ce qui devait arriver arriva, et le bijou céda. Après plusieurs tentatives qui eurent pour effet de faire perler la sueur sur le front du démon pour cause d'énervement, la volonté d'Alcibiade s'avéra plus forte, et l'artéfact finit par se trouver à la place qu'il ne quitterai vraisemblablement plus jamais, et certainement pas indemne : le cœur du foyer qui crépitait indifféremment dans l'âtre.

C'est avec une contrariété aussi gonflée que son égo (ce qui n'est pas peu dire) qu'il quitta la pièce, tellement précipitamment qu'il en oublia de fermer la porte, tant et si bien que son gibier pouvait se carapater comme il le voulait, le démon ne le remarquerait que trop tard.

Une fois le rez-de-chaussée atteint, Alcibiade fila directement dans le petit salon, se servit un grand verre de Whisky pure malt 20 ans d'âge, en en renversant la moitié à côté du verre, qu'il engloutit d'une traite. Ce satané ingénieur avait eu raison... Le démon aurait dû le garder en vie, car "le mécanisme vieillit mal s'il n'est pas entretenu", suivant les mots de l'inventeur.

Une fois le breuvage ingurgité, Alcibiade réfléchit quelques minutes. Car en effet, il fallait trouver une solution. Il repensa alors au vieux sorcier qu'il avait rencontré lors de ses voyages, avant d'arriver à Meridell. Il avait bien fait de le garder, celui-là, en fin de compte. Ce rebouteux allait finalement se révéler utile. Rapidement, le démon se remit en route en direction de la pièce où était toujours censé se trouver son humaine, sommant Nestor au passage d'aller quérir Saïle, le marabout, et de l'amener au plus vite là où se rendait l'incube, quasiment au pas de course.

"C'est ici que les Romains s'empoignèrent" lançât-il en approchant de la porte ouverte, bien qu'en fait il n'ait aucune idée de ce que pouvait bien être un Romain, et s'en fichant éperdument, par ailleurs...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mar 6 Avr - 20:57

Lia trembla encore quelques secondes avant de se demander pourquoi rien de se passait, elle se hasarda à lancer un coup d'œil dans son dos pour voir son maitre s'acharner sur une pauvre attache mécanique de collier. Elle l'observa encore poliment d'un œil critique avant de retourner la tête sans pour autant gêner le combat épique qui se produisait dans son dos. Il fallait bien avouer que son maitre était... on ne peut plus nature et expansif. Si elle pouvait sourire, elle l'aurait fait à ce moment là, mais seuls ses pommettes se redressèrent doucement, les muscles tendus, mais aucun sourire, même infime n'apparût. Cela était peut-être égoïste, mais cela l'amusait, non pas de le voir s'acharner et s'énerver, non cela n'aurait amuser personne, mais plutôt de voir que ce démon si méchant avait plutôt l'air d'un enfant. Cependant la sueur commençait à suer sur le front du patron et Lia estima qu'il c'était suffisamment défoulé pour la journée. Son petit doigt, bien camouflé dans les cheveux pointa les doigts du démon, par chance, ses capacités de faisait ni lumières, ni petites musiques, ni effets de paillettes féériques, et l'anonymat restait quasi assuré. Seul soucis, il fallait une direction au sort, pas forcement un contact visuel mais si vous voulez le lancer au hasard, à votre bon cœur messieurs dames. Enfin, elle ne fit presque rien, sans doute par peur d'être découverte, ou peut-être ses pouvoirs ne marchaient plus tout comme sa voix. Et pourtant, rien ne se produisit hors mis un bruit sec, le pendentif cédant, et atterrissant dans le feu dans un bruit crissant. Se retournant, elle ne vit que les pieds de l'homme qui partait déjà en trombe, toujours hors de lui.

* Hey mais... et... et moi ?*

Se demanda-t-elle en serrant les dents. Devait-elle rester ? Le suivre ? Il n'avait rien dit... Par réflexe, elle appela "maitre" mais aucun son ne sortit là encore, à peine un léger souffle non articulé. Elle se pencha vers le feu et retira le pendentif avant qu'il ne devienne trop chaud pour sa peau. Il était déjà tiède. Elle le fixa sur une des chainette de sa parure, après tout, elle n'avait ni poche ni nulle part où le mettre. Elle entendait déjà les pas retentir dans le couloir, il fallait choisir. Elle choisit de le suivre, mais discrètement. Après tout, elle devait apprendre à trouver son chemin dans ce dédale, ce n'était pas lui manquer de respect n'est-ce pas ? Ne pas être déloyale ou infidèle hein ? Elle passa la tête par l'entrebâillement de la porte pour le voir tourner. Elle le suivit discrètement, à pas de loup, comme elle le faisait à Nirne étant jeune pour éviter les gardes et pouvoir sortir du palais, sauf que là, elle n'avait aucune intention de sortir. Elle compta dans sa tête.

* 4D-2D-3G-2D-2G...*

Elle aurait aimé incruster du métal aux intersections importantes, mais il fallait avouer que si c'était elle qui avait aidé le maitre à débloquer le mécanisme, c'était par pure chance car depuis son accident ils étaient devenus alternatifs, se manifestant ou non selon leurs envies.

Ils parvinrent à l'étage principal et elle s'arrangea pour que les autres domestiques, s'écartant sur le passage de l'homme en colère, ne la voient pas. Il se rendit dans une petite (petite tout est relatif aux yeux de Lia) pièce richement décorée et tira la porte derrière lui sans réellement la fermer. Lia hésita, mais pour une fois elle avait l'occasion de ne plus prôner la bienséance et de toutes façon, on ne la verrait pas. Oui, la jeune démone succomba au désir d'espionner par l'entrebâillement de la porte, quelque chose d'impensable normalement pour une reine et pourtant, Lia commençait à voir poindre sa liberté dans des petits moments tels. Elle se tapit dans l'ombre à bonne distance. Elle le vit disparaitre d'un coté, puis revenir une bouteille à la main versant d'une main lasse et énervée dans son verre et un peu plus, puis s'affalant dans un fauteuil.Il avala le breuvage d'un seul coup si bien que Lia fit une légère grimace tant elle imaginait le coup de fouet que ça donnait. Elle n'avait jamais gouté à l'alcool, mais pour elle, ce truc jaunâtre n'avait rien de ragoutant. Elle se détacha assez rapidement de cette question pour à nouveau observer son acquéreur. Il semblait vraiment soucieux. Pourtant laisser toutes les portes ouvertes n'était pas spécialement une bonne idée quand on vient juste d'avoir une nouvelle recrue. Elle aurait pu s'évader à peine quelques minutes après son arrivée et...

Elle coupa son raisonnement en voyant le maitre arriver dans sa direction, prise de panique, elle tourna les talons et retourna à la porte du sous sol, persuadé que c'est parce qu'il l'avait vue, mais apparemment il avait juste des projets, il donna un ordre à Nestor puis se dirigea dans sa direction. La suite se passa telle une chasse, elle guettait son arrivé, lui marchant rapidement vers la salle. Sauf que... Dernier tournant, petite erreur et Lia s'égara à un chiffre près. Mais de peu, car elle vit passer son maitre qu'il lui suffit de suivre, arrivée devant la salle, il cria quelque chose d'incompréhensible mais elle pensa qu'il fallait qu'elle le suive. Sur ce, elle resta juste dans son dos avec une discrétion assez impolie mais non voulue.

* romains ?* demanda-t-elle sans voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mar 13 Avr - 19:16

C'est avec une fierté et un soulagement non dissimulés qu'Alcibiade fit de nouveau son entrée dans la pièce, et également un essoufflement, tant dû à la course qu'à l'excitation... En effet, notre démon est, et restera certainement toujours, un grand enfant qui s'émerveille de ce qu'il ne connait pas, comme par exemple la "sorcellerie"... Bien que dans le cas qui nous concerne, il s'agisse plus de shamanisme. En effet, ce sorcier, Saïle, avait prétendu, peut-être pour sauver sa peau, qu'il avait des capacités qui pouvaient intéresser le démon, mais qu'elles ne lui seraient dévoilées que si l'utilité en était avérée. Enfin, Alcibiade allait pouvoir voir de ses yeux ce que tant de gens appelaient "magie". Peut-être s'attendait-il à voir quelque chose d'exceptionnel, avec un feu d'artifice de toutes les couleurs, et cætera ? Une chose est sûre, dans ce cas, il risquait bien d'être déçu, car le shamanisme était certes fortement imprégné de mystères, de secrets biens gardés, et autres subterfuges pour en mettre plein la vue, mais avait surtout une bonne dose d'inutilité.

Premier pas dans la pièce, première surprise : Lia n'y est plus ! Le démon se figea quelques instants, avant de balayer la totalité de la pièce de son regard. Un silence de plomb tomba alors sur le dédale de couloirs et de pièces, avec seulement quelques relents lointains, rappelant que la vie bat toujours son plein dans le manoir, à la surface. Au cœur de ce calme tendu, Alcibiade sentit - ou ressentit - un léger souffle dans son dos, comme si quelqu'un avait murmuré, non, même pas, chuchoté un mot. Il se retourna vivement, pour tomber nez-à-nez avec son humaine, qui se tenait simplement dans l'embrasure de la porte, sans mot dire, le tout à la plus grande surprise de son maître, qui ne cessait de se questionner intérieurement à propos de la présence de Lia derrière plutôt que devant lui. Ça ne lui serait jamais venu à l'esprit que cette situation avait pour origine une erreur de se part.

Une saute d'humeur comme il en était capable, et une main se leva, menaçante, un cri se fit entendre bien loin dans les couloirs.
    "Qu'est-ce que tu fiches là !?!"
La main s'abaissa rapidement, non pas pour frapper, comme elle avait semble vouloir le faire aux premiers abords, mais pour se saisir d'un poignet qui s'était levé par réflex, pour protéger le visage terrifié qui se trouvait derrière, celui de Lia. Avec une force surprenante, teintée d'une once de douceur, la main écarta le bras de la jeune fille, comme pour permettre à son possesseur de lire dans le regard de l'humaine. Ce qu'il était bien évidemment incapable de faire.

C'est avec toujours autant de douceur qu'il la fit s'avancer jusqu'au lit, qui ne semblait plus dans sa prime jeunesse, et qui ne s'empêcha pas de le rappeler en grinçant de sa plus belle voix lors que le démon jeta Lia dessus, avec autant de respect qu'il en aurait eu pour un sac de pommes-de-terre. Alcibiade s'assit ensuite à côté d'elle, environs au niveau de ses hanches, et posa sa main droite sur le mollet droit de la demoiselle. Lentement, la main, telle un poulpe rampant sur les récifs, remonta vers la cuisse, alors que le démon souriant jubilait intérieurement de voir son humaine parcourue de tant de frissons.

Cependant, une fois la bête arrivée à mi-cuisse, elle s'immobilisa. Le sourire du démon s'effaça quelques instants avant de revenir de plus belle : des bruits de pas se faisaient entendre par la porte. Enfin, le sorcier allait faire son entrée, et la petite cave sombre fut comblée par le rire tonitruant d'Alcibiade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Jeu 15 Avr - 0:16

Lia ne comprit pas la réaction du démon, mais elle ne se fait pas attendre le moins du monde, il sembla a nouveau épris de colère. Sur le coup, elle avait beau ne pas tout saisir, son reflex fut plus humain que démoniaque, sans doute à trop se prendre pour l'un d'eux elle finit par y croire elle même toujours est-il que le claquement qui suivit ne fut pas aussi sonore qu'elle l'aurait pensé mais plutot chaleureux... Chaleureux comme la peau d'une main qui aurait saisit son bras quoi. Elle dû rapidement baisser son avant bras pour laisser le démon l'observer de ses yeux persans. Elle ne savait quoi penser, était-il fou ? Nerveux ? Était-il un psychopathe ou juste un démon perdu comme Lia en avait beaucoup sous ses ordres ? Elle ne savait absolument pas qui était cet énergumène mais quelque chose était sur, il faisait "peur" à Lia. Mais pourquoi ? Parce qu'il la menaçait ? Si elle décidait de se défendre les forces seraient au moins égales. Alors était-ce par peur d'être "renvoyée" ? Peut-être, après tout, elle avait juré allégeance à ce maitre, sans réels mots c'est vrai, mais elle l'avait fait.

Elle n'eut pas le temps de continuer son questionnement sans réponse, la poigne de son maitre l'entraina plus loin avec une notion étrange mellant velours et piquant. Le lit qui la réceptionna fut nettement moins doux et gracile, elle non plus d'ailleurs, la force qui la projeta sur le matelas eut pour effet de la faire voler les quatre fers en l'air pour atterrir de façon aussi grincente que le bois usé. Elle se redressa sur les coudes secouée de ce revirement de situation et tomba nez à nez avec un sourire carnassier. Elle en frissonna encore davantage en sentant un contact à son molet, contact chaud et plein de sens. Cinq doigts et une paume glissèrent sur sa jambe, lentement, trop lentement pour que cela soit un accident. Pourtant, malgré les frémissements qui se faisaient de plus en plus intense à mesure que le "poulpe" avançait, Lia ne détournait pas les yeux de ceux du démon. Peut-etre cela la rassurait-elle ? Peut-être était-ce un défi ? Elle même n'avait aucune idée de ce qu'elle cherchait par là mais elle avait le sentiment que si elle détournait les yeux, elle serait dévorée. Pourtant ses vibrations devenaient plus sensibles, était-ce par peur ? Par désir ? Par délectation ? Aucune idée, elle n'avait jamais connu les plaisir des sens. A Nirne, la virginité n'avait pas de valeur, sauf celle de la reine qui devait donner une héritière, Lia avait donc été préservée jusqu'à cet age avancé. Peut-etre, devait-elle accepter cela aussi ? De n'être plus qu'une démone, ou une humaine comme les autres ? Cela l'apeurait, en temps que femme ou que reine, cet être qui touchait pour la première fois une infime partie de son corps était une nouveauté.

Quand il passa le cap des genoux, elle ferma les yeux, crispée et, à son grand étonnement, un léger cri d'angoisse vint briser sa mutité, infime, sans doute ne l'avait-il pas entendu. Il s'arrêta pourtant, Lia rouvrit les yeux doucement, avant de le voir éclater d'un rire diabolique. Étrange... pourquoi ce rire lui faisait-il moins peur que son faux calme ? Elle vit apparaitre un homme dans l'encadrement de la porte, un homme étrange. Elle pria pour que son maitre s'occupe de lui plutôt que d'elle dans l'immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Ven 30 Avr - 1:01

    Alors qu'il riait à gorge déployée, il lui sembla entendre un cri, comme un couinement... mais le démon avait son esprit tourné vers quelque chose de plus intéressant, si bien qu'il n'y prêta guère attention. Les rires se turent lors qu'entra dans la pièce un homme, semble-t-il, vêtu de loques et de haillons, boitant légèrement, arborant une bosse dans le haut du dos sur le côté droit, et environné d'une odeur de moisis et de soufre qui prenait tellement au nez que même Alcibiade ne put réprimer une grimace.

      "Te voilà enfin" lança le démon à l'étrange bonhomme. "Fais-moi donc voir ce dont tu es capable, pour que je sache si oui ou non j'ai eu raison de te garder en vie toutes ces années !"

    En entendant ces mots, Saïle, puisqu'il s'agissait bien de lui, ne savait plus trop s'il devait sourire ou craindre pour sa vie. Hésitant quelques secondes, lançant des regards inquiets – pour sa vie – à son "hôte", il finit par s'avancer vers la jeune fille qui se trouvait toujours sur le lit. Alors qu'Alcibiade se tenait à l'écart, Saïle commença à examiner Lia, regardant ses dents, évaluant ses capacités musculaires, visualisant un état de santé général, comme un marchant d'esclave pour estimer la valeur de sa marchandise. Pressé de voir des résultats, le démon ne fit aucunement attention aux agissements du "sorcier", jusqu'à ce que celui-ci prenne la parole.

      "Cette jeune vierge semble parfaite pour le sacrifice... Quand comptez-vous le faire?"

    Un rapide silence emplit la salle, alors que le shaman prenait conscience qu'il avait commis une erreur, bien qu'il ne sache pas où. Comme on dit le que calme précède la tempête, Saïle tenta de s'éloigner le plus possible du démon, même si c'était peine perdue. Alcibiade l'attrapa par le col et le souleva, avant de le trainer, pour approcher son visage des flammes. La lumière du feu révéla alors un autre aspect de ce play-boy manqué qu'était Saïle : un visage recouvert d'anciennes blessures, toutes plus mal cicatrisées les unes que les autres. Sur l'autre visage, par contre, c'est plutôt la colère qui y était lisible.

      "Peux-tu me répéter ce que tu viens de dire?"
      "Vous ne cherchez pas la richesse et la gloire? Pour cela, je dois faire un sacrifice"
      "Regarde autours de toi, imbécile ! Tu vis dans ce château depuis de nombreuses années, déjà ! Tu oses prétendre que je ne suis ni riche ni glorieux? Je ne l'ai pas achetée pour la tuer sans en profiter" *désigne Lia, qui semble ne pas tout comprendre*
      "Veuillez me pardonner, je pensais..."
      "Tu n'as pas à penser !"
      "Bien, maître... Que puis-je pour vous, alors?"
      "Il me faut un moyen pour prouver qu'elle m'appartient. Et par la même occasion, qui ne puisse lui permettre de me quitter, si jamais l'envie lui prenait..."

    Aussi rapidement que lui permettait sa langue, le shaman expliqua alors en quelques mots ce qu'il proposait, et ce, du moins l'espérait-il, avant d'être cuit à point, le tout en bégayant.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Dim 23 Mai - 23:01

Lia retenait toujours son souffle de plus en plus difficile à contrôler alors que le démon s'éloignait un temps soit peu d'elle. Elle aurait volontiers poussé un soupir de soulagement si la tension n'était pas tout aussi morbide avant et après l'arrivée du vieillard, ou peut-etre était-il plus jeune que cela mais au travers de tant de crasse la moindre ride serait forcement comblée. Elle se fit la plus petite possible alors que le maitre lui parlait, sur des mots peu élégants il fallait dire. Elle continuait de se taire, même si elle sentait que quelque chose c'était cassé, c'était libéré en elle. Elle recula cependant quand le doigt d'Alcibiade se pointa sur elle, la désignant à l'affreux. Il se dirigea vers elle et commença à la regarder, ses mains parcourant ses dents, Lia eut du mal à ne pas le repousser tant l'odeur était horriblement acre et ses doigts sales. Pendant cinq secondes elle regretta que ça ne soit plus son maitre qui puisse la toucher. Mais elle chassa vite cela de ses pensées, non mais oh ! c'était de plus en plus tordu de sa part.

Il finit de l'ausculter sous toutes les coutures et rendit son verdict... Un sacrifice ?! Ha non non non, hors de question ! Elle avait signé pour servir, non pour mourir comme ça pour rien ! pour une vulgaire technique vaudou qui ne s'avérait même pas sure ! Si encore c'était vérifié, à la limite c'était peut-être négociable mais là, aucune chance. Heureusement, et à son grand étonnement, son maitre fut plus que d'accord avec elle. Il passa un savon au sorcier que Lia n'aurais jamais cru pouvoir se resservir de ses oreilles un jour, c'était vraiment brutal et grossier mais Lia ne parvenait pas à avoir de compassion pour le vieux dégoutant. Alcibiade voulait qu'elle soit sienne, sans pouvoir se détourner. Elle sentit son cœur se serrer sans entendre les paroles de Saile, elle ne voulait pas partir ! Hors de question ! elle avait déjà eut du mal à trouver un maitre alors hein ! Elle se leva de son lit avec une vivacité peu croyable pour son petit corps fin et vint tomber à genoux au pieds d'Alcibiade, Saisissant alors le petit médaillon qu'elle avait accroché à ses chaines, elle le lui montra et prononça ses premières paroles depuis longtemps.

- Mon maitre, mon âme est à vous... Pourquoi voudrais-je vous quitter ? Vous m'avez acheté, logée, je ne puis que vous montrer ma reconnaissance...

Fit-elle, la voix douce encore tremblante malgré la ténacité qui y pointait. Elle ne savait trop si ces paroles allaient apaiser le démon ou le faire redoubler de rage, elle restait cependant dans cette posture de soumission en attendant sa sentence, laissant ses yeux surs dans ceux du démon pour la première fois depuis cet après midi, non pas pour le défier, mais pour qu'il puisse y lire sa sincérité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Jeu 1 Juil - 0:36

Tout au long de l'analyse de Saïle, Alcibiade ne put s'empêcher de remarquer les grimaces qui s'affichaient sur le joli minois de son esclave, tellement elles étaient évidentes. D'ailleurs, il avait lui aussi, par moments, envie de grimacer, et ce simplement en voyant ce que devait subir cette pauvre jeune humaine. Analyse qui s'avéra rapidement inutile, en plus ! Cet incapable de shaman s'en rendit rapidement compte, à ses dépens. En effet, dans l'esprit du démon, l'envie de massacrer et torturer était maintenant au même niveau que le dégout que lui inspirait la simple vue de Saïle, sans même parler de l'odeur qui l'environnait.

À peine avait-il fini de clarifier la situation, et donc d'engueuler le repoussant rebouteux, et que celui-ci eut à peine le temps d'expliquer ce qu'il était possible de faire...
    "Je peux lui apposer le "sceau d'Amarok", le Loup Protecteur. Il s'agit d'un charme qui nous vient des peuples du nord, au-delà de la sombre Forêt de Grumhel, dans les steppes glacées, et..."
Mais il fut interrompu par un évènement pour le moins inattendu, qui les stupéfia tous deux, shaman et démon. Lia était sortie de son mutisme, et s'était jetée à une vitesse ahurissante aux pieds de son maître, exhibant le médaillon qu'elle avait sauvé des flammes alors que le démon avait le dos tourné. Aurait-elle eu peur de la technique de Saïle? Dans un certain sens, on ne peut pas vraiment lui donner tort. Étrangement, même si elle n'avait pas parlé depuis des lustres, sa voix n'était pas rauque, que du contraire. Elle avait même de quoi envouter pas mal de monde.

Lia resta encore quelques instants agenouillée, plongeant son regard humide et sincère dans les yeux incrédules d'Alcibiade, qui resta également statique. En agissant de la sorte, elle lui avait fait perdre le fil de ses pensées... Le démon finit par rompre le silence qui s'était insinué bien malgré eux dans la pièce.
    "Euh..."
Bon, ce n'était pas encore un dialogue digne d'un film de Tarantino, mais c'était mieux que rien. De plus, ça lui permit de faire un nœud d'ajut entre les deux morceaux du fil rompu de ses réflexions. Seulement, une nouvelle pensée était venue s'ajouter, qui ne ressemblait en rien aux habituels raisonnements du démon. Le fait que Lia lui demande comme ça, et se montre si fidèle, lui donnait presque envie de lui faire confiance... Hors, généralement, il n'avait foi qu'en lui-même. Il était donc partagé entre faire subir un genre de sortilège douteux à son splendide achat, ou bien lui laisser sa chance, à l'achat. Si elle pouvait lui montrer à quel point il pouvait lui faire confiance, ça pourrait peut-être l'aider à se décider...
    "Euh..." répéta-t-il.
Saïle, quant à lui, préféra ne rien dire. Tout ce qu'il voulait, c'était vivre tranquillement, et même s'il avait failli voir son existence amputée de son suffixe quelques minutes auparavant, il lui semblait que l'intervention de la jeune fille venait de le faire complètement disparaitre du fil des pensées du démon. Il se dirigea tout doucement vers la porte, espérant que personne ne le remarque.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mer 25 Aoû - 18:32

Lia ne s'attendait pas à une telle réponse, ou non réponse justement, elle pensait recevoir une bonne taloche pour son impolitesse, ou juste pour avoir surpris son maitre, c'est vrai, à postériori, il aurait pu penser qu'elle l'attaquait vue la vitesse avec laquelle elle s'était jeté sur lui, enfin ses pieds. Elle ouvrit la bouche puis la referma. Ce "heu" l'avait particulièrement déstabilisée que cela soit dans la simili douceur avec laquelle il l'avait dit, sa voix si dure jusqu'à présent. Elle inclina la tête, lui présentant sa nuque et ne lui permettant pas de voir s'il la frappait ou non. Chez elle, c'était un signe de parfaite soumission et confiance comme le faisait le règne animal. Elle lui présentait un point faible, un point où s'il frappait elle s'étendrait pour ne plus jamais bouger. Ses jambes, bien que repliées sous elles tremblaient doucement.

- Si cependant vous désirez en avoir la certitude, je me plierais à vos exigence et à tous les rituels ou sceau dont vous aurez besoin.

Finit elle par articuler après une certaine hésitation. Non, elle n'avait pas confiance, non pas en le maitre, mais son chaman qui l'avait tripatouillée quelques minutes plus tôt. Son Sceau ne lui disait rien qui vaille, enfin, lui il ne lui disait rien qui vaille. Cependant, il fallait avoir confiance en les décisions de son supérieur, sans ça, comment serait-elle une bonne servante ?

Elle s'inclina un peu plus profondément, ne sachant pas comment réagissait son interlocuteur, elle ne le sentait pas s'énerver, mais ne le sentait pas non plus se décrisper de sa colère passée. Elle attendait, impatiemment il fallait l'avouer, de connaitre sa sentence, elle hésitait entre rester là dans ses pattes et aller se rallonger tel que l'avait voulu le démon un peu plus tôt. Décidément, il était aussi compliquer de diriger que de servir, là encore tout n'était que diplomatie et attentes. Elle se contenta de reprendre la parole.


- Moi, soumise du nom de Lia, fille de l'est, vous jure allégeance, je vous obéirais et vous servirais dignement et avec tout le respect que pourra m'offrir mon faible corps. Vos mots seront mon destin, vos maux mes ennemis et ma vie votre cadeau. S'il m'arrivait de vous décevoir, alors j'exige que les Dieux prennent ma vie pour vous dédommager. Mes mains et mon âme sont vôtres et je n'existerais que selon vos désirs... Mon Seigneur.

Sa voix devenait tremblante d'émotion au fur et à mesure qu'elle terminait sa promesse. Cette promesse elle l'avait tant entendue, tant écouté, et tant redoutée. Elle en avait peur autant qu'elle la chérissait venant de sa propre bouche. Mais à ce moment là, c'était un vrai supplice de la prononcer, de la livre ainsi à son maitre. Pourquoi ? Peut-être parce qu'elle savait que cette promesse n'avait de ses que pour elle ? Les démons qu'elle dirigeait auparavant n'y voyaient que de beaux mots. Mais pour elle ? Qu'était-ce ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Dim 10 Oct - 22:11

À vrai dire, notre cher démon était complètement bloqué, scotché, incapable de dire ou faire quoi que ce soit. En effet, jamais encore depuis qu'il achetait de temps en temps des animaux de compagnie humaines ou autres, il n'avait eu à se frotter à de telles situations. Des sauvages, il a su les éduquer, des rebelles, il a su les mater, des lascives, il a su quoi faire avec, les peureuses, il jouait avec, mais qu'une humaine se jette à ses pieds pour lui prêter allégeance, alors là, on aura tout vu. Car non contente de se prosterner, elle lui sortit même une ritournelle du genre de ce qu'il avait déjà entendu, il y a bien des années de cela, lors que des serfs devaient prêter allégeance à son père, contraint et forcés. Une chose le surprenait d'autant plus, c'est que personne n'était derrière elle pour l'obliger à le faire, elle disait ça de son plein gré. Pour Alcibiade, c'était du jamais vu.

Sous le coup de la surprise, Alcibiade s'était simplement retourné vers sa soumise, laissant l'autre énergumène libre de ses acte. Le fait de bouger l'avait quelque peu ramené à la raison, à moins que ce ne fût le claquement de la porte lors que Saïle s'était échappé. Mais bon, actuellement, le Grand-duc de Throùx avait autre chose au menu de ses réflexions. Il le laissa donc partir.

Alors, en entrée, nous avons donc "une réponse". Il fallait bien qu'il se décide à lui dire quelque chose, à la petite, là... et il ne fallait pas non plus que ce soit trop du n'importe quoi, on ne sait jamais qu'elle eut envie d'aller en parler à d'autres personnes. Les contacts avec le personnel étant fréquents, les bruits et les commentaires dans le dos du propriétaire des lieux allaient bon train, il le savait, et n'avait pas l'intention de leur servir de nouveaux ragots sur un plateau d'argent. Les racontars sur sa méchanceté, son agressivité, il aimait bien les entendre, mais lors qu'on se foutait de lui parce qu'il avait été ridicule à un moment ou à un autre, il ne pouvait les supporter. Bien souvent, ça se terminait par une répression massive, qui alimentait du coup la première catégorie de commérages, ceux qu'il aimait à laisser courir. Bref, je m'égare, je m'égare. Il fallait donc trouver une réponse. Genre "oui, j'ai compris, retourne t'enchaîner sur le lit, je m'occupe de toi tout de suite."... ou alors "Qui t'as permis de t'exprimer de la sorte?!?" et lui coller une taloche?... Hum, peut-être pas. La mandale viendra plus tard, elle a cru bien faire, on va lui accorder cela. Elle ne connait pas encore les règles de la maison, elle a droit à un peu d'indulgence. Bref, quittons ces pensées sans queue ni tête pour passer à la suite.

Plat de résistance, les choix. Devait-il lui accorder sa confiance, comme elle le lui demandait? Dans ce cas, deux scénarii [Eh oui, petits relents de latin, chers lecteurs... Le pluriel n'est pas "scénarios" ^^ Quoi que je me demande si l'Académie Française n'accepte pas les deux, maintenant...] étaient possibles. Soit elle était réellement "sage" et il pouvait en effet lui faire confiance, soit elle profitait de la moindre ouverture pour filer à l'anglaise. Ce qu'Alcibiade n'apprécierait pas du tout. Autres solution : faire revenir Saïle, - mais soit dit en passant, le démon avait plus envie de le faire revenir dans l'huile bouillante pour le donner en pâtée à ses chupacabras -, ou bien la marquer au fer rouge... ou encore un tatouage...

Dessert, les décisions. Toutes ces idées étaient bien belles, mais il fallait bien en choisir une... Pour la réaction, il avait décidé de l'engueuler juste un peu, et la punir, qu'elle ne bouge pas de la chaise alors qu'il préparait la suit. Pour ladite suite, Alcibiade était bien décidé à la marquer. C'est toujours mieux, comme ça : si elle se perd en ville, un quidam bienveillant - mais un peu fou - aura peut-être la sympathie - et beaucoup de courage - de la lui ramener au Domaine. Quand à savoir s'il allait la marquer au fer rouge ou la tatouer, ne sachant pas trop, ben... il y repenserait plus tard.

Pousse-café, l'annonciation. Non pas qu'elle fût enceinte par l'opération du Saint-Esprit – du moins pas à ma connaissance -, mais simplement lui faire part de sa décision, pour qu'elle sache à quelle sauce elle allait être mangée. Le démon prit une grande inspiration, posa son regard sur son humaine toujours agenouillée devant lui
    "Je te fais confiance pour t'enchaîner sur le tatouage rouge sans autorisation quand je m'occupe de la suite..."
~ tout en désignant la chaise, qui gisait sur le sol poussiéreux.
...
FAIL !

Sans doute était-il encore un peu trop perturbé, mais le fait est qu'il venait de mélanger le fruit de ses mûres réflexions. Et de toute façon, même s'il est mûr, rien ne dit que le fruit sera doux.
    "Assied-toi et ne bouge pas !"
~ ajouta-t-il sèchement, après s'être rendu compte de sa bourde, un peu fâché contre lui-même. Mais étant donné que ce ne pouvait être de sa faute – ce n'était JAMAIS de sa faute -, le premier énergumène qui allait croiser son chemin allait morfler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Mer 27 Oct - 0:21

La réponse se fit attendre et la jeune fille pensa qu'elle ne viendrait jamais, pourtant d'un ton irrité, le jeune démon avait finit par ouvrir la bouche. Un tatouage rouge ? un fer rouge sans doute. Aïe, si c'était comme à Nirne, elle s'attendait au pire. Chez elle, ceux marqués au fer rouge était jeté sur une plaque de métal chauffée à blanc, richement décorée certes, mais les tatouages en résultant étaient le fruit de douleurs atroces. Elle s'assit donc nerveusement sur la chaise désignée mais ne pipa mot pendant quelques secondes, ou peut-être moins.

Elle s'attendait déjà à une phrase "bienveillante" lui expliquant l'ampleur de la souffrance qui l'attendait, les cris qu'elle pousserait, les supplications pour mourir qu'elle profèrerait, la haine qu'elle ressentirait. Mais elle se dit finalement que toute l'échelle serait basé sur un corps humain... non le sien... Non pas qu'elle soit insensible à la douleur, loin de là, mais il fallait bien se rassurer comme on le pouvait dans un cas pareil. Dans un mouvement raide et triste, elle attrapa la chaise et s'installa dessus, genoux serrés, tête basse, le regard pointant sur le menton de son maitre. Oui, ne pas le regarder directement, détourner les yeux, il fallait que sa rentre dans sa tête avant qu'il ne se décide à la lui percer au couteau. Elle jeta un coup d'œil rapide et relativement discret au feu. Celui ci dansait tel qu'à son arrivée, mais désormais elle y voyait sa sentence. Elle tenta de s'imaginer ce que cela pouvait bien faire... être marquée au fer rouge, elle tenta de s'imaginer sa peau accolée au métal chaud produire une odeur de porc grillé, la sentir frétiller dans une brouille de douleur, elle imagina la douleur empirer alors que le fer s'ôtait de son corps, entrainant une partie de sa chaire restée collée, elle s'imagina la plaie suintante sans sang pour l'apaiser, le moindre souffle d'air semblable à une déchirure et une caresse pire qu'un coup de fouet cranté.

Elle finit par reposer ses yeux sur lui, inquiète... mais en même temps troublée. A Nirne, les Mâles étaient souvent difformes, horribles, et pour les femelles, Lia s'en sortait très bien croyez moi. Des bêtes incroyablement laides, autant dehors que dedans. Mais l'homme qu'elle avait face à elle... et bien... avait au moins le physique aguichant, son humeur laisser à désirer mais la jeune Alinume espérait que ça lui passerait avec le temps - ou du moins priait pour cela... enfin non, elle savait que ça n'arriverait sans doute jamais mais comme dit plus haut, le courage a besoin de batteries - Il avait les doigts longs et fins, tels que les décrivaient les légendes sur le Dieu du bien Nirnéien, un corps élégants et "appétissant" comme il était courant de l'entendre chez les femelles Nirnéiennes. Elle détourna les yeux, sentant une bouffée de chaleur - a cause de la honte évidement qu'est ce que vous allez imaginer ? - venir lui roser les pommettes, sa sentence était donc si proche ? Remarquez, c'est moins douloureux que ce qu'elle croyait. Ou peut-être voulait-il juste dire qu'il allait la faire tatouer en rouge... Et dessuite c'était moins méchant. Elle commençait à connaitre ça, les tatouages, lorsqu'elle avait accédé au trône, elle dû porter l'insigne. Celui ci se cache dans un endroit peu fréquenté, à l'intersection de la cuisse droite et de l'entre jambe, dans un ton brun foncé, un symbole connu uniquement des Nirnéiens ou des gens très vieux lisant des livres bien plus vieux qu'eux.

Elle préféra ne rien dire, s'abstenir était bien préférable à se ramasser une mandale, cela pourrait l'abimer et accentuer l'éventuelle douleur d'un marquage au fer. Et puis il n'était pas très difficile de sentir la colère émaner du sieur, elle emplissait la pièce, le couloir, et Lia se demanda si les gens de l'étage n'étaient pas déjà au courant qu'il fallait se cacher rapidement. Elle estima que le mode statue était adaptée, et obéissante par dessus le marché ? Que voulait-il de plus ? Non... elle ne fera pas un spectacle de claquette... D'autant plus qu'elle ne sait pas faire de claquette. (je préviens à tout hasard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcibiade d'Aitrantoy
Noble
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 31
Date d'inscription : 16/08/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Hétéro !!!!!
Maître de: Lia et Space Keik' =) et Away en accessoire
Soumis par: Tu rêves...

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Dim 13 Fév - 18:56

    Le moment d'agir était plus que jamais arrivé, et las que tous les éléments se retournent contre lui, Alcibiade se décida pour l'ancienne version de son "bijou" : un bracelet d'un alliage de titanium et de marcasite, dont la forme et la composition étaient calculées pour exploser si on tentait de l'enlever sans le consentement du propriétaire. Bon, il n'était pas spécialement remarquable de par son aspect, mais étant donné qu'il portait, gravé dans la masse, les armoiries de la famille d'Aitrantoy, le démon vous dira que c'est beau, et il en sera de même de vous, si vous ne voulez pas voir la fin de votre misérable vie se rapprocher dans d'atroces souffrances.

    Alcibiade se saisit donc sans trop de ménagement du poignet de sa jeune esclave, et le bras ainsi que le reste de Lia furent bien obligés de suivre. Le démon chercha quelques instants du regard parmi les objets qui trainaient à proximité du feu, et évidemment, ne trouve pas ce qu'il cherche. Ah si ! C'est là juste à côté de Lia, par terre. Sans lâcher le poignet de son esclave, notre ami se pencha pour le ramasser, non sans profiter de la situation pour déposer sans ménagement une main perverse sur la croupe rebondie qui ne lui appartenait pas directement, le tout avec un grand sourire. Les idées fourmillaient dans sa tête, et il allait enfin pouvoir se décider à les faire subir à son esclave.

    Après s'être relevé, lentement étant donné que sa main s'attardait quelques peu du côté d'un tatouage dont il ignorait jusqu'à l'existence, Alcibiade scella définitivement le bracelet à l'aide d'un rivet chauffé au rouge. Je ne vous expliquerai pas comment il a réussi à fermer l'objet sans le faire exploser, car je ne le sais pas moi-même. Autant demander à un Mormon de vous expliquer comment fonctionnent les aimants. Le fait est qu'après quelques coups de marteau bien placés, le bracelet était maintenant à l'endroit qu'il ne devrait jamais quit... Ah ben zut, alors... Elle a les mains vraiment fines, la bougresse... Qu'à cela ne tienne, on va tricher un peu. Et étant donné que cette fois-ci c'était de sa faute, bien que ce ne fut pas de son plein gré, Lia reçu sa première correction de la part de son nouveau maître : une bonne baffe, pas encore trop méchante, mais qui permettait au démon d'enfin se débarrasser de tout ce qu'il avait accumulé jusqu'alors.

    Alors qu'elle gisait, pas spécialement sonnée, mais sans doute n'avait-elle pas envie de se relever, le démon fit sauter le rivet (de nouveau, ne me demandez pas pourquoi il n'a pas explosé... peut-être un petit tour de passe-passe télékinésique?), et replaça l'objet à un endroit plus convenable que la première fois... Non non, bande de pervers, pas là ! Non mais... Il le scella derechef, pour de bon, cette fois, juste au dessus du biceps droit. Bien, une fois ce détail arrangé, il allait enfin pouvoir passer à la suite.

      - J'ai décidé, dans ma grande bonté, de t'accorder ma confiance. Mais à la moindre incartade, je te marque au fer rouge, et si tu récidives, je te laisse entre les mains de Saïle.

    Remarquez que la confiance qu'il accorde n'en est pas vraiment une...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 19/11/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Plutot Hétéro (sauf ordre)
Maître de:
Soumis par: Maitre Alcibiade

MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   Lun 9 Mai - 5:12

Qu'allait-il bien pouvoir lui sortir cette fois ? Plus le temps passait, plus Lia s'inquiétait de son sort, ce démon était trop imprévisible à son goût, il faut dire que les seules surprises qu'elle avait eut dans sa vie avaient été très mauvaises et que cet incube ne semblait pas changer la donne... Elle se contenta d'attendre silencieusement, non sans commencer à trembler en pensant aux idées qu'il trouverait. Soudain la main du jeune démon se referma sur elle et une puissance incroyable l'attira en avant. Ce contact peau contre peau aurait pût être agréable voir l'aurait sans doute détendue s'il n'avait pas été si violent. Une fois debout elle se gaina au garde à vous alors qu'il semblait chercher... Mais chercher quoi ? Surtout à terre comme ça. Elle en profita pour chercher une once de réconfort en se concentrant sur la main serré sur son poignet. Il avait des doigts très longs et fins, le genre qui pourraient être d'une douceur sans pareil mais qui à la place choisissent l'inverse, elle pouvait sentir ses muscles se contracter dans la paume à chaque fois qu'il tournait la tête, elle sentait également une grande chaleur émaner de lui, peut-être était-ce le feu qui laissait cette impression après tout, mais cette idée avait quelque chose de rassurant. Elle n'osait trop le regarder, de peur de tomber sur son regard sadique qui saperait tout ce à quoi elle avait pensé pour se rassurer.
En y repensant d'ailleurs, c'était dommage... Elle n'aurait pas été contre regarder ses yeux plus longuement, elle aurait aimé savoir ce que ça faisait que toucher une joue par exemple, de tout temps, tout contact physique avec elle avait été prohibé et passible de mort... Alors autant dire que peu de gens s'approchaient. Mais là, il tenait son poignet et...


- Hyaaaa !

Elle n'avait pas eut le temps d'étouffer son cri, elle était tellement concentrée sur cette main qu'elle en avait oubliée l'autre qui, par pur hasard sans doute, était venu effleurer avec insistance son séant. Elle qui voulait du contact c'était finalement peut-être un peu trop. Elle ne pu cependant s'empêcher de tourner la tête malgré la raideur qui s'était emparée d'elle. Ce qu'elle vit ne la rassura en rien, un grand sourire et un regard satisfait. Non, cela ne disait rien qui vaille et de ce qu'elle en pensait, elle n'était vraiment pas prête pour plus de "contact"... Mais qu'à cela ne tienne, il ne sembla pas se soucier des nappes vermeilles qui s'était étendues sur les joues de son jouet, et en se redressant sa main baladeuse s'aventura encore plus, il semblerait qu'il avait trouvé ce qu'il cherchait, dans les deux cas. Lia plia légèrement les jambes et se tortilla avec une gêne visible afin de barrer ce qu'il restait de la route vers son intimité. Mais il semblait déjà être passé à autre chose et avait à la main une sorte de bracelet massif en métal. Lia jeta un œil rapide au bracelet et s'empressa de tourner la tête. Finalement après ça, elle n'avait plus tellement envie de regarder ses yeux pour tout avouer. Pourquoi ? Peut-être avait-elle peur d'être agresser de pensées impures qui pourraient sortir des globes oculaires de ce tentateur ? Et puis... Elle ne devait pas l'oublier même si elle le cachait : Elle aussi était démone, et elle avait beau être sage et réfléchie, elle avait tout de même des instincts.
Il passa le bout de métal chaud sur son poignet, elle faillit pousser un soupir de soulagement mais l'inverse prit les devant. L'anneau glissa et Lia n'eut pas le temps de comprendre que la même main sur laquelle elle avait fantasmé quelques secondes auparavant vint s'écraser avec un bruit sourd sur sa joue. Cependant il n'y eut pas que la joue qui prit chère : la tête suivit, le buste, les jambes, le tout allant s'écraser un peu plus loin sur un mur providentiel. Elle resta à terre, combien de temps ? Elle n'en savait rien, une fraction de seconde ? Quelques minutes ? Une heure ? Aucune idée mais quand elle se redressa, secouant la tête, ses idées étaient un peu plus claires, il était dangereux.
Il s'approcha à nouveau d'elle, sur le coup elle eut un mouvement de recul mais fut stoppée par la pierre froide dans son dos. Il n'eut cependant pas de mouvement violent et s'affaira à sceller son maudit bracelet à son bras. Il finit par réussir mais Lia ne se détendit pas pour autant, se préparant à une nouvelle claque éventuelle, fermant les yeux et serrant les dents. Mais pour toute attaque il parla d'une voix plus calme. Se reprenant elle répondit le plus posément possible vue l'état de sa mâchoire.


- Merci... Je ne vous décevrais jamais mon seigneur...

Elle ne se releva pourtant pas, mais resserra les cuisses, attendant un ordre ou un geste le lui obligeant. Mais prenant son courage, ou du moins ce qu'il en restait à deux mains, elle demanda.

- Pardonnez mon audace, mais puis-je demander le nom de mon maitre ?

Elle ne savait pas si cela se faisait, mais à Nirne, les esclaves donnaient le nom de leur maitre si un inconnu les approchaient, ou ne serait-ce que pour aller faire des courses, la plupart des commerçant refusant de servir des esclaves sans maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le petit manoir dans la prairie... [PV Lia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On se sent si petit, noyé dans l'Univers.
» Le manoir dans la brume
» Un petit jardin? [PV Aly]
» Le carton du petit chat mignon
» Recherche de petit boulot à Pré-Au-Lard.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devotion [Maîtres/Soumis] :: Les Habitations :: Les Résidences :: Manoir d'Aitrantoy-
Sauter vers: