Devotion [Maîtres/Soumis]

Bienvenue à Meridell, Cité où règne la loi du plus fort… Serez-vous soumis à votre condition ? Profiterez-vous de votre position de Maître ? Très bon jeu sur notre forum !!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Mer 15 Sep - 19:50

Suite de -> III - «Ratus et Mina sont dans le jardin... »

Dehors…

Il hésita à avancer, il ne connaissait pas la ville après tout, et si il se perdait ? Quoique pouvait-on se perdre lorsqu’on n’avait pas d’endroit où aller ? Bon ! On dit souvent que le premier pas est déterminant. Il avança donc et…

Tomba…

Oui il glissa sur la marche qui complétait les trois qui menaient à la bibliothèque. Sur le derrière, se ruinant le popotin pour les heures à venir. Il sentit les larmes lui monter aux yeux, parce que la vache ça faisait mal ! Et se releva tant bien que mal et tourna à gauche. Oui, Arsène était gaucher ! Ouais, il parait que lorsqu’on prend une direction au hasard, on prend celle de sa main dominante.(J’ignore si c’est vrai, mais merci Stephen King, Rose Madder tout ça ! Vise les références de Ouf dans mes Rps !).
Et sur la gauche, et bien ça menait vers le Jardin, si on contournait il avait la grande place…

Arsène se dirigeait donc vers celle-ci.

Tout en prenant garde de ne pas s’étaler à nouveau dans la neige. Et tremblotant de tout son être, ses dents s’entrechoquant, parce que comme je l’ai déjà dit, il gèle ! Il se mit à penser au Démon, n’empêche il savait pas pourquoi mais il aurait voulu parcourir un bout du monde avec lui(Non c’est pas vrai, c’est pour caser le RP /VLAM/), il aurait voulu le voir danser (et ça c’est vrai !) il aurait voulu marcher à ses côtés…sur ses pieds ! [Petite Sirène 2 ! On va s’arrêter là, c’est déjà un massacre]. Non mais bon, il était curieux de voir ce que donnait le Démon dans un tutu.

Bref ! Perdu dans sa bulle, il traversa quelques rues sans y prêter attention, manquant d’être renverser, mais…il fallait croire que ce n’était pas son heure. Et, au bout de quelques minutes il arriva sur la grande place qui…regorgeait de monde. C’était quoi ça ? Qu’est-ce tout ses gens foutaient dehors par un temps pareils ? C’était le marché de Noël ou quoi ? Même si Arsène ignorait qu’une telle chose existait. Enfin, il connaissait Noël, il l’avait vu chez son maitre, mais pas le marché, brif(Oui, brif et pas bref). Il prit son…son courage à deux mains et fonça pour traverser tout ça. Semant de plus en plus de déprimés temporaires sur son passage.

Mais là…Un stand attira ses yeux…il s’arrêta, se plaçant de sorte à éviter le plus de gens possible.

« Tarzan…Vendeur de Peluches-Singes »

Il s’approcha, il était attiré par les peluche singes(J’allais dire par les singes, mais ça aurait été mal interprété). Evidemment, le vendeur, qui en fait était pas à fermer son stand le remarqua. C’était un grand type filiforme avec un air de demeuré, un ange, sans aucun doute. Enfin, il avait pas tellement remarqué la fascination de l’Hybride pour les peluches, juste son air paumé. Il ferma donc son stand et se dirigea vers Arsène.

_ T’es perdu, petit ?

Arsène fit « Non » de la tête.

_ T’es sur ? T’as l’air. Tu veux que je te raccompagne ? J’ai des bananes dans ma camionnette.

Nouveau « Non » silencieux. Il voulait s’éloigner du type, mais avait peur de paraitre impoli. Pourquoi est-ce qu’il s’était arrêté déjà ?

_ Soit pas bête voyons ! Je vais pas te bouffer. Il est gentil René ! Ouais, je m’appelle pas Tarzan pour de vrai, bref. J’ai même de la chantilly à la banane, t’aimes ça, non ? Et un petit singe dans ma camionnette. Allez viens, je te raccompagne.

Sur ce il empoigna le bras de Arsène. Étrangement, ce type était déprimé, évidemment ! Mais il ne le montrait pas. Il était doué d’ailleurs, mais ça allait pas durer longtemps. Quoique. Mais à ce moment précis ! Arsène, prit d’un moment de lucidité, pas qu’il était bête mais il était élevé à pas trop contredire les supérieurs dégagea son bras et s’enfuit. Seulement, le Père René n’avait pas l’intention de laisser cet adorable petit être violet et se mit à le courser. Et dans la course, Arsène fit plusieurs glissades, plusieurs chutes, percuta pleins de gens et finalement tourna dans une rue ou plus exactement une ruelle. Il y en avait plusieurs. Il tourna au hasard, réussissant au final à semer « Tarzan ». Seulement, il était trop effrayé et essoufflé pour oser sortir de sa ruelle. Il se dirigea vers le fond de celle-ci, un cul de sac, et s’assit derrière une poubelle, entre celle-ci et le mur. Ramenant ses jambes contre lui, tremblant de plus en plus à cause du froid. Même ses lèvres étaient devenues violettes.

Pourquoi le Démon l’avait-il abandonné ?
Revenir en haut Aller en bas
Idoménée Maxilári
Danseur Etoile
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Queer as... Ido.
Maître de: Un petit homme violet dépressif... Et déprimant! TT__TT
Soumis par:

MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Jeu 16 Sep - 17:21

Haaaa, ce que ça pouvait être bien, de rester bien tranquillement dans des toilettes bien propres et qui sentent bon le printemps, avec une lumière tamisée faisant ressortir les tonalités bronze de l'endroit... Enfin, Ido pouvait être zen! Ça devait bien faire... Pouf! Une bonne journée qu'il ne s'était pas senti aussi bien! Allez savoir pourquoi. En tout cas, bien décidé à profiter de ce petit quart d'heure de détente, il restait assis sur le plan de travail [… Ouais bon ben, j'appelle ça comme ça quoi.] de l'évier, les yeux fermés, savourant ses derniers instants de bonheur simple, sans envie suicidaire. Pas un bruit, pas un son ne venait troubler sa quiétude... A part un espèce de « boum », qu'il n'avait pas trop saisi... Comme si quelqu'un tombait sur les fesses dans un escalier enneigé...[T'as vu la précision un peu? Mon Ido, il a des oreilles de... Lapin. Mais ne va pas l'imaginer déguisé en lapin, en tutu, avec un tonneau autour du cou!] Mais il n'y prêta pas d'attention, après tout, cela ne le concernait pas.

Cela ne le concernait pas? Mouah ah ah, pauvre Idoménée, tu devrais savoir qu'Arsène est un être ingérablement chiant!

Il partit donc des toilettes, régénéré, près à faire plus attention au gamin pourpre qui devait être encore sur une chaise merveilleusement adaptée à sa morphologie [PARFAITEMENT!], en train de l'attendre sagement pour de nouvelles aventures.

Comme quoi, c'était à son tour de se leurrer.

Il traversa donc le couloir entre les toilettes et la section enfant, passant devant la porte donnant vers l'extérieur entr'ouverte, qu'il referma. Bah ouais, on se les pèle grave! Bien sûr, il discerna une silhouette maigrichonne violette qui partait, de loin, mais il ne fit que la voir, il ne la regarda pas. Crétin.

Du coup, il pensait encore qu'il allait retrouver son fidèle compagnon quand il franchit le seuil de la section enfant. C'est à ce moment là qu'il vit plein de mioches, affairés à foutre un zouk monumental... Pour une bibliothèque. En un sens, il était content: il se disait que comme ça, ils allaient pouvoir rentrer. Ça l'arrangeait, puis ça donnait de lui une image de mec sûr, donc tout bénef, non? Malheureusement, il ne se doutait pas encore du drame qui se préparait!

Il se dirigea donc vers l'endroit où il se trouvait auparavant, tranquillement... Content d'aller enseigner un truc à Arsène! Souriant, même! Il s'était remit momentanément du pouvoir encombrant du petit bout de chou violet! Il marchait prestement, et on pouvait supposer qu'entre le moment où il avait quitté sa chaise et maintenant, il s'était écoulé très exactement 135 secondes. On peut donc estimer que le « Tout de suite » était bel et bien de rigueur.

Je vous laisse donc imaginer sa surprise quand il vit le siège vidé de toute présence violette, elle même remplacée par une petite morveuse qui se curait le nez! [Morveuse, curer le nez... Pardon.] Il fronça les sourcils, tout penaud, se demandant ce que pouvait bien fabriquer ce petit troll des égouts. Enfin, il ne l'appelait pas comme ça, en son for intérieur. Pas encore.

Bon, vu qu'il ne le voyait pas, il partit voir une bibliothécaire. Une très vieille, mais il était trop perturbé pour laisser s'exprimer sa gérontophobie, [Ido : Et si quelqu'un a lu "gérontophilie", c'est une hallucination, OK?! è___é] le complot des vieux, toussa.

« Excusez moi, vous n'auriez pas vu un gam... Jeune homme, l'air morose, les cheveux violets, à peu près haut comme ça? »

La petite vieille lui répondit avec une petite voix chevrotante:

« Excuse moi mon grand... Je ne suis pas sûre d'avoir entendu... Tu as dit, « un jeune homme, l'air morose, les cheveux violets, haut comme ça »? C'est bien ça? »

Et là, Ido acquiesça avec un peu d'impatience... Il était pressé bordel! Mais cette vieille bourrique devait s'en fiche, puisqu'elle répondit avec lenteur.

« Absolument paaaas! »

Rah, décidément, le complot des vieux était partout. Eugène merci, […] votre serviteur était pourvu d'une mémoire eidétique! Du coup, de petits détails pouvaient lui revenir comme ça, pouff'! Ce qui était fort utile, puisque du coup, tout lui revint dans la tronche, comme ça, boum! La façon dont il avait ignoré sa question, le bruit de fesses qui tombent – avec leur propriétaire quand même, ainsi que la silhouette violette. Il devait d'ailleurs faire une tronche révélant l'état de « J'ai compris... Meeeeeeerde! » dans lequel il se trouvait, puisque la vieille lui demanda avec sa voix de mamie gâteau:

« Ça ne va pas, mon grand? »

Hélas, il ne répondit pas, mais se contenta de partir en courant. Apparemment, ça ne plut pas à la dinosaurette qui balança un copieux:

« Vasy, connard! »

Avec une voix de ténardière fumeuse pompière depuis 50 ans. Limite elle aurait pu cracher, ça aurait pas gâché le tableau. Enfin, si, parce qu'elle avait un peu une jupe à fleur et un gilet en laine pastel et un petit chignon assortit à sa cane [Nawac ô_ô] mais bon.

Cela dit, Ido n'en avait cure! Il était déjà en train de cavaler un peu comme Faudel, [Mes références sont moins classes que les tiennes! XD] sauf que lui il ne criait pas « tellement je t'aime », mais pensait...

*Mon dieu mon dieu mon dieu! J'ai abandonné Arsène! Il doit être tout perdu à l'heure qu'il est! Peut être même qu'il va mourir de froid! Si ça se trouve il s'est fait violer, et il est dans une poubelle!



Nan, il a pas pu se faire violer, la dépression c'est mauvais pour la libido.

MAIS POURQUOI JE PENSE A CA?!*


Moui, il était un peu perturbé. Notez que s'il avait pris la voiture, il aurait pu ramener son manteau à Arsène et tout, mais il n'avait pas vraiment pris le temps de réfléchir. Et vu qu'il était vraiment con, son propre manteau n'était pas sur ses épaules, mais son son bras, donc il se les caillait bien comme un véritable demeuré qu'il était parfois.

En fait s'il perdait tout ses moyens, c'est que tout cela lui rappelait une anecdote avec sa mère qui l'avait abandonné dans un magasin – enfin, qui était deux rayons plus loin, et qui l'avait engueulé parce qu'il chouinait en lui disant que c'était « Vraiment un petit froussard! ». Bon, après elle lui avait payé une glace, mais il restait traumatisé à vie! En plus, se comporter comme sa mère... Il ne pouvait pas le supporter.

Enfin, il se retrouva à un croisement. Aller à droite? A gauche? Mais merde, il était ambidextre! Fort heureusement, il remarqua des traces de pieds trainantes vers la grande place.

Ça ne pouvait être qu'Arsou!

Du coup, il prit la bonne direction, toujours en cavalant. C'est vrai que c'était blindé de monde... En même temps, c'était vraiment le marché de Noël! Cela dit, il commençait à se faire tard, alors les gens se barraient... D'ailleurs, l'estomac d'Ido se tordait d'angoisse [… J'ai appris à dire ça en allemand aujourd'hui!] rien qu'en imaginant Arsou, tout seul, dans le noir...

Obligé, ce soir, en rentrant, il allait se flageller. [*BAM*]

Fort heureusement, le marché n'était pas complètement vide, et malgré les stands qui se fermaient, de nombreuses personnes restaient encore. Toujours en courant, il suivit le chemin de personnes aux yeux rouges, l'air hagard ou se remettant d'une crise de sanglots, vu que c'était la signature d'Arsou! Et, combien de fois, en bousculant des gens, ses yeux avaient ils pu voir des amoureux, couples heureux flânant dans le soir et rayonnant d'espoir? Enfin, il s'en battait le vitrail avec le chausson de danse gauche, parce qu'il avait d'autre soucis que les amoureux au marché de Noël là! [Sors de là Quasimodo! Ne reste pas caché dans le paragraphe!] Puis en plus, il courrait toujours alors...

N'empêche, c'est pratique d'être danseur étoile... Il pouvait courir vite et longtemps, il était endurant! Et doté d'un tel équilibre qu'il ne tombait p...

Ah si, merde. Il s'était vautré bien sur le dos. Heureusement, il était tombé dans un tas de neige, il ne s'était pas fait mal. Malheureusement, il n'avait pas son manteau sur le dos, mais sous le bras, donc sa chemise – blanche, quitte à n'avoir pas de chance, était mouillé. Mais, « heureusement » l'emporte vu que c'est sur le dos qu'il est tombé, ce qui sauvait l'honneur: il pouvait ainsi rester décent. Mais, le grand mec avec l'air abruti devant qui il était tombé ne semblait pas net. Il avait cru comprendre qu'il voulait le ramener à sa camionnette pour qu'il sèche sa chemise... Du coup, c'était une bonne raison pour qu'il reparte en courant un peu plus vite.

Mais tout ça, ce n'était pas le plus important! Ce qui comptait, c'était qu'il retrouve ce petit ange qui, ce matin, avait effacé tout ses chagrins d'un sourire!

*... Mais, je vais arrêter de penser des conneries là? Il m'a plus donné envie de me suicider qu'autre chose! Puis, genre Arsou il sourit!

Depuis quand je l'appele « Arsou »? oO*


Moui, bon, certes Ido, mais il fallait bien que je case un peu du défi ~~. Enfin, toute ces pensées le firent ralentir de façon providentielle devant... Une ruelle! Il failli ne pas y rentrer, parce que les seules traces de pas y entrant étaient celles de quelqu'un qui courrait... Et il ne se doutait pas qu'Arsène avait du fuir l'homme banane qui lui avait presser le pas également!

Une fois de plus, la providence frappa. Alors qu'Ido décida de s'arrêter quelques instants devant cette même ruelle, il vit une femme qui vidait un seau d'eau par la fenêtre – enfin, espérons que c'était de l'eau. Le contenu liquide attira son attention en venant s'écraser au sol... Ou presque! En effet, il cru voir un truc violet, derrière une poubelle, qui s'était trouvé entre l'eau et le sol, et avait dut en faire les frais! [MOUAH AH AH!] Du coup, il se dit que même si ce n'était pas lui, il devait quand même regarder. Bah ouais, puisque si c'était bien Arsou et qu'il le laissait là, il allait vraiment crever de froid, trempé dans la neige! [ * Rire sardonique *]

L'idée de retrouver Arsou c'était... Une étrange lueur! Oui, comme une infinie douceur un feu qui lui rappelait que... Que merde, s'il n'était pas parti de se laver les mains, s'il lui avait accordé un peu d'attention en tant qu'être humain et s'il ne s'était pas barré sans trop d'explication, il ne serait pas là, le cul dans la neige, probablement trempé, à espérer mourir vite!

Autant dire qu'il culpabilisait grave.

Au bout d'un moment, il se retrouva devant Arsou. Enfin, lui en haut, et Arsou par terre. Certes, il était soulagé, mais il se sentait vraiiiment mal. Du coup, il toussota un peu genre « Heuuuu... Je suis là ;___; » [Mais où es tuuuuuu? Mais où es-tuuuuu? Je te vois, presque plus!] et s'agenouilla devant Arsou [ou latéralement par rapport à lui, je suis pas sûre de voir comment il est placé :/]

Et là, il se sentit vraiment, mais alors vraiment con.

Alors du coup, il se mit à parler d'une voix blanche – normal vu le stress – et tremblotante – bon, en même temps, là, il était vraiment à côté d'Arsou et il se les caillait grave avec sa chemise à moitié trempée! Bref, il parla un peu.

« Heu... Tu m'a fais peu-euuur... Je suis désooolé! J... »

Et là il la ferma. Il aurait voulu lui dire qu'il n'aurait pas du le laisser tout seul, mais il bloqua soudainement, à cause du froid et de la déprime. Enfin, évidemment, « désolé » n'était qu'un euphémisme! Il avait cru crever, et maintenant il avait vraiment envie de mourir! S'il avait du lui dire tout ce qu'il ressentait à ce moment précis, il lui aurait dit qu'il se sentait minable, lamentable, que c'était un gros nul et que si le voir se faire harakiri pouvait le soulager – soulager Arsou, hm, et bien il le ferait sur le champ!

Malgré tout, il déposa son propre manteau sur les épaules de notre Arsou made in picard, puis lui demanda:

« Tu veux que jeee te ramène à la maison? »

Ohhhh, c'est mignoooooon... Idoman est siiiii gentil...

Mais ne vous méprennez pas! Si le pouvoir d'Arsène n'agissait pas, Ido aurait sûrement été moins « Patachon-choupichon » hein!

Bah quoi, c'est vrai, il ne s'était absenté que 135 secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Sam 18 Sep - 19:22

Quelque part, sur Terre, dans un petit pays du Sud touché par la sécheresse un homme, probablement un sorcier, tentait d’invoquer la pluie à l’aide d’une danse(Longue cette phrase). Tout cela sous l’assistance de tout le village qui espérait beaucoup de la part du danseur. Ce qui bien évidemment ne fonctionna pas. Ce que ces gens ignoraient, c’est que plus loin…beaucoup plus loin, dans un monde appelé Olmarion, les efforts du sorcier n’avait pas été vains. Ce n’était pas la pluie, mais de l’eau, venu du ciel tout pareillement…ou d’un peu plus bas, mais nous n’allons pas chipoter. Sauf que, à Olmarion, l’être qui se trouvait sous la chute d’eau soudaine s’en serait bien passé. Eh oui ! Dans un « Splatch » sonore, un certain Hybride violet venait de se retrouver trempé jusqu’aux os. Et sachez que là, ce n’était pas la sécheresse, que nenni c’était l’hiver avec de la neige, de la vrai, de la même tu t’enfonces dedans quand tu marches ! De plus, le pauvre petit biquet, n’en était pas à son premier malheur dans la journée. Je dirai même que c’était une véritable journée de merde pour sa personne, genre plus que d’habitude, quoi ! Parce que aujourd’hui était probablement le pompon. Tout ça à cause de cet enfoiré de démon qui le sortait de sa cage, en insistant bien, pour le lâcher comme une vulgaire chaussette quelques heures plus tard. Enfin, l’Hybride ne pensait pas encore ça…mais ce n’était qu’une question de temps. Actuellement, c’est vrai que ça donnait plutôt ceci…

* Je suis qu’un minable, je mérite que de mourir. Toute façon, elle a fait exprès de me balancer de l’eau, je gène. Je suis qu’une gène. Je devrai m’allonger sur la route et attendre qu’on me roule dessus. Même le démon qui ressent rien il a pas voulu de moi longtemps, alors. Je m’en doutais toute façon, je suis qu’un moins que rien, un nul, je sais même pas lire ! Et puis j’ai froid, et je suis trempé, et puis je dois l’avoir bien cherché, hein…T^T*

Et tout ça, tout ça…

Notez qu’il n’avait pas bougé lorsqu’il avait reçu l’eau. Tout juste avait-il ramené un peu plus ses jambes contre lui pour les serrer plus fort afin de se réchauffer un peu. Ce qui évidemment, n’avait absolument aucun effet sur sa température, qui continuait de chuter. Sans se douter une seule seconde que le Démon se trouvait non loin de lui. Puisqu’il fixait le sol immaculé de neige, dont la chute encore actuelle recouvrait petit à petit les pas qu’il avait laissé. Lâchant régulièrement des soupires infiniment longs mais quasiment silencieux. Quand est-ce que la mort allait-elle se décider à passer par ici ? Est-ce qu’elle s’amusait elle aussi à le faire languir et donc souffrir ? Ce devait être ça, même elle ne voulait pas abréger ses souffrances. Il était vraiment pitoyable.

Un son…Bref. Tellement qu’il crut avoir rêver. Mais il ne rêvait pas, ses yeux ne pouvait pas le tromper aussi…pas lorsque ses oreilles s’en étaient déjà chargées. Il voyait des pieds…et un bout de pantalon(Oui, il regardait vraiment bas, sachant qu’Idoménée s’est accroupi à côtés de lui). Est-ce que René était de retour ? Il n’osait pas lever les yeux pour voir de qui il s’agissait. Et par reflexe il recula un peu plus contre le mur, tremblotant de froid et d’inquiétude. Il avait envie de dire à la personne qui était là de s’en aller, de le laisser tranquille et même d’accompagner ses paroles d’un geste de la main. Mais…il n’en avait même pas la force, pire…il en avait à peine la volonté. Si cet inconnu voulait rester là…et bien qu’il y reste. Peut-être même qu’il en aurait marre de sa gueule et déciderait de l’abattre, comme-ça…Pouf et puis on en parle plus !

Sauf que l’homme parla, je veux dire distinctement cette fois. Avec une voix qui lui disait vaguement quelque chose. Il fouilla au fond de son esprit et trouva, elle ressemblait drôlement à celle du Démon qui l’avait acheté un peu plus tôt. Un peu trop d’ailleurs. Ce type avait-il piqué la voix du danseur Etoile ? Avait-il oser faire une chose pareils ?! Était-ce au moins possible ? Et…

Non…Attendez une minute.

Premièrement, Arsène n’était pas suffisamment con pour s’imaginer ce genre de choses. Il était même pas con du tout, d’abord. Et ensuite, le Monsieur il venait de dire quelques choses qui aurait pu correspondre à ce que Idoménée aurait pu dire si il s’était trouvé là. Enfin, dans la logique du truc. Parce que sinon l’Hybride l’aurait plutôt imaginé dire un machin plus dans ce gout là « Ah bah t’es là ? P’tite merde ? J’en ai pas fini avec toi », voyez le genre ? Oui le Violet voyait très bien l’Etoile dire quelque chose du genre. Du coup, il fut si étonné qu’il leva enfin son regard bleuté(eh oui) sur le Démon. C’était bel et bien lui. Forcement !

Il cligna des yeux. Ne répondant pas à ce qu’il avait dit. Trop…secoué par le fait qu’il se trouvait là, juste là. Et puis, il voyait cette fois, que l’Idoménée n’avait pas l’air dans son assiette. Pourquoi ? Surement pas à cause de son pouvoir, il ne ressentait rien. Mais pouvait-il se sentir mal si il ne ressentait rien ? Ou ressentait-il des trucs et était-il à la fois protégé de son don de malheur ? Oui, ce devait être ça(Tu croyais tout de même pas qu’il allait réaliser que…=3). Mais il devait bien se le dire. Alors que ses battements de cils chassaient les quelques larmes qui avaient du couler il n’aimait pas quand il avait l’air malheureux l’Ido, et complètement raplapla. Chose qu’il ne comprenait pas. Parce que il s’était déjà dit que tout le monde devait vouloir être dans la peau, d’Ido. Et même quand c’était pas la grande joie, il devait rester le chouchou des planches. Le préféré de la bande des agents secrets(On la lui fait pas). Et…et même à bien à y regarder, il conclut que toutes les femmes devant lui étaient à genoux(et même les Petasses Rouges). C’est sur, c’était pas difficile à comprendre, peut-être était-ce la déprime, mais Arsène là maintenant tout de suite aurait bien dit un truc du genre « Le plus beau, c’est Ido, le plus costaud, c’est Ido ». Mais fallait pas abuser non plus, cette soudaine admiration du Démon lui passerait sans doute rapidement(Genre quand la joueuse en aura terminé avec son défi et bah d’ailleurs…) [La Belle et la Bête !]

Bon, d’accord….il le trouvait quand même beau, faut pas être hypocrite. Mais c’est tout, oh ! Ils se connaissant encore. Ils vont pas s’échanger leurs cœurs comme-ça, là. Non mais oh !

Et il sentit quelque chose de chaud se poser sur ses frêles épaules. Il releva son regard sur le démon, juste un instant, avant de le baisser à nouveau. Il fit juste un petit signe de tête, timide, en guise de remerciement. Alors qu’il lui proposait de le ramener à la maison. Avait-il bien entendu ? Est-ce que ? Ou se foutait-il tout simplement de sa gueule ? Son esprit hésita…et du coup seul…

_ Oui…non…j’saiis paas…laiiissez moi mouriiir.

Sorti d’entre ses lèvres. Ce qui n’était pas vraiment une réponse très explicite à bien y réfléchir. Mais l’autre serait bien capable de se débrouiller avec ça, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Idoménée Maxilári
Danseur Etoile
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Queer as... Ido.
Maître de: Un petit homme violet dépressif... Et déprimant! TT__TT
Soumis par:

MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Lun 20 Sep - 17:19

Oh, pauvre petit chou.

C'était, en substance, ce que pensait Ido à l'instant même. Il fallait dire aussi que le « chou » faisait un peu pitié, à ce moment là. Déjà, il n'avait pas la tronche la plus funky de l'an 2000. Enfin, si l'air n'était pas joyeux, peut être la chanson l'était elle? (ouais, ouais, je sais, je crains.) Puis, à l'instar de sa tronche de dépressif, le cadre contribuait pas mal à l'ambiance pathétique: il était recroquevillé par terre, dans la neige, trempé et grelotant malgré un manteau bien trop grand pour lui sur ses frêles épaules – comme tu l'as si bien dit.

D'ailleurs, peut être était-ce à cause de ce cadre anxiogène, mais Idoman se sentait des vélléités de chevalier servant, de prince charmant arrivant sur son cheval blanc – ou en pas chassés, de gentleman. Il aurait voulu chanter pour ce petit être tout tremblotant, par les champs et les bois! D'où l'intérêt du cheval blanc. Quoique, le blanc, ça se salit vite... Mais cessons avec ces considérations de ménagère de moins de cinquante ans qui regarde toute une histoire le midi, avec le présentateur cocaïnomane le plus vomitif de toute sa génération (Ouais, j'aime pas Delarue! J'assume! Même si des fois, je la regarde, son émission pourrie...) Bien évidemment, quitte à chanter pour lui, Ido aurait voulu entonner une chanson d'espoir! Et si aujourd'hui, il ne s'était pas s'agit d'une presque nuit enneigée et glaciale à l'ombre non nécessaire d'une ruelle dégueux, mais d'un doux soir de printemps avec la lune illuminant la scène sublime, alors là, le danseur se serait bien transformé en « tonight, together, coffee at the Sacré-Cœur! » (Je suis quand même pas la seule à la connaître cette pub, si? Ouais bon, ça veut dire en grand romantique quoi v___v.) Ouais! Parfaitement! Ido, le coeur aux abois et en espérant que le coeur du dépressif saurait un jour lui faire la cour, aurait voulu chanter pour Arsou le bonheur d'être jeune et de croire, que l'amour est une belle histoire qui peux durer pour toujours!

* Moui, enfin, jeune, j'ai 300 ans quand même.



MAIS QU'EST-CE QUE JE RACONTE ENCORE?! *


Héhé, c'est vrai que ces derniers temps, Ido se mettait à penser de plus en plus de conneries. Mais que tout le monde se rassure – lui le premier, ses envolées lyrico-sentimentales s'achèveraient sûrement rapidement. [D'ailleurs, ça s'arrête maintenant... Allez Bambi, dégage ou je te fait rôtir!]

Du coup, il secoua la tête, histoire de chasser tout ces délires mièvres de son esprit et décida de répondre à Arsou – parce qu'il n'allait tout de même pas ignorer ses questions/affirmations à chaque fois qu'il ouvrait la bouche parce qu'il était perdu dans des songeries (je sais pas si ça existe, mais ça ressemble à 'singerie', donc ça reste thématique! *BAM*) délirantes. Mais, même en étant déprimé, au trente sixième dessous, tout « raplaplapla », si j'ose citer le message du dessus, il trouvait toujours le moyen de dire une connerie. Du coup, il ne dit pas simplement « Non, je ne te laisserais pas mourir ici! Nous avons beaucoup trop de choses à partager! J'ai encore des milliers de câlins à te faire, nous devons échanger nos cœurs! Vraiment, Arsène, je ne puis me résoudre à t'abandonner là! »

En même temps, c'est sûr, il valait mieux qu'il ne raconte pas ça. Mais, était il nécessaire qu'il dise...

« Non, je ne peux pas te laisser... Je dois d'abord te remmener à la bibliothèque pour t'apprendre à lire. »

Ceci? Avec l'air sérieux, et tout et tout? Mais bordel, Ido, la déprime n'arrivait-elle donc pas à te bonifier et te faire passer ton sens de l'humour foireux? Au moins, il avait commencé à comprendre qu'Arsou, lui, n'avait pas d'humour (note que je respecte ça, et si c'est pour avoir le même que lui c'est ptet pas un mal d'en être dénué) puisqu'il s'empressa d'ajouter:

« Mais non, t'inquiète pas, on va juste rentrer et je vais te laisser te remettre de ta journée. »

Ce qu'il omettait volontairement de dire, c'est que lui aussi avait besoin de s'en remettre de cette chiasse de journée! Nan mais c'est vrai quoi, il prend un hybride bien spécial pour faire fuir sa môman, et c'est lui qui en pâti. Punition d'Eugène? Dans ce cas, elle c'en est une sévère.

Toujours est il qu'il se leva, fit un pas en arrière – et en ressenti immédiatement les bénéfices, même si on ne pouvait pas dire qu'il pétait le feu... Si c'était le cas, son dos ne serait pas aussi congelé à cause de sa chute précédente. (poin poin poiiiiin) Il tendit une main glacée pour attraper l'autre main glacé de la chose par terre et l'aider à se remettre en position totalement verticale. De toute façon, qu'il veuille se lever ou pas c'était pareil; il était obligé. Bah ouais, Ido ne se sentait pas assez blindé pour abandonner ce petit être aux regard azur (O_O) larmoyant, et pas assez patient pour l'écouter chouiner un quart d'heure sur son envie de mourir dans cette ruelle sombre, blah blah blah.

Enfin, il sorti de la ruelle sombre avec son petit protégé, mais à distance raisonnable quand même. A la lumière de l'éclairage citatdin et en zieutant vite fait Arsou en coin pour vérifier qu'il était là, il se rendit compte que Violettoboy n'avait pas bien mis son manteau – enfin, celui qu'Ido lui prétait en se sacrifiant. (là, je t'ai battu en matière de longue phrase \o/. Mais, est-ce vraiment une fierté?) Et alors là, non, pas d'accord! Quitte à ce qu'il se les cailles, autant que lui ait bien chaud! Du coup, il se planta devant lui quelques instants, avant d'ajouter:

« Mais non, enfin! Tu l'as mal mis... »

Ouais, enfin, c'est lui qui le lui avait mis, mais l'autre aurait pu l'ajuster! Et puisqu'il n'était plus tant en mode prince charmant que maman, il lui fit passer ses bras dans les manches, ferma le vêtement et ajusta le col en le tapotant avant de conclure en disant avec sa virile voix de mère attentionnée:

« Voilà, là, c'est mieux. » (Ca me fait trop penser, dans le clip de Mylène Farmer là, "Optimistique moi", quand le mec lui met son manteau blanc... Moui, pardon.)

Même qu'il se fendit d'un sourire! Nan mais, un sourire genre gentil quoi! Genre, j'te regarde dans les yeux en souriant parce que je te sourie et que je ne souris pas de toi! (La vérité c'est que je me disais qu'Ido parle jamais dans mes posts, donc j'ai voulu arranger ça... Puis ça fait des lignes en plus, et ça m'aide à introduire la suite! … Ok, je cesse de raconter les coulisses du post.) Mais, qu'est-ce qui lui prenait d'être aussi doux? Certes, le tutu de ces dames n'était pas du genre méchant toussa toussa, mais quand même, fallait pas déconner! Peut être était-ce la culpabilité?

Évidemment que c'était la culpabilité, là encore, ils n'en était pas encore à s'échanger leur cœurs, même si c'est vrai qu'il trouvait Arsou chou, dans son genre.

Du coup, alors qu'il se remit en marche, toujours à distance raisonnable du playmobil déprimant (pourquoi playmobil? Nul ne le sait, pas même moi.) il se dit qu'il pourrait lui offrir un truc au marché de Noël!

Bah ouais, ça leur fait toujours plaisir aux gamins quand on leur achète un de ces joujous kitschs là! D'ailleurs, Ido avait plutôt en tête une peluche... Après tout, c'est réconfortant de serrer une peluche contre soi, et puisqu'il qu'il n'en était pas – encore – à câliner Arsou comme un môme, il se dit que c'était une bonne idée.

Arrivés sur la grande place, la seule boutique encore ouverte qu'il remarqua était celle tenue par l'autre grande bringue qu'il avait trouvé louche toute à l'heure, quand il était tombé. Mais après tout, tant qu'il ne mettait pas de la drogue dans ses... Peluches singes de la jungle, rien n'était grave. Et il n'avait pas la tronche de JLD (deuxième référence à lui dans mon post, je me permet d'utiliser des abréviations, ouais!) donc il ne craignait rien, n'est-ce pas?

Tout content de sa trouvaille, il dit rapidement à Arsou qu'il avait une surprise pour lui (ouais, j'ai rempli le quota de paroles en discours direct là, je peux abréger du coup ) et l'emmena devant le stand, un des derniers allumés, celui de l'homme de la jungle en caravane...

Alors qu'il s'apprêtait à proposer à Arsène de choisir, se doutait il de la catastrophe qui se mettait en place? Réponse dans le prochain post et le suivant!

* coupure pub * ( *BAM*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Jeu 30 Sep - 3:53

Depuis que mon mari mange tout les jours « Activia », il n’a plus de problèmes érectiles.

Merci Activia !

<*/Coupure Pub>

Loin de se douter du foutoir spirituel du démon et du futur proche et horrible qui se préparait pour lui. Arsène continuait à se recroqueviller contre le mur en priant pour un arrêt cardiaque. Ou qu’une enclume lui tombe sur la tête, genre même un frigo qui l’écraserait, tombé du ciel le frigo(Sérieux, gamine, j’ai vu un passage d’un film, la fille allongée à coté de son copain sur l’herbe, finissait écrabouillé par un frigidaire tombé d’un avion…), ou n’importe quoi. Bref, il espérait toujours autant crevé, parce qu’il serait bien tranquille une fois mort, et surtout, les autres auraient la paix.

En fait, quelqu’un qui se serait douté de l’incident à venir aurait tout à fait pu souhaiter la même chose.

A la place, il entendait Géant Vert, lui dire qu’il pouvait pas le laisser parce qu’il devait le ramener à la bibliothèque pour lui apprendre à lire. Qu’importe qu’il est mit un très court lapse de temps à rattraper sa blague, l’esprit de Arsène fonctionnait plus vite qu’en quatrième vitesse. Et déjà, son taux de déprime augmentait, si c’était encore possible, mais l’impossible n’est pas. Déjà il voyait cette grande brutes de faux danseurs étoiles le trainer en ce lieu à présent surpeuplé. Déjà il voyait les gens qui y lisaient innocemment, aller se tailler les veines dans les toilettes, s’étouffer avec les pages des livres, s’exploser la tête contre un mur parce que soudainement leurs vies leur aura paru absolument…merdique, pire que merdique même.

Et surtout, il voyait Idoman au milieu de tout ça, intact forcement, l’attraper par les cheveux pour le jeter dehors avec toute la violence dont il serait capable parce qu’il réaliserait que décidément il n’aurait jamais du acheter cet Hybride, lui donc, qui n’apporte absolument rien de bon et même qu’il lui dirait en ces termes « Va donc te jeter sous un voiture, immondice ».(Putain, je vois trop Ido avec un air fier, style noble devant un gueux lancer ça XD. D’ailleurs, je t’ai battu pour la longueur de la phrase).

Mais, en fait non…parce que justement, ceci était une blague. Si Arsène avait été un Kikoolol il aurait lancé un « LOL, komen t’m4 tr0 u, exxxxpdr lolilol, t con ». Mais fort heureusement pour tous, ce n’était pas le cas. A la place, il releva plutôt les yeux vers le démon en lançant un

_ C’eeest vrai ?

Aux yeux mouillés et à la lèvre tremblotante.

Et je viens de comprendre la vanne du « Peter le feu »…(Poiiiin poiiiin poiiin --).

Il n’eut pas de réponse, de vrai réponse, mais la main tendue vers lui termina de le rassurer. Doucement il tendit la main aussi pour prendre celle qu’on lui offrait(Enfin on lui offre pas une main coupée, hein, non mais voilà quoi…). Bon même si en fait, celle qui n’était pas à lui s’était surtout emparé de la sienne pour l’aider à se remettre sur pieds, mais c’était du pareils au même ! Même si, au fond, il avait toujours envie de crever, mais ça. Enfin, il suivit Tutuman, qui ne lui tenait plus la main, mais c’était pas plus mal, Arsène avait pas l’habitude de tenir la main à quelqu’un.

Et…et bah putain on se les pelait grave et si ça continuait comme-ça il finirait par choper un truc où il râperait grave des noisettes(T’as vu ?! XD). Mais c’était sans compter sur le héro de ces dames ! Et de ces messieurs du coup. Qui vint à sa rescousse, non sans une remarque fortement inutile « Mais non, enfin! Tu l’as mal mis… » nia nia nia. Mais bon ! L’Hybride ne dit rien et se contenta de laisser faire Idoménée qui l’espace d’un instant se prit pour sa mère. Maman… ;_; Snif…bref. Et lui, bah il se laissa faire, bah ouais quoi. Et suite à la nouvelle réplique, il répondit un petit « Meeerciii » intimidé, et presque inaudible, mais audible toute de même.

Comment avait-il pu penser que son nouveau maitre ait pu avoir l’envie de l’abandonner. Parce qu’il était qu’un gros naze d’Hybride ? Certes. Mais, Idotutu était probablement au dessus de tout ça. C’était un agent secret ! Forcement qu’il avait trop de classe pour abandonner lâchement un pauvre soumis aussi nul soit-il. Ah ! Si le monde pouvait être comme Idoménée ! Tout serait parfait, si le monde était un monde de paix, peuplé d’Idoman, avec des capes bleues. Comme il ne l’était jamais, à vrai dire, ce monde actuel, Arsène l’aurait bien laissé aux autres. Après tout, il pourrait bien créer le leur avec le Démon. Sérieusement, il connaissait le doute, les pleurs, la peur(et la déprime profonde) mais tout au fond là dans son cœur, il savait !



NON ! Mais ! Mais il pensait quoi là ?! Il était pas bien lui ! Mais qu’est-ce qu’il lui prenait de penser des choses pareils ! Il se frappa violemment le front avec sa paume « PAM », en secouant la tête.[au passage, le Roi Lion…]. Encore, dans deux ou trois mois, penser à ça…mais là. Et…non mais même dans trois mois, mais n’importe quoi ! Sérieux !

Et tout perdu dans ses pensées, de plus en plus idiotes…ce qui le déprimait encore plus au passage, eh oui. Il ne se rendit pas compte du chemin que prenait le Démon, et encore moins qu’il s’était arrêté. Alors bon, il avait beau avancer pas bien vite, il se prit tout de même le Démon dans la tronche. Il recula d’un pas, cligna des yeux, secoua la tête, marmonna un « Dééésolé » et…

Ca sentait la banane…Ca sentait le singe…

Et bizarrement cette odeur lui donnait la nausée. Lui donnait l’impression qu’un panneau était sorti dans sa tête et disait « WARNING WARNING WARNING »…sauf que lui, il savait toujours pas lire, et encore moins l’anglais. N’empêche que ça ne lui disait rien de bon…

Notons qu’il avait pas du capté Ido lorsqu’il lui avait parlé de surprise, brif…

Et là…là ! Il releva la tête, parce qu’il a tendance à fixer le sol, et croisa le regard de Tarzan alias René. Son cœur fit un bond, un salto, avant et arrière, dansa la macarena et s’arrêta d’un coup pour repartir à tout va. Aussitôt Arsène recula, attrapant la manche de Idoménée, parce qu’il hésitait aussi à se cacher derrière lui. Il se prit les pieds dans…dans un pavé mal mit et tomba sur le derrière, entrainant le Démon avec lui(Va-t-il lui tomber dessus et l’écraser ? Suspense !). Hurlant au passage, quelque chose surement incompréhensible pour l’Idoménée…

_ NON JE VEUX PAS VOIR TON SINGE ! T^T

Oui, il était capable de crier aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Idoménée Maxilári
Danseur Etoile
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Queer as... Ido.
Maître de: Un petit homme violet dépressif... Et déprimant! TT__TT
Soumis par:

MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Lun 4 Oct - 18:17

Pauvre Ido. Il ne se rendait pas compte de la panade dans laquelle il plongeait allègrement. Aucun panneau « WARNING WARNING WARNING » ne venait l'illuminer quelques instants, et pourtant, lui il aurait sû le lire! Mais noooon, évidemment, Eugène – ou plutôt les joueuses – avaient décidé qu'Arsou serait averti du danger, et pas lui. Mais pourquoi diable donner des avertissements divins à un gamin qui était pas foutu de s'arrêter en marchant pour éviter de lui foncer dedans?

Pour le sport.

Du coup, il n'eut pas vraiment de crainte salvatrice en voyant arriver René. Il se rappelait qu'il lui avait trouvé un air louche plus tôt lors de sa course (si si, je l'ai bien dit dans mon autre post \o/) mais bon. A la limite, il l'emmerde, tout ce qu'il voulait c'était acheter un singe en peluche à ce macaque, mais il n'avait pas l'intention d'aller boire un café, se faire une toile ou manger un tiramisu chocolaté avec cette tronche de cake puante! (Et là, je t'explose en matière de phrase indigestement longue, et j'invente un mot en prime :/)

Malheureusement, il n'eut même pas le temps de dire « bippidi boppidi boo » que l'autre tarte à la myrtille (restons thématique, Tarzan est une tronche de cake, Arsou une tarte violette!) présenta tout les signes de l'angoisse la plus totale. Enfin, ce n'eut pas été trop grave s'il n'avait pas dévellopé par la même occasion les symptômes du syndrome de maladresse avancée – ça n'existe pas, mais tant pis. De ce fait, il entraîna ce pauvre Idotutu dans une longue chute de son fessier vers le sol froid et mouillé.

C'était la deuxième fois en une heure, et probablement la deuxième fois en 300 ans pour lui, ce qui induit le constat suivant : Arsou porte la poisse.

Malgré tout, Ido ne fit pas ce constat, donc. Non, alors que son postérieur – qui avait miraculeusement évité la petite chose violette au sol – se remettait de son choc, il digéra ce qu'il avait entendu, soit un truc qui ressemblait à « je veux pas voir ton singe ». Ouais voilà! Ce qui était suprenant pour plusieurs raisons.

Déjà... Arsou avait une voix. Même qu'il savait s'en servir pour autre chose que le traiter de menteur, dire que c'était un agent secret ou une autre connerie. Mais, pouvait on considérer que cette fois ci il ne s'agissait pas d'une ânerie? Et bien, le danseur de ces dames prenait ça très au sérieux! Ouais! Pourquoi?

Précisons d'abord qu'il était crevé, épuisé par cette journée de merde, ses synapses avaient donc probablement du mal à fonctionner convenablement. Du coup, les paroles d'Arsou prirent une signification tout à fait particulière dans son esprit momentanément détraqué.

*Attends... Quel singe? J'ai pas de singe! Alors, il parle du singe de Tarzan là?

Mais, ça veut dire quoi « Le singe de Tarzan »? Il aurait croisé ce mec tout à l'heure? Après tout, c'est probable vu que je l'ai vu... Bon, c'est vrai qu'il avait pas l'air net mais... Le singe de Tarzan... Cela voudrait il dire qu'il voulait lui montrer son... Sa... Enfin, ses...

Non...



Si?



Oh c'pas vraiii! (<--- Avis aux amateurs d'Eric [et Ramzy])



Mais si c'est vrai!

...

PUTAIN LE COYOTE PUANT!*


Moui, je vous avait prévenu, il est fatigué. A tel point qu'il se figure que René le Tarzan avait comme objectif d'exhiber son devant des fesses aux yeux innocents et azurs – et non pas violets – de cet innocent petit être grelottant et anéanti! Et que c'était pour ça qu'il s'était caché dans une ruelle, terrorisé!

[*Intervention du perso* Ido: Hey oh! Je suis pas d'accord! Je passe vraiment pour un con dans ce post! Autant je n'ai rien dit quand tu m'as fait penser n'importe quoi à cause de tes défis-j'sais-pas-quoi-là, mais ça... !/ J: Nan mais attends, c'est pas contre toi coco, c'est juste pour que tu aies une raison de casser la gueule à René! / Ido: Mais, je veux pas lui ca... / J: Et si. v__v]

Et ouais! Ido était fou de rage en imaginant ce gros porc posant ses sales pattes sur son petit Arsène chéri sur l'hybride qui l'accompagnait, et il avait tellement pitié pour lui qu'une chanson empli son coeur... Une chanson vantant l'aide de son prochain, lui donnant le courage d'affronter des montagnes de bananes...

Oui, il se sentait aussi fort qu'une armée... Que dis-je qu'une armée! Qu'une société! Il était là pour aider Arsou, quelque soit ses problèmes, il devait s'en charger lui même! Oui! Arsène était en danger, et même sans l'appeller, il avait décidé qu'il viendrait quoiqu'il arrive, qu'il serait puissant! Parce que, il était là pour l'aimer! Sur la terre, dans les airs, et même au fond de la mer...

*Mais non, je l'aime pas, ça viendra dans quelque mois... Mais merde, qu'est-ce que je raconte encore?! *

Bref.

René, qui était maintenant arrivé devant les deux protagonistes alanguis au sol tombés par terre, n'eut même pas le temps de dire « Miam miam miam j'ai des fourmis dans le noooombril et ça me donne de l'appétit! » qu'Ido avait bondit sur ses pieds et lui avait retourné un crochet du droit – ou du gauche, ou s'en fout il est ambidextre. Ce coup violent avait d'ailleurs fait tomber le macaque un peu comme Arsou plus tôt, mais Ido n'eut pas de pitié pour autant. C'était le contraire, même, puisqu'il dit en le regardant de haut avec la voix et la posture d'un super-héros:

« Ca t'apprendra à vouloir montrer ton singe à tout à chacun, misérable! »

(J: * Se marre toute seule * / Ido: Merrrrde, mais c'est quoi ce post!)

Pensant que tout était réglé, il tourna les talons pour rejoindre son protégé.

Tout est réglé, vraiment?

Et noooon! En effet, le singe est un animal fourbe! Ne dit on pas d'ailleurs « fourbe tel un singe »? En tout cas on devrait. Toujours est il que ce ne fut pas tel un singe, mais tel un con qu'Ido s'étala par terre! Non pas qu'il était maladroit, étant donné que c'était maintenant la troisième fois en 300 ans, mais monsieur René ne voulait pas en rester là! Non, môsieur voulait en découdre! Du coup, il avait tiré notre homme qui avait pourtant l'air d'un éphèbe triomphant et éclatant peu avant! Là, il avait plutôt l'air d'un mec qui se faisait éclater la tronche par un macaque.

Et j'aime autant vous dire qu'il n'y allait pas de main morte, le dit macaque! Ses sales petites pattes à pouces opposables avaient décidées qu'il était temps de s'activer pour se venger de l'upercut, ce qui mettait Ido dans une sale position. Fort heureusement, il avait de la ressource et réussi par un balancement de hanche astucieux (pratique d'être danseur ~) à reprendre le dessus. Un attroupement se forma autour des deux hommes qui se roulaient par terre en se frappant, tantôt l'un au dessus, parfois l'autre... Outre les poings fendant l'air, on pouvait entendre des « J'invite qui je veux dans ma caravane! C'est pas parce que tu voulais pas venir que tu dois être jal... » , « MAIS TA GUEULE » et autre grognements. Biensûr, tout le monde aura compris qui a dit quoi.

Tout cela eu pu durer longtemps, s'il n'y avait pas eu Son intervention. Il n'est pas question ici d'Eugène, mais de la femme de René, qui sortait en trombe de la caravane. Avec une délicatesse et une classe toute féminine, elle exprima son mécontentement.

« MAIS BORDEL RENE! T'es encore en train de faire chier les clients?! Mais c'est-y pas dieu possible de se trimballer un connard pareil comme compagnon! »

Tiens, le silence se fit... En effet, tout le monde – soit Ido Tarzan et la foule – avait eu le souffle coupé par l'intervention de la femelle... (Un post avec Tarzan, il fallait bien que Jane débarque!). L'homme singe essayait d'amadouer sa chère pas très tendre à coup de « Mais bibiche, je te jure que... Mais, tu ne vas pas me trainer par l'oreille jusqu'à la caravane? »... Naturellement, c'était inutile vu que la furie se contenta de lui répondre « Je ramène ton oreille à la maison, le reste suit s'il veut è___é »

Tout cela fut bientôt fini, laissant un Ido désorienté assis par terre. Il avait mal un peu partout, et ne savait pas encore qu'il saignait du nez vu que celui ci n'était pas cassé... (Moui, j'ai beau être une vilaine joueuse, je ne pète pas le nez de mes créatures quand même v___v) Il avait un peu honte aussi, parce que c'était la première fois qu'il en venait aux mains en 300 ans... Pour une connerie en plus.



C'était vraiment une mauvaise journée. (Et ce post était vraiment vulgaire :/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Jeu 4 Nov - 18:10

Il n’avait pas fini en crêpe à la myrtille, et franchement ça tombait bien parce que nous n’étions pas en Février. Certes, l’on pouvait faire des crêpes à n’importe quelle moment de l’année mais eh, faut bien compenser ce post. Bon, il était désolé que Idoménée se soit écrasé à côté de lui, surtout qu’avec sa grandeur, ça devait faire bien mal, mais bah…bah rien. Il pensait qu’ils allaient pouvoir se lever et partir loin d’ici, loin de Tarzan et de son singe douteux. Seulement, son maitre se senti pousser des ailes et pour une raison inconnu à Arsène, jusqu’à la fameuse réplique du Démon, il se mit à frapper René qui s’était donc éclaté au sol.

Choqué par tant de violence de la part de l’Idotutu, preuve qu’il n’était pas danseur, un danseur ça n’avait pas de couilles, et donc pas le cran de frapper quelqu’un, preuve encore qu’il était un agent secret, mais bref. N’empêche qu’il était choqué quand même. Du même coup, il resta par terre.

Du moins jusqu’à ce que Idoman se fasse mettre par terre par le macaque. Alors là ! Arsène il se releva un peu genre « Qu’est-ce qui se passe ?!!! IDOOO ! », mais dans le plus digne des silences. Et il observa de ses yeux affolés le combat que se livrait les deux hommes. Il aurait voulu aider son maitre, parce qu’il l’aimait bien au fond…ou pas. Mais conscient de la poisse qu’il portait, il ne voulait pas ruiner tout les chances de Démon. En plus, doué comme il était, il aurait été capable de trébucher sur les deux hommes et de se péter une ou deux dents sur les pavés.

Donc non…

[T’as merdé pour ta phrase la plus longue. Je gagne, tu perds ! \o/]

Et puis c’était tout aussi bien de regarder. Parce que Grande Asperge qui se battait, ça valait le détour ! Il était tellement beau et fort quand il écrasait la tronche de cake du demeuré. Euh…Pourquoi est-ce qu’il pensait ça ? Ce n’était pas le moment ! Enfin, il avait pas l’habitude de penser des choses pareils, quoi, et franchement c’était un peu bizarre. Il avait l’impression que quelque chose n’allait pas avec lui. Mais brif, ne ratons pas Idoman VS Tarzan !

Et donc, justement. Alors que les poings fusaient de ci de là du visage de chacun. Arsène rentra dans une grande réflexion qui portait à peu de choses près sur le fait qu’il voudrait bien être comme Idoménée. Il voudrait marcher avec autant de classe que lui. Parler aussi distinctement que lui. En fait, faire comme lui, tout. Un Hybride comme lui, il pourrait, il le croyait, être parfois plus Ido qu’Ido. Pas plus Démon que lui, parce que là franchement, Arsène, démoniaque ? (Tu sors les dossiers msn, je te tape !) … [Le livre de la jungle 1].

Brif, il était dans un état d’admiration la plus totale.

Tellement que sur le coup il ne remarqua pas l’arrivé, pourtant annoncé par une fanfare, limite, de Jane la compagne de vie de Tarzan. Cela dit, il l’a remarqua lorsqu’elle chopa son conjoint par l’oreille pour le ramener fissa à la casbah. Il secoua la tête, cligna des yeux. Il eut envie de crier à l’adresse de René que c’était bien fait pour sa gueule. M’en n’en fit rien, parce que d’une c’était pas son genre. Et de deux son regard venait de se porter sur Idotutu…

DU SANG ! Mon Eugène du sang ! Il saignait ! Une blessure de guerre ! Guerre provoqué par sa faute ! Lui pauvre misérable Hybride qu’il était !

Ni une ni deux ! Ni tout autres chiffres ou numéros. Arsène fonça sur le Démon, plongea sa main dans sa poche et…se rendit compte qu’il n’avait pas de mouchoir à offrir à l’agent secret. Alors là !

Là…

La crue du Nil c’était rien à coté du flot de larmes qui sortaient subitement des yeux du Violet.

_ Voootre nez il saiigne, et bah, bah, j-je voulais vous do…donnez un mouchoiir, mais j’en ai paas. T^T

Sniiiiflr…

Ce que c’était triste et terrible comme situation.

Il baissa les yeux, honteux. Oui, c’était trop la honte d’abord. Triturant ses doigts. Dansant d’un pied sur l’autre. Parce qu’offrir de quoi arrêter le saignement au Démon, c’était aussi sa manière de dire merci. Et comme il en avait pas, il allait passer pour un ingrat.

Quoique soudainement la lumière fut…

_ Je saiis pas si euh mais m’rci…

Le dire aussi, c’était pourtant évident. Mais d’un côté, l’Ido l’avait-il réellement frappé pour venger Arsène ? Qu’en savait-il après tout ? Hein ?! Le gros doute, là. Mais bon…

D’ailleurs, le doute était le bienvenue, l’Idotutu l’ignorait mais sans lui, Arsène aurait pété un câble et se serait jeté dans les bras d’icelui, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Idoménée Maxilári
Danseur Etoile
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2009

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Queer as... Ido.
Maître de: Un petit homme violet dépressif... Et déprimant! TT__TT
Soumis par:

MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   Jeu 25 Nov - 19:57

Allons bon. Résumons la situation – parce que ouais, c'est toujours vachement plus facile de commencer un post en expliquant ce qui s'est produit avant. En plus, ça fait gagner des lignes – dit la joueuse qui se dit tout le temps « punaise j'ai fait un pavé c'est horriblement indigeste, 'faut que je rabote tout ça! ».

Mais erm.

Oui donc, la situation toussa. Ido, le danseur étoile préféré de ces dames, de ces PR et mêmes des mangeurs de tapas se retrouvait donc le postérieur dans la neige. Lui qui n'était pas tombé bien souvent dans sa vie – trois fois, si je me souviens bien de mes autres posts. Il se sentait un peu comme un petit poulet qui aurait perdu son pantalon dans la rue, tout trempé par terre, après s'être roulé dans la neige sous – et sur 'faut pas déconner quand même – un vendeur de singes. Enfin, de singes en peluche, mais c'était les boules quand même. D'ailleurs, il se mettait vachement en question. Même que ouais.


* Putain, je me suis vraiment comporté comme un homme de la jungle là ;___;. Oui, je n'ai sûrement pas suivi la bonne décision en le frappant! En plus, c'est quoi cette connerie que j'ai dit sur son singe? J'ai l'air trop con maintenant! Tout ça à cause d'un seul faux pas! Mais je ne pouvais quand même pas un pauvre type montrer son... Enfin, voilà quoi...

Mais si ça se trouve, je me suis gouré! Ptet qu'Arso... ène a eu peur d'une peluche et puis voilà! Pourquoi j'ai déconné comme ça? Depuis quand singe=organes génitaux? T___T Ouais, j'ai pris le chemin des suppositions, et c'est toujours très dangereux !

Bon, on va mettre ça sur le compte de la fatigue. Ouais, voilà, la fatigue. C'était juste une fusion de confusions mêlées à d'autres complications! *


[Et bam, un petit poulet pour toi!]

Moui bon. Disons qu'Ido avait raison sur un point: il passait vraiment pour un demeuré. Après, peut être que petit homme violet verrait le héros en lui! Oui, après tout, il avait déjà vu l'agent secret en lui, puisqu'il avait deviné que comme un homme il était plus fort que le cours du torrent, secret comme les nuits de lune de l'orient et tout et tout. [ C'est pas un défi Mulan, mais la nostalgie ça fait plaisir quand même hm?] Et puis, même s'il ne le savait pas, Tutuman avait quand même sauvé l'honneur d'Arsou! Ouais! Donc, même si tout les événements qui précédaient permettaient de prévoir qu'une catastrophe était à venir – bah ouais, il y avait tout, la superdose de bons sentiments pour Arsou, la pincé d'emportement du coup de poing dans la face de René, la cuillère de maladresse qui l'avait fait tomber... [KFC version 2!] Bref, même si tout montrait qu'Idoménée allait faire une connerie, il n'avait pas le choix! On est chevaleresque avec les demoiselles en détresse quand on est danseur étoile.

Breffouille. Il lui fallu quelques instants pour capter qu'Arsou lui parlait quand même. Bah ouais, désolée, on ne peux pas se rouler dans la neige avec René et être frais et dispo tout de suite après quand on est un humain! Enfin, un démon.

Donc, il phasa un peu avant de comprendre ce qu'Arsène le disait. Il resta donc par terre, le regardant en un mélange de « je suis dans les vappes » et « je plisse les yeux parce que ça m'intéresse vachement ce qui tu raconte! ». Puis au bout de quelques instants, son cerveau fit les recoupements nécéssaire pour tirer des déductions à propos de la présence des mots « saigne » « votre » et « nez » dans la phrase qu'Arsou bégayait difficilement entre quelques sanglots désorganisés. [Même avec ça, je suis sûre que je latte pas ta phrase super longue :/]

Du coup, tout se mit en branle dans son encéphale! Sa main s'approcha de son nez et... Mais ouais putain, c'est qu'il lui avait cassé le nez l'autre connard! Il tritura un peu la proéminence sur son visage pour voire et... Et ben non, ça faisait pas bobo, c'était pas cassé. Juste sanguinolent. Ouf. A croire qu'une bonne âme veillait sur lui ~~.

Mais bref. Il avait beau s'être battu dans la neige avec un mec comme deux stripteaseuses se battraient dans la boue, il se devait de faire bonne figure. Show must go on, comme dirait le moustachu en body à paillettes! [Et là, je ne comprends pas pourquoi mon correcteur d'ortho ne râle pas pour mon utilisation de l'anglais – mais râle pour « ortho ».] Du coup, il se leva! Et il marcha! Et il laissa Arsou derrière lui, préférant s'envoler pour une vie de luxe avec PR et Ramon!



Nan nan, je déconne – hahaha. Après s'être levé laborieusement donc, il resta genre trente secondes debout, à regarder Arsou – quand je vous disais qu'il était dans les vappes! Il fini par lui poser une main sur l'épaule. Alors, je vais casser un mythe tout de suite: ça pourrait faire genre cowboy qui tapote l'épaule d'un mec qu'il a sauvé pour faire style « ouais p'tit, t'inquiète, Ido veille sur toi! » … Mais en fait trop pas. C'était juste pour garder l'équilibre. Tout de suite moins classe quoi.

Et il fini par parler! Ouais, parce que, évidemment, il ne parla pas juste après s'être levé et appuyé sur le truc une tête en dessous de lui! Bah non, il fallait qu'il reprenne ses esprit! Donc, après un laps de temps certain, il fini par dire:

« Ne t'inquiète pas. »

Phrase énigmatique s'il en est! Comment ça je suis la seule à la trouver énigmatique? Pourtant, c'est inhabituel de dire ça à quelqu'un qui n'a pas dit genre « j'ai peuuuuuur » ou je ne sais quoi! Mais alors, pourquoi dire ça? Ben, parce qu'il était fatigué et donc il restait vague. Au lieu de dire « C'est pas grave si tu n'as pas de mouchoir, de toute façon je saigne que un peu du nez et puis c'est normal que je t'ai défendu voyons, ne t'inquiète pas! » … Bah il pensait le début de sa phrase, mais ne disait que la fin. Puis de toute façon, un agent secret, ça parle pas beaucoup. *BAM*

Ha, tiens, j'allais oublier: certes, Ido ne se doutait pas qu'Arsou aurait voulu se jeter dans ses bras, mais ça n'aurait pas du l'étonner pour autant. Bah ouais, tout le monde est très heureux d'être contre Ido! Ca ne sert à rien pour le post, mais ça me permet de caser mon défi pour la dernière fois.

A part ça, il fini par prendre une décision. Il lâcha enfin son épaule-béquille, estimant que c'était plus pratique, et dit.

« Allez, rentrons. »

Et il se dirigea vers la voiture toujours garée devant la bibliothèque parce qu'il était un peu con, le pas alourdi par la fatigue. [Et pof, j'enregistre pour être sûre que ça me supprime pas pendant que je posterais!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
IV - Hey ! J'ai des bonbons ! [Idoménée Maxilári ] [Clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» Le Mangeur De Bonbons Débarque ! =3 [ Fini ^^ ]
» ¤ Balade, discut' & bonbons ¤ [TERMINE]
» Les Profs aussi aiment les Bonbons ? |PV Demyx|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devotion [Maîtres/Soumis] :: Inscriptions :: RP-
Sauter vers: