Devotion [Maîtres/Soumis]

Bienvenue à Meridell, Cité où règne la loi du plus fort… Serez-vous soumis à votre condition ? Profiterez-vous de votre position de Maître ? Très bon jeu sur notre forum !!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mar 9 Déc - 14:01

Ishina se promenait sur la place. Elle était assez joyeuse de la météo. Un temps clair et dégagé. Elle pensait à Clarence et à Koyuki. Elle se demandait quand une troisième personne viendrait compléter la maisonnée. Il est vrai qu’il y avait souvent des invités ou des visites, mais il manquait encore une touche féminine dans la maison. Ishina se demandait si elle ne pourrait pas demander à Jack Koupl de lui trouver son bonheur, mais ce serait forcer la chance et Ishina ne voulait pas que des chasseurs fassent du mal à des personnes pour elle. Elle sentit un léger vent prendre dans ses cheveux et son kimono. Elle remit les pans de son kimono en place. Elle portait un kimono qu’elle ne portait que rarement en publique. Un kimono rouge arborant un phénix dans des tons orangés. Celui-ci, retenu par une obi noire. Ce kimono montrait que son père était un maître de la guilde pyroman de Kyoto. Elle n’aimait pas son père, mais la tenue de la guilde lui avait toujours parue si belle.
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mer 10 Déc - 1:01

Un pas, puis un autre, d'abord hésitants dans la petite rue où se trouvait la résidence de Tsukasa-sama, et au fur et à mesure de sa lente progression vers la place de Meridell, la démarche de Firiel s'assura, pou retrouver son rythme habituel. C'était l'une des rares fois où l'aveugle sortait véritablement seule, sans maître ou soumise pour l'accompagner, sans même Ys, son chien-guide. Elle se sentait nerveuse, craignant à chaque coin de rue de renverser un passant qu'elle n'aurait pas détecté à temps, et ce malgré l'attention exarcerbée qu'elle portait à l'environnement dans lequel elle évoluait. Les sens en alerte, elle tentait néanmoins de garder une apparence sereine et calme. Contre sa poitrine était retenu l'étui d'un violon, dont elle devait faire remplacer les cordes qui avaient cassé, récemment. Elle n'en avait soufflé mot à personne, et s'était éclipsée durant la journée pour se rendre à la place où se trouvaient de nombreux stands marchands. Il existait également une galerie, mais elle ne connaissait pas son emplacement exact. Ce n'était déjà pas facile pour elle de descendre les quelques rues qui la séparaient du coeur de la ville, alors se rendre là où elle n'avait jamais été lui était quasiment impossible. Elle était trop méfiante pour faire confiance au premier venu ... Logique, d'un côté, quand on savait quel genre de forcenés se baladaient dans Meridell. Sans compter les nombreux avertissements et mesures de prudence qu'on lui avait dit d'appliquer. La pauvre humaine allait bientôt finir paranoïaque. Mais pour revenir au sujet principal, Firiel se rendait à la place pour son instrument. Bientôt, le bruit des voix des marchands mêlé à celui des tintements de cargaisons parvint à ses oreilles, mais il lui semblait moins fort que la dernière fois. Elle pensa s'être trompée de jour, mais tandis qu'elle avançait en tentant de trouver une excuse valable pour son absence de la demeure de son maître, elle heurta quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Elle entra en collision avec le dos d'Ishina. À marcher si distraitement, elle n'avait pas prêté attention à l'endroit où elle mettait les pieds ... Elle recula d'abord lentement en se reconnectant à la réalité, puis s'inclina très vite.

P-pardon! Je ne faisait pas attention.

Ou elle ne voyait pas où elle allait. Au niveau de ses yeux, un large ruban couvrait ses paupières, le noeud sur la tempe. Un drapé habillait son buste, mais dévoilait ses fragiles épaules, puis retombait jusqu'à ses chevilles en un lissé parfait, mis à part à la taille où une ceinture de maillon ronds et dorés resserrait la soie blanche contre sa peau, au-dessus de ses hanches. Un foulard lui aussi immaculé entourait son cou fin. L'humaine se redressa de toute sa hauteur, et s'apprêta à poursuivre sa route, rouge de honte, et fila vite en ligne droite, passant près de la démone ... Vers laquelle, au bout de deux pas, elle se retourna.

Ex-excusez-moi ... Sauriez-vous où je pourrai trouver des cordes de violon ... ?

En effet, elle ne savait pas si il y avait un marchand qui vendrait cela ... Et sutout, elle espérait que ce ne serait pas cher, car sa pauvre bourse ne contenait qu'une dizaine de Meryls ... La prochaine fois, elle pensera à soutirer un peu plus d'argent à Tsukasa-sama. Elle ne lui avait rien dit, par peur de sa réaction, car c'était dans un moment de colère que l'accident était arrivé. Elle avait trop forcé sur l'archet ...


Dernière édition par Firiel Hanabashi le Ven 19 Déc - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mer 10 Déc - 10:13

Ishina était occupée à regarder le ciel lorsque quelqu’un vint à la bousculer. Elle se demanda qui pouvait être l’importun qui la dérangeait. Elle se retourna et fit face à une humaine ayant un bandeau sur les yeux. Elle se demanda pourquoi elle portait un bandeau, mais après tout, il y avait plus d’une personne originale. La personne s’excusa avec une voix assez fluette et peu sure, qui allait avec l’apparence de faiblesse de la personne. Ishina l’observa mieux, cette humaine était bien habillée et bien que d’apparence fragile, elle était agréable à regarder.

- Ne vous excusez pas, j’étais moi-même distraite… Je regardais les nuages. Vous allez bien, pas de douleurs où autre chose?

Ishina était vraiment inquiète pour cette humaine. Elle se souciait énormément des ‘soumis’ de la cité. Elle se demanda qui pouvait bien avoir une personne si charmante comme compagnie. Mais pour le moment, il était question de bonne manière. Mais à sa grande surprise, la personne fit un pas de coté, manquant de bousculer une autre personne et fit deux pas en avant. Ishina n’en revenait pas. Cette personne avançait sans voir, du moins, sans regarder sa route. Ishina lui attrapa le bras pour ne pas qu’elle percute d’autres personnes en mouvement.

- Je vous prie d’excuser ma familiarité dans le geste, mais il y a d’autres personnes circulant sur cette place. Et certaines sont fort peu sympathiques ou avenantes. Si cela ne vous dérange pas et ne vous gêne pas, vu que vous ne voyez votre route, je me ferai une joie de vous guider.

Ishina avait saisi le bras de l’humaine au moment ou celle-ci se retournait et avait parlé juste un rien en décalage avec celle-ci. Ishina était un peu gênée. Les bonnes manières interdisaient que l’on coupe la parole à qui que se soit et Ishina avait été bien élevée. Elle avait bien abandonnée les us de sa famille, mais jamais l’éducation qui lui avait été donnée. Ishina lâcha le bras et s’inclina pour s’excuser.

- Je suis impardonnable. Je n’aurai pas du vous couper la parole. Des cordes de violon, vous dites…hum… Oui, j’ai bien une idée d’où nous pourrons trouver cela, mais pas sur le marché. Il y a un artisan qui fait de l’excellent travail dans une des rues attenantes à la place. Je vais chez lui pour mon shamisen. Je suppose qu’il pourra vous aider.

Ishina avait répondue à la question. La gêne qu’elle ressentait de ses erreurs de politesse pouvait s’entendre dans sa voix. C’est alors qu’elle se redit compte qu’elle avait oublié le principal lors d’une première rencontre fortuite, elle ne s’était pas présentée…

- Je suis vraiment distraite, d’une distraction coupable… Permettez-moi de me présenter, je me nomme Ishina Ayako no Oni, de la famille no Oni. C’est un honneur et un plaisir de vous rencontrer. Et si je puis me permettre, à qui ai-je l’honneur?

La voix d’Ishina redevint plus ce qu’elle était d’habitude. Elle avait rattrapé les erreurs de cette première rencontre et surtout de ce premier échange de mots. Elle s’inclina comme le voulait la tradition. Elle se redressa et attendit patiemment que l’humaine au bandeau se présente et, éventuellement, accepte son offre de la guider.
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Jeu 11 Déc - 23:32

Firiel avait l'impression d'accumuler gaffe sur gaffe. Pour éviter la démone qu'elle avait bousculé, elle fit un pas de côté, et manqua de percuter à nouveau un passant tandis qu'elle avançait de deux pas. Elle n'était plus concentrée, mais terriblement nerveuse, encore plus qu'auparavant, son visage cramoisi de honte et de confusion en témoignait. Sa première cible justifia la familiarité de son geste ... Ce ne fut qu'à ce moment que l'humaine prit conscience de la main qui retenait son bras, pendant qu'elle parlait, presque en même temps que cette femme. Alors qu'elle s'apprêtait à s'excuser à nouveau, elle fut surprise de l'entendre la dévancer. Elle ne s'attendait pas à ce que cette représentante d'une race supérieure se comporte ainsi. Firiel restait immobile, muette comme une carpe. Cette inconnue était beaucoup plus polie que ce qu'elle avait pu rencontrer jusqu'à présent, et surtout, elle ne la traitait pas comme une simple soumise. Elle aurait pu s'énerver contre elle, et l'humaine avait l'habitude d'encourir le courroux des maîtres, mais au contraire, elle était très respectueuse, pleine de bonté aux yeux de l'aveugle qui avait perdu tous ses moyens. Son visage pâle s'éclaira au mot shamisen, malgré la gêne contenue dans la voix de la jolie démone et qu'elle avait bien décelée. Mas très vite, elle fut rappelée à la réalité, alors qu'elle s'imaginait l'instrument détenu par son interlocutrice, dénommée Ishina. Firiel fit un pas en arrière, veillant cette fois-ci à utiliser son instinct afin de ne heurter personne. Elle ramena les mains sur le devant de ses cuisses en tenant l'étui du violon entre ses doigts, et s'inclina comme on le lui avait appris, plus bas encore que ce qu'elle n'avait jamais fait.

Je suis la seule fautive, dame no Oni. Veuillez pardonner ma maladresse et mon étourderie.

L'humaine resta encore dans cette position pendant quelques secondes. Ses longs cheveux relâchés ondulaient contre sa joue, le bout du noeud se mêlant à des mèches grisâtres. Ce ne fut qu'à ce moment-là qu'elle remarqua que le temps était agréablement doux, quelques joyeux rayons de soleil venaient mordre la peau de ses bras nus et le vent filait entre ses jambes, soulevant les pans de soie pure. Enfin, elle se releva, et son visage fit face à la direction supposée de celui d'Ishina. Les joues n'étaient plus aussi rougeotes, mais tout de même habitées d'une jolie teinte rosée.

Je me nomme Firiel, madame.

Marquant un temps d'hésitation, l'humaine resserra son étreinte sur la poignée de l'instrument. Elle inspira, et sa voix, qui s'était jusqu'à présent faite fuyante et grêle, s'assura, comme sa posture.

Si votre proposition tient toujours, je serai heureuse de l'accepter.

Elle avait essayé d'être aussi polie et d'ausi bien parler que dame no Oni. Mais ce n'était pas facile pour elle, qui n'était plus habituée à s'exprimer autrement que par la musique. Elle préférait souvent rester en retrait, et elle ne prenait que rarement la parole ...


Dernière édition par Firiel Hanabashi le Ven 19 Déc - 2:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 12 Déc - 2:57

Ishina ne fut pas surprise par le niveau d’éducation et de politesse de la jeune humaine. Elle avait une tenue convenable et surtout, un étuis à violon qui semblait être d’une grande valeur. Et il aurait été étonnant que cette jeune personne soit mal polie pour aller avec cela. Par contre, la jeune humaine semblait comme choquée ou tétanisée en entendant ses excuses. Ishina se dit qu’elle n’avait jamais du avoir affaire à une démone de grande famille qui avait renier les traditions familiales. Ishina finit par comprendre que la jeune humaine était aveugle. Et au vu des joues rougissantes de celle-ci, elle devait être gênée de ce qu’Ishina faisait. La jeune humaine s’excusa et s’inclina très bas, chose qui gêna Ishina. Elle sentit tous les regards se poser sur elles deux, faisant des excuses l’une à l’autre. Ishina prit un ton de conversation normale qui cachait fort mal sa gêne.

- Allons, ne vous excusez pas, il n’y a rien à pardonner. Au mieux, je veux bien partager la faute avec vous.

Ishina observait toujours la jeune humaine courbée. Elle avait des cheveux d’une longueur étonnante. Elle se demanda si il était doux au touché, mais cela ne se faisait pas. Ishina réprima son envie de les toucher et si l’humaine les avait aussi doux qu’il semblait, lui demander son secret pour réussir à avoir d’aussi beaux cheveux. Lorsqu’elle fit face à Ishina, l’humaine avait encore les joues un peu rosées. Cela lui allait à merveille, une vraie image de la beauté, portée à la vie. La robe de soie de l’humaine volait légèrement au vent. Ishina pensa à sa propre tenue. Son kimono s’était un peu relâché. Elle le remit donc en place convenablement. Pendant qu’elle faisait cela, elle entendit la jeune humaine se présenter.

- Firiel, que voilà un nom qui est doux à l’oreille. Il vous va très bien, il est léger et délicat comme vous me semblez l’être vous aussi.

Ishina nota que Firiel semblait rassembler ses forces pour s’exprimer. Ishina se demandait ce qu’elle allait dire. Mais, Ishina sourit paisiblement en entendant la requête de Firiel.

- Mes offres sont toujours valables. Ce sera un plaisir et un honneur pour moi de vous accompagner. Permettez, je vais vous donner le bras et nous irons ensemble. Je dois aussi passer prendre un autre achat, si le détour ne vous dérange pas?

Ishina prit le bras de Firiel et assura la main de cette dernière sur son bras droit. Recouvrant la main de Firiel avec sa main gauche. Pour le détour, elle devait passer chez un petit importateur japonais. Elle avait reçu un message lui indiquant que les commandes de kimonos pour les membres de la maisonnée étaient arrivées…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Lun 15 Déc - 0:01

Firiel aurait bien aimé voir qui lui faisait face. Seule une jolie personne pouvait être aussi douce et bienveillante, avec d'aussi bonnes manières. Elle ne doutait pas un instant de la sincérité des propos de la démone, habituée à déceler vérité et mensonge par la voix, puisqu'elle ne pouvait le faire autrement. Elle la sentait gênée, mais des regards posés sur elle l'empêchèrent de s'incliner à nouveau pour s'excuser. C'est vrai, de quoi avaient-elle l'air, à se demander mutellement pardon? L'humaine mit fin aux effusions par un léger signe de tête signifiant son accord, et ébaucha un sourire aimable, ses joues se parant encore un peu plus de rose au compliment fait sur son prénom. La demoiselle ne savait quoi répondre, et lorsqu'Ishina se saisit de son bras mince, elle ne sut que s'y attacher fermement, sans trop s'y appuyer pourtant.

Je vous en prie, dame no Oni. Ce détour ne me dérange pas.

Les lèvres de Firiel s'étirèrent encore davantage en un grand sourire lorsqu'elle sentit la main démoniaque posée sur la sienne. Sa gêne, son embarras, envolés, dissipés par l'attitude douce et sympathique de la belle dame. À laquelle Firiel posa une question.

Puis-je vous demander dans quelle boutique nous faisons ce détour, madame?

L'humaine ne voulait pas paraître curieuse, ou même impolie, mais elle préférait savoir où elle se rendait. Ça pourrait lui éviter une surprise. L'étui de son violon à l'autre main, elle paraissait petite par rapport à sa compagne.

Oh... Vous m'avez parlé d'un shamisen, il me semble...

L'instinct bavard de chaque être et qui sommeillait en Firiel s'éveilla soudainement. Cette démone était d'agréable compagnie, et semblait aimer la musique, elle aussi, ce que l'humaine ne pouvait qu'apprécier. Elle n'avait jamais vu de véritable shamisen, si ce n'est en peinture, et encore, cela faisait tellement longtemps qu'elle n'était plus très sûre de l'apparence de l'instrument. Enfin, elle tentait intérieurement de dompter son enthousiasme, afin de ne pas être déçue par une réponse négative. Même si elle ne le prendrait pas mal. Elle ne pourrait que se blâmer elle seule d'avoir été si audacieuse, d'avoir autant parlé. Une douce odeur de biscuit vint chatouiller son sens de l'odorat.

[Désolée, c'est court. ^^']


Dernière édition par Firiel Hanabashi le Ven 19 Déc - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Lun 15 Déc - 15:33

Ishina fut ravie de savoir que le détour ne gênait pas sa compagne de promenade du jour. Elle les orienta donc vers la boutique de l’artisan à qui Ishina passait commande des kimonos de sa maisonnée. Elle appréciait toujours le travail de cet artisan. Il savait où trouver les meilleures étoffes, mais aussi, comment ne pas les détériorer avec une coupe imparfaite. Ishina perçut la fin des excuses qui semblaient pourtant ne pas avoir de fin. Elle en fut ravie. Elle commençait à ne plus savoir où se mettre avec tous les gens qui observaient la scène.

Je suis heureuse que vous me le permettiez. Koyuki et Clarence attendent cette commande depuis un moment. Ils ne savent pas encore qu’elle est arrivée, je veux leurs en faire la surprise…

Ishina restait énigmatique, mais elle n’avait pas pensé à clarifier le sujet avant qu’on lui pose la question. Elle se sentit rougir. Elle avait complètement oublier de dire ce qu’elle voulait aller chercher, en quoi consistait la commande en question…

Je suis impardonnable et distraite aujourd’hui. Je ne suis pas assez claire. Je vous parle comme à quelqu’un de ma maisonnée. Je vais chercher les kimonos que j’ai fait faire pour mes deux compagnons de vie. Ils ont le maintient qu’il faut pour porter le kimono et je me suis faite un plaisir d’aller leur en commander. Ils savent qu’ils ont choisis les couleurs et les coupes, mais je n’ai pas dit quand la commande serait prête.

Ishina marchait toujours en tenant Firiel par le bras. Elle se demanda si cette dernière avait vu un jour. Elle se demanda comment poser la question. C’était un peu cavalier de la poser. C’est alors que Firiel changea les pensées d’Ishina, l’aiguillant sur son instrument. Elle jouait peu, mais aimait jouer de temps à autre, dans le parc par un temps comme celui de la journée. Il faut dire que les chants accompagnant le shamisen étaient hors de portée pour la voix d’Ishina.

Je joue un peu, mais je suis loin d’avoir un grand talent. J’aime à jouer par des journées comme celle-ci, dans le parc de ma propriété. C’est un instrument de famille que j’ai prise avec moi lorsque j’ai quitté ma belle ville de Kyoto.

Ishina n’avait pas son instrument avec elle. Elle regretta de ne pas le mettre entre les mains de Firiel qui semblait être une virtuose accomplie. Ishina lui sourit, même sachant qu’elle ne la voyait pas. Après tout, Firiel n’était pas différente d’une autre personne à cause de son handicap. Ishina rassembla son courage et se décida à poser sa question.

Je sais que ca peut paraitre cavalier de ma part. Nous nous connaissons à peine et je suis une vile curieuse. Mais, avez-vous toujours été aveugle? Si vous voulez bien me répondre.

Ishina avait prononcé sa phrase d’une voix taquine excepté pour la question où elle s’était montrée douce dans le ton de sa voix. Elle ne voulait pas contraindre Firiel à lui répondre. Après tout, elle ne voulait pas remuer des souvenirs peut-être trop douloureux pour cette humaine, si agréable…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 19 Déc - 16:25

Koyuki et Clarence? Firiel tourna la tête vers Ishina, afin de lui montrer qu'elle l'écoutait. Même si elle ne pouvait la voir, et si la démone n'entrapercevait pas ses yeux, avoir le visage orienté vers le sien était le seul moyen que l'aveugle avait trouvé pour prouver son attention. Elle se demandait qui étaient ces deux personnes, mais la jolie femme parla d'eux en d'autres termes ensuite, comme compagnons de vie. L'humaine conclut qu'il s'agissait des soumis de sa douce guide. Firiel pensait qu'ils étaient chanceux d'avoir une maîtresse comme celle-ci. D'ailleurs, le détour qu'elles devaient faire, c'était pour récupérer les kimonos qu'Ishina avait commandé pour eux. La jeune demoiselle sourit à sa compagne, qui ne semblait pas la traiter autrement qu'une autre personne. Elle était heureuse que son défaut de vision n'embarrasse pas Ishina. Souvent, les personnes ne savaient pas vraiment comment aborder ce sujet. Mais la conversation n'en était pas encore là. Kyoto? Firiel ne connaissait pas cet endroit. Elle se demandait où était cette ville, dans un autre pays? Elle n'allait pas poser la question tout de suite, elle en aurait le temps plus tard. Elle était aussi contente que son accompagnatrice aime jouer. Cela témoignait d'un calme et d'une grande douceur, il ne fallait pas être nerveux pour jouer d'un instrument à cordes aussi délicat. Elle ne donna pas son avis, elle préférait attendre d'écouter Ishina jouer pour exprimer son opinion sur son talent. Firiel fut toute ouïe à la dernière phrase de la démone, mais sa question la prit au dépourvu. Elle ne s'y attendait pas vraiment, mais cacha sa tristesse derrière un grand sourire. Elle ne voulait pas que la démone soit embarrassée ou qu'elle se sente coupable d'avoir remué des souvenirs douloureux. L'humaine n'avait jamais très bien accepté sa cécité, d'autant plus qu'elle avait perdu sa vue dans des conditions humiliantes. Elle inspira profondément, et regarda, ou plutôt tourna la tête, droit devant elle. Cette odeur de biscuit... Elle était revenue. Et était on ne peut plus agréable. Bercée par la senteur sucrée qui émanait d'un stand proche, Firiel entreprit de répondre à sa compagne.

J'ai l'habitude, ne soyez pas inquiète, madame. Je n'étais pas aveugle dès ma naissance, mais je le suis devenue lorsque j'avais 17 ans.

La demoiselle réfléchit quelques secondes. Comme elle avait pu détester cette année-là.

Il y a donc six ans.

L'humaine se sentait très inférieure à cause de ce problème. Dans la vie courante, cela ne lui posait plus tellement de problème, elle passait ses journées à écouter de la musique, ou à en faire. De plus, Ys était un chien très docile et qui l'accompagnait à chacune de ses sorties. Tsukasa-sama se sentait ainsi plus rassuré. Mais puisque personne ne savait qu'elle était dehors à cette heure-ci, elle n'avait pas prit l'animal avec elle, ils mettraient plus de temps à s'en apercevoir à la maison. Mais si elle doutait qu'ils ne se mettent à la chercher vraiment. Mais pour revenir au principal, Firiel ne savait plus comment changer de sujet. Aucune idée de ce qu'elle pourrait aborder avec Ishina, maintenant qu'elle était un peu refroidie, sans le montrer, de la question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 19 Déc - 19:12

Ishina était honteuse d’avoir posé sa question. Elle entendit le trouble qu’elle causait à Firiel. Celle-ci avait tourné la tête vers Ishina pour montrer qu’elle écoutait ce que disait la démone. Démone… un terme qui allait bien à Ishina avec la question qu’elle avait posé. Ishina voulut faire quelque chose pour se faire pardonner. Elle eut soudain une idée, mais elles iraient d’abord prendre la commande, d’autant qu’elles n’étaient plus qu’à deux pas de la boutique de l’artisan. Et puis, pourquoi ne pas payer un petit cadeau aussi a cette charmante humaine pour la remercier de ses attentions envers une elle…

- Nous allons arriver dans un instant à la boutique et je me rends compte au son de votre voix que j’ai touche un point sensible, je m’en excuse. J’aimerais faire un petit quelque chose pour vous. Mais, cela va demander que vous me fassiez confiance, une confiance que j’estime ne pas avoir vraiment mérité avec cette question un peu trop curieuse de ma part. Mais entrons d’abord un instant, nous sommes devant chez le tailleur.

Ishina poussa la porte et fit attention à Firiel pour ne pas qu’elle tombe sur le pas de la porte. Elle paya et réceptionna les commandes qu’elle avait passée. Elle parla ensuite au tailleur et se retourna vers Firiel.

- Quelles sont les couleurs qui vous plaisent le plus? J’aimerais me faire pardonner en vous payant un kimono à votre mesure. En espérant que cela vous ravira. Je ne peux vous garantir qu’une chose, il sera en soie sauvage et véritable. Pour le reste, le talent du tailleur fera son office.

Ishina parlait d’une voix enjouée. Elle espérait vraiment se faire pardonner Elle espérait que cela irait pour un mieux. Pendant que le tailleur était parti chercher les tissus pour voir avec Ishina quel coupe et style adopter, Ishina termina d’exposer ce dont elle parlait avant d’entrer.

- Je vais vous expliquer en quoi, vous allez devoir me faire confiance, si vous l’acceptez. Je suis capable, de part mes pouvoirs, de transmettre des images, des souvenirs dans l’esprit des gens. Je sais que cela ne vous rendra pas la vue, mais vous aurez une vision d’où nous sommes, de la place et de moi-même, comme je suis en ce moment… En fait, comme j’étais en partant de chez moi… Je me suis regardée dans un miroir avant de partir. J’espère que cela vous fera plaisir. Vous m’avez accordé d’être vos yeux un instant et j’aimerais l’être vraiment pour un court moment, mais nous ferons ça à l’air libre. D’autant que revoici le tailleur.

Ishina laissa à Firiel le temps d’exprimer si elle voulait ou pas de ce cadeau. Firiel pouvait très mal prendre ce dont que voulait lui faire Ishina. Elle laissa Firiel un instant entre les mains du tailleur qui prenait ses mesures. Ishina notant qu’elle voulait un modèle classique aménagé pour une personne n’ayant jamais porté de kimono. Cela donnerait une plus grande aisance à l’humaine dans ses déplacements…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 19 Déc - 20:45

Firiel avait bien tenté de dissimuler son désarroi, mais apparemment sans grand succès. C'était un sujet sensible, sur lequel l'humaine n'aimait pas vraiment s'étendre, mais elle avait essayé de rien laisser paraître afin de ne pas inquièter la jolie démone à ses côtés. Ça n'avait pas fonctionné. Elle n'en voulait pas à Ishina. Comment aurait-elle pu, de toute façon? Incapable de détester une mouche, elle ne pouvait même pas avoir de mauvaises intentions. Le seul coupable était Léonard. Et il reposait maintenant aux tréfonds de l'enfer... Il était normal que sa guide veuille savoir, la jeune fille était habituée à cette question. Mais ça restait toujours un peu blessant, elle ne s'était jamais sentie bien avec ces yeux défaillants depuis qu'elle avait perdu la vision. Elle se demandait sur quel point Ishina voulait qu'elle lui fasse confiance. Firiel était déjà "apprivoisée", pour ainsi dire. Elle considérait le simple fait de l'avoir guidée comme une preuve de bienveillance et de gentillesse de sa part. Alors, elle faisait déjà confiance à sa compagne. Mais elle ne pipa mot, et se laissa entraîner, surprise par les nouvelles excuses d'Ishina ainsi que par l'atmosphère de la boutique, à l'intérieur du petit magasin de l'artisan. Elle ressentit beaucoup de choses d'un coup, et c'était très agréable. Les senteurs du tissu, les pans exposés et qui retombaient légérement du plafond, secoués par le vent qui s'était faufilé par la porte d'entrée, les murs qui entouraient Firiel, Ishina et le tailleur. C'était une ambiance paisible, comme l'humaine les aimait... Son teint pâle habituel retrouvé, elle se sentit brusquement virer de nouveau au rouge sanguin. Incapable de répondre, elle posa ses doigts sur ses lèvres. C'était un cadeau?

J'aime le blanc... Le bleu... Et le pourpre...

Ce furent les seules paroles qu'elle laissa échapper. Elle ne pensait pas qu'Ishina tenterait de se faire pardonner de cette façon, ni qu'elle tenterait de se faire padonner tout court, d'ailleurs. Elle était polie, ça, Firiel le savait, mais de là à lui payer un kimono... Elle était touchée. Elle ne voulait pas refuser, pour ne pas la froisser. Mais elle se demandait comment elle pourrait remercier Ishina pour un tel cadeau. D'autant plus qu'elle venait de lui proposer encore une chose, et qui mettait véritablement Firiel en émoi. Ça ne lui rendrait pas la vue... Mais elle se rapellerait à quel point les couleurs pouvaient être belles et éclatantes, elle verrait où elle était, et surtout, elle verrait le visage d'Ishina. Elle saurait qui avait été si douce et sympathique avec elle... Docilement, elle obéit au tailleur, levant les bras lorsque c'était nécessaire, le laissant passer son mètre autour de son corps. Il eut rapidement terminé, discuta un moment avec la jolie démone. Mais l'humaine n'écoutait pas, absorbée par les offres successives qu'on venait de lui faire. Hésitante, elle se rapprocha d'Ishina en la situant plus ou moins dans l'espace, tâta en vitesse pour attraper son bras avec douceur.

Madame... Vous sauriez vraiment faire cela?

Sa voix était un peu affaiblie par l'émotion. Elle sentait sous ses paupières closes deux larmes venir se nicher aux coins des yeux. Elle était véritablement prête à faire confiance à Ishina, quoiqu'il advienne. Parfois, elle était très naïve, mais c'était pour voir la personne qui était si gentille avec elle.

Je vous laisse faire.

Elle lui sourit, du mieux qu'elle put, sous l'effet de son émoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Sam 20 Déc - 1:16

Ishina admira les tissus que le tailleur avait pris pour le kimono. Ishina choisit un tissu blanc et bleu que ce soit pour le kimono ou l’obi, mais le tailleur vint en proposer plusieurs et n’arrivant pas à se décider, elle finit par en commander plusieurs. Après tout, elle pouvait se le permettre, surtout pour une personne aussi charmante et agréable que Firiel. Ishina sélectionna deux choix pour du rouge, mais le pourpre n’était plus de stock, elle espérait que cela plairait tout de même à Firiel. Elle passa la commande une fois les tissus choisis et les dimensions prises. Ishina régla d’avance la moitié comme elle en avait pris l’habitude. Elle laissa aussi un bon pourboire à l’artisan qu’elle venait si souvent embêter depuis un moment. Elle alla ensuite reprendre le bras de Firiel pour la mener hors de la boutique. Ishina tenait sa nouvelle amie du bras gauche et son paquet avec la main droite. Ishina avait fini par commander six kimonos pour Firiel. Elle n’avait jamais su se décider lorsqu’il s’agissait de commander des kimonos. C’est pour cela qu’elle en avait tant, même si elle en affectionnait certains plus que d’autres, comme celui qu’elle portait en ce moment, celui de l’ordre des maîtres du feu de Kyoto. Elle ne portait un kimono de membre de l’ordre du feu, mais celui réservé à la famille des membres, il était plus écarlate que celui de son père.

- Voilà, nous avons fini ici. Et pour répondre à votre question, oui, je peux transmettre des souvenirs ou les images qui sont dans ma mémoire. Je vais vous montrer ce que j’ai promise, trouvons un banc calme pour l’opération.

Ishina guida Firiel jusqu’à un banc tout proche. Elle installa Firiel et tourna la tête de celle-ci pour qu’elle lui fasse face. C’était plus par habitude pour Ishina que pour que cela marche.

- Voilà, détendez-vous et ouvrez votre esprit, je vais vous montrer aussi ce que j’ai commandé a votre intension, vous pourrez ainsi jugé au mieux de ce qui vous ira et si cela vous plait. J’espère que vous ne serez pas déçue.

Ishina entra dans l’esprit de Firiel, prenant le contrôle de la partie qui gérait la mémoire de celle-ci. Ishina y déversa une partie de ses souvenirs, elle commença par l’image d’elle-même. Elle portait le kimono de l’ordre du feu mais un rien plus sombre…


Spoiler:
 

Ishina continua par le marché et la place, de même que les lieux de Meridell, enfin, les lieux qu’elle connaissait. Elle présenta aussi sa demeure, ajoutant à vois haute…


- C’est chez moi, passez la grille du domaine et vous pouvez vous considérer comme chez vous et cela aussi longtemps qu’il vous plaira.

Ishina reprit avec les images des cadeaux qu’elle avait commandés pour Firiel…

Spoiler:
 

Ishina espérait que la vision des kimonos plaisait à Firiel.


- Voilà, si vous voulez voir autre chose, si je le peux, je vous le montrerai. J’espère que l’expérience vous a plue, ce n’est que la deuxième fois que je partage des souvenirs ou des images que j’ai imaginé.

Ishina parlait d’un ton doux, elle espérait vraiment ne pas avoir fait peur à la gentille Firiel.

- Si vous ne voulez voir autre chose, nous allons reprendre la route vers le magasin de musique, pour vos cordes. Le choix est à vous.

Ishina en profita pour regarder le ciel et inspirer profondément l’air qui lui semblait plus pur qu’à l’habitude…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mer 28 Jan - 19:40

Firiel se laissa guider par Ishina jusqu'à l'extérieur de la boutique, après qu'elle ait discuté un moment avec l'artisan, puis elles allèrent s'installer sur un banc calme. L'humaine, rendue fébrile par les parole d'Ishina, suivit docilement cette dernière en tenant son bras. Finalement assise, la tête tournée vers sa compagne, elle inspira pour se détendre, comme elle le lui avait conseillé. Quant à ouvrir son esprit... La jeune femme ne savait pas du tout en quoi cela pouvait consister. Elle ne put qu'essayer de se relaxer, mise en confiance par la voix et la générosité de la jolie démone. Muette et immobile, elle sentit une présence s'immiscer peu à peu en elle, parcourir son âme pendant un instant, puis finalement, s'arrêter sur un point précis. Elle était tentée de demander à arrêter l'expérience, et de se lever. C'était une étrange sensation, l'impression que ses pensées lui étaient étrangères, et pour cause. L'esprit d'Ishina versa dans le sien un flot de souvenirs qui lui apparaissaient comme des bouffées d'air. Sa cécité l'avait plongée dans une éternelle flaque d'encre noire, et les couleurs vives réchauffaient son coeur, l'entouraient d'un ruban de velours brûlant tout en faisant courir des frissons dans ses cheveux grisâtres et relâchés. Un amalgame d'émotions se bousculaient en elle, mais elle restait très calme et sereine, son sourire s'élargissait à chaque seconde. Ishina était pleine de bonté, et son physique lui correspondait parfaitement, selon Firiel, qui la trouvait très belle. Son attention touchait son petit coeur, et lui procurait un état de bien-être fou. Tout ce que la démone lui avait montré était beau. Très beau. Elle ne savait ps si un jour, elle pourrait la remercier autant qu'elle le devait, autant qu'elle était émue à cet instant... Lentement, elle se saisit de la main d'Ishina. Elle était douce, délicate, comme se l'était imaginé l'humaine. Elle ne pouvait pas établir de contact visuel, mais seulement auditif et surtout charnel. C'est pour cela qu'elle glissa ses mains en conque autour de celle de la démone. Elle ne voulait pas la gêner, mais lui montrer toute sa reconnaissance.

Merci, madame, merci indéfiniment.

Les remerciements lui semblaient dérisoires, tant elle aurait voulu donner plus à sa compagne. Mais elle ne savait pas très bien comment s'y prendre, et quoi lui offrir, les kimonos étaient très jolis et précieux, elle doutait que ses cadeaux parviennent à égaler ceux-là.

Je ne souhaite rien voir d'autre. Votre visage m'est suffisant, je trouve que vos traits sont très doux...

Firiel sourit. Elle éprouvait déjà beaucoup de sympathie pour Ishina, mêlée de reconnaissance, d'admiration pour cette femme forte. Et par son attitude, elle voulait le lui prouver.

Levons-nous... J'aimerais vous jouer quelque chose, si cela ne vous dérange pas, pour vous remercier de ces cadeaux. Ce que vous m'avez montré, c'est une chose extraordinaire pour quelqu'un qui a perdu la vue. On ressent tellement de choses, quand on voit les couleurs à nouveau, qu'on se souvient de leur éclat... Le rouge et le bleu qui succèdent au noir total, l'immense néant dans lequel on est plongé à chaque instant. C'est inestimable, quand on connaît le prix de la vue.

L'aveugle n'était pas vraiment blessée par ce qu'elle confiait à Ishina. Elle voulait juste lui prouver à quel point la capacité de voir était précieuse. On ne s'en rendait compte que lorsqu'on la perdait, et la jeune femme aurait souhaité ne jamais la perdre, surtout de cette façon, des mains sanglantes de Léonard. Elle s'était bien sûr adaptée à son défaut de vision mais peu de choses, si ce n'est rien, pouvaient remplacer la vue. Même le contact charnel qu'elle maintenait toujours entre leurs mains ne valait pas l'image qu'elle avait obtenu de la belle démone.

Je vous suis, vous êtes mon guide, et j'en suis très heureuse.

Firiel pencha adorablement la tête à droite, un sourire radieux sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mar 3 Fév - 14:56

Ishina se sentait bien après la communication de ses souvenirs. Non pas parce qu’elle faisait un geste qu’elle trouvait bien. Cela lui permettait de se remémorer ses souvenirs et des scènes de sa vie passée. Elle fut touchée par les remerciements. Ishina sentit la profondeur de ses remerciements. C’était pour elle une joie de plus. Firiel se montrait si agréable, bien sur, on ne pouvait plus dire qu’elles étaient vraiment étrangère l’une à l’autre, mais tout de même, cela surprit Ishina que Firiel fut si chaleureuse avec elle.

- Je suis heureuse que cela vous aille plus. Je vous demanderais de garder l’emplacement des lieux de mon pays, ceux dans la campagne reculée, les villages remplis d’hybride, pour vous. Je fus une invitée et je ne voudrais pas qu’il arrive malheur à mes hôtes de l’époque.

Ishina avait montré des paysages du Japon et des campagnes. La région qu’elle préférait le plus de son Japon natal. Elle s’inclina respectueusement après les remerciements. Elle savait que le geste ne serait pas vu, mais elle ne voulait pas traiter Firiel comme une infirme.

- Je vous écouterai avec plaisir, mais le son de votre instrument serait gâché par le bruit ambiant du marché. Je vous propose de venir chez moi si vous voulez jouer. Et puis, nous pourrions jouer ensemble de temps à autre si le cœur vous en dit.

Ishina ne savait pas si le son de son instrument se marierait bien avec celui de Firiel. Elle ne jouait que seule et chez elle. Mais ce que dit Firiel cloua la démone sur place. Elle n’avait jamais été aveugle et le seul aveugle qu’elle eut côtoyé avant était un ratling. Il voyait mieux que quiconque grâce à un don de double vue. Ishina prit Firiel dans ses bras.

- Vous êtes courageuse et vous le montrer un peu plus chaque instant. Je regrette de ne pouvoir vous rendre ce qui vous a été pris. Je ne peux pas vous faire voir exactement ce que vous verriez. Et j’en suis désolée…

Ishina n’aimait pas de se savoir impuissante. Si elle avait pu, elle aurait soigné l’infirmité de Firiel, mais c’était au delà de ses dons. De plus, les yeux de Firiel étaient éteint depuis si longtemps qu’ils ne devaient plus être soignable…

- Permettez, je vais vous reprendre le bras. Allons chercher d’abord les cordes tant voulue. Et après, si le cœur vous en dit, nous irons prendre un rafraichissement.

Ishina reprit un ton plus léger et plus gai pour finir de parler. Elle ne voulait pas faire peur à cette charmante humaine avec sa tristesse intérieure en pensant a ce qu’elle ne pouvait faire…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Jeu 19 Fév - 2:34

Firiel hocha positivement la tête lorsqu'Ishina lui demanda de garder secrets certains emplacements. L'humaine ne comptait de toute façon pas partager cette expérience avec qui que ce soit. Ce n'était leur souvenir qu'à elles, le souvenir de la belle démone et celui de l'aveugle qui vouait une reconnaissance et une grand admiration à l'égard de sa guide. Il était trop précieux pour qu'elle en fasse part à qui que ce soit, même Tsukasa-sama. Le Japon était un pays magnifique selon la jeune femme, enfin, les yeux d'Ishina avaient vu beaucoup de très belles choses.

J'en serais ravie. Je vous communiquerai les coordonnées de Tsukasa-sama, mon maître, pour que vous puissiez me contacter par son biais si vous le souhaitez.

Certes, elle allait peut-être un peu vite. Mais elle ne pouvait qu'être chaleureuse avec Ishina, qui lui avait tant donné sans rien en contrepartie. Elle souriait toujours lorsque la belle démone aux cheveux bruns glissa ses bras autour de ses épaules, l'attirant vers elle par la même occasion. Firiel resta muette, agréablement surprise. Sa compagne dégageait une douce odeur, du parfum sans doute, et l'étreinte était... Terriblement plaisante... Par deux petits pas, l'humaine se rapprocha de sa guide, les joues ornées de pétales roses. Ses mains se posèrent dans le dos d'Ishina, le seul endroit qui lui fût accessible hormis sa taille, qu'elle voulait éviter pour ne pas paraître trop familère. Elle se sentait bien, là. Pendant quelques secondes, elle parvint à oublier le mond extérieur au contact entre leur corps. Ce n'était pas seulement charnel, mais aussi spirituel. L'âme de Firiel s'entremêlait à celle d'Ishina, en silence, sans qu'elles n'en soient vraiment conscientes, mais à l'instant, elle arrivaient à se comprendre sans dire un mot. Le mot complicité n'était pas adapté, bien que ça ne soit pas faux, dans un sens, mais c'était autre chose... Un accord muet, et elle sentait de la compassion émaner de sa compagne, si bien qu'elle en était touchée, au plus profond de son être. Elle ne s'était jamais entendu si bien avec qui que ce soit, mais très vite, ces pensées s'effacèrent. Elle craignait qu'Ishina se sente coupable ou impuissante face à son défaut de vision. C'était peut-être une réaction naturelle, Firiel était aussi quelqu'un qui souhaitait aider du mieux qu'elle le pouvait. Mais elle pensait aussi que la belle jeune femme n'avait aucune raison de se mettre dans un tel état. Elle n'était pour rien quant au problème de l'humaine, cette dernière se sentant fondre un peu plus à ses paroles débordantes de gentillesse. Elle tourna légèrement la tête, juste assez pour la poser sur une épaule et toucher la joue de la démone avec la sienne.

Ne soyez pas désolée. Vos sentiments me touchent, mais je me suis très bien habituée à ce défaut, et le flot de souvenirs que vous avez déversé dans mon esprit suffit à me satisfaire. Je ne peux pas trop en demander, pas vrai?

Elle se retira lentement de l'étreinte, presque à contrecoeur, souriant toujours à Ishina. Ce n'était pas vrai, elle ne s'était pas si bien habituée que ça à son problème. Mais si ce qu'elle disait pouvait éviter à sa compagne de se torturer l'esprit...

Avec plaisir! Je vous suis, dame no Oni.

Elle se releva, et se saisit de l'étui de son violon, offrant son bras à sa compagne. Elle espèrait que la réparation ne serait pas trop chère... Elle envisageait plutôt de laisser son instrument à l'artisan, puis de venir le récupèrer plus tard pour payer. C'était la seule solution qui s'offrait à elle, elle n'avait pas le droit d'en demander plus qu'Ishina n'en avait fait pour elle. Tout ce qu'elle lui avait offert était déjà hors de prix...

Qu'est-ce que vous préfèrez, en guise de rafraîchissement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Jeu 19 Fév - 14:48

Ishina était ravie de savoir que Firiel voulait garder le contact avec elle. Tsukasa, un nom qui ne lui était pas inconnu. Kerges et Nisis le connaissaient, cela ne faisait pas de doute pour la démone. Les détails, elle ne les connaissait pas, mais si Firiel voulait donner son adresse, Ishina se ferait un plaisir de lui rendre visite de temps à autre. Après tout, c’était les petites visites qui consolidaient les grandes amitiés et Ishina se voyait bien amie avec une personne comme Firiel. Elle appréciait déjà le caractère calme et posé de l’humaine. Une personne avec qui il devait faire bon vivre.

- Je serais ravie de pouvoir vous rendre visite, mais l’inverse est vrai aussi, si vous voulez venir chez moi, ma porte vous sera toujours ouverte. Ce sera un honneur d’entendre votre voix dans mes murs et si il vous plait de le faire, de jouer de votre instrument.

La voix d’Ishina reflétait le sourire qui ornait son visage. Elle sentit passer des choses dans le contact qu’elle avait eu avec Firiel, une sorte de partage muet, comme si le lien que pensait créer Ishina était déjà là et ne faisait que se renforcer. Ishina rougit un peu en pensant à cela. Cette humaine, au visage si fin et à la pensée si douce, n’était qu’adorable. Ishina douta un instant qu’on eut pu lui faire du mal, c’était au dessus de toutes les cruautés qu’elle pouvait imaginer. Seul un être perfide pourrait lui faire du mal. Ishina ne résista pas à l’envie de lui montrer un reflet d’eux deux qu’elle avait vue dans une glace un rien plus tôt. Elle projeta l’image et inconsciemment, ses pensées et sentiments du moment.

- Je suis pourtant désolée pour toi. Je me suis permise de te transmettre une image de plus. J’espère qu’elle te plaira comme elle m’est agréable. Et je doute qu’on se fasse vraiment à ce que vous vivez, mais je veux vous croire… Et vous pouvez demander ce qu’il vous plaira. Vous êtes mon invitée en ce jour.

Ishina caressa la joue de Firiel avec le dos de sa main gauche. Un geste tendre qui pouvait être mal interprété, mais pour Ishina, c’était une marque d’affection pour Firiel. Elle ne savait dira pourquoi, mais son être lui disait que Firiel était plus proche d’elle que beaucoup de personnes qui se disaient ‘amis’ ou ‘amies’ avec elle. Une sensation viscérale comme celle-là ne pouvait être ignorée. Ishina se prit d’une idée, la mit en œuvre. Elle savait qu’elle serait dans un état de fatigue assez important le soir même, mais pour l’instant, il n’était pas question de sa fatigue possible. Elle transféra les images que ses yeux recevaient directement dans la tête de Firiel. Elle ne voyait plus rien, elle avait troquée sa vue contre la cécité de Firiel, même si ce n’était pas définitif. Elle pouvait offrir la vue pour quelques heures à celle-ci.

- Je sais que ca doit te faire étrange, d’autant que ce n’est pas réellement la position de tes yeux, mais ca va être à toi de me guider, tu vois par mes yeux et je n’y vois plus. Je voulais aussi faire cela pour toi, en espérant que cela ne te dérange pas. Et donc, c’est moi qui t’accompagne maintenant. Tu es mes yeux et mon guide.

Ishina raffermit la prise qu’elle avait sur le bras de Firiel. C’était une expérience pour elle aussi. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais il lui semblait que les sons avaient subitement pris une autre dimension, une autre importance. Ishina donna la direction pour atteindre le marchant à Firiel.

- Je vous offre les cordes, et s’il y a d’autres travaux, je suis certain que le luthier se fera un plaisir de me les facturer comme il sait si bien le faire. Je ne regarde pas à la dépense pour mon shamisen. Et en compensation, vous viendrez en jouer pour moi, un jour que vous aurez le temps.

Ishina sourit encore à Firiel, même si celle-ci ne pouvait pas le voir. Car Elle ne voyait que ce qu’Ishina aurait pu voir. Ishina ne pensait pas à la soif, elles avaient encore une halte à faire avant de se désaltérer, mais la question de Firiel lui mit ce point à l’esprit. Ishina pensa à une gorgée de thé glacé. Cela serait des meilleurs où alors, une décoction plus douce et fruitée, peut-être même un vin de fleurs bien frais. Elle hésitait…

- Hum, j’hésite, il y a plusieurs choses qui pourraient me convenir. Un vin de fleurs bien frais me semble tout indiqué. Du moins, pour moi. Mais et vous, que prendrez-vous, chère amie?

Ishina tourna la tête, machinalement, montrant son propre visage à Firiel un bref instant avant de retourner la tête vers le chemin. Ishina avait aussi posé un encrage dans la partie du cerveau de Firiel qui dirigeait sa vue, pour lui permettre un quasi contrôle de la vue car Ishina voulait que cela soit le plus naturel pour elle et elle avait oubliée de suivre ce que décidait Firiel un bref instant…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Jeu 19 Fév - 18:46

Tous les gestes, toutes les paroles d'Ishina mettaient Firiel en émoi, car la belle démone était gentille, très gentille. Et l'humaine ne savait pas comment répondre à tout cela, elle était un peu dépassée. Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un qui ait autant de bonté pour elle, qui lui ait tant offert en si peu de temps. Aussi bien sur le plan matériel qu'affectif et spirituel, l'aveugle se sentait comblée. Elle reçut une nouvelle image, et elle reconnut aussitôt le visage d'Ishina. Elle vit également le sien, et elle en fut troublée. C'était étrange, elle avait eu un peu de mal à se reconnaître tant ses traits étaients différents d'il y a quelques années. Un air beaucoup plus adulte, mélancolique, qui contrastait avec celui de ses dix-sept ans. Mais elle ne s'attarda pas là-dessus, et préféra se concentrer sur l'image de la belle démone qui se tenait à ses côtés, qui était beaucoup plus passionante. Elle n'aurait su dire la décrire, tant elle était unique, des cheveux noirs, des yeux tout aussi sombres, où se mêlaient douceur et détermination impérieuse, sans tomber dans la violence. Un air qui inspirait le respect, qui ne ressemblait pas à celui des démons que Firiel avait pu croiser. Il n'y avait aucune lueur terrifiante dans le regard d'Ishina comme il y avait pu en avoir dans celui de son ancien maître. Mais sa guide semblait pouvoir imposer si elle le voulait, une sorte d'autorité, une main de fer dans un gant de velours. Un autre détail sonna aux oreilles de l'humaine, le fait que sa compagne oscille entre le tutoiement et le vouvoiement. Elle n'en était pas offusquée ou gênée, puisque c'était Ishina. Mais avant qu'elle n'ait pu lui indiquer qu'elle pouvait uniquement la tutoier si elle souhaitait, elle sentit une douce caresse sur sa joue. Aussitôt, elle pencha la main vers la main qui touchait sa peau, comme un chat avide de preuves d'affection. C'était tellement doux, addictif. Puis, des lames rouges, grises, blanches passèrent devant ses yeux. Surprise, l'humaine attrapa le bras d'Ishina, hésitant un peu. Hallucinations? Était-elle capable d'en avoir, même aveugle? Les contours se firent plus nets, concis, jusqu'à former le motif d'un pavé, au bas, et l'image d'une place, à la différence que celle-ci était animée. Cela ne ressemblait pas à ce que la démone avait tenté sur Firiel, cette fois-ci, c'était plus... Bizarre? Déstabilisant? Un peu des deux. Sa tête se tourna vers celle de sa guide, et à sa grande surprise, elle vit sa propre image. Elle releva un sourcil. Sans les paroles d'Ishina, l'aveugle aurait bien cru devenir folle. Mais elle comprit que la belle jeune femme utilisait encore une fois son don, qui semblait très "polyvalent". Elles avaient échangé leur vue.

Êtes-vous sûre? Si vous sentez que quelque chose ne va pas, ou si je suis trop maladroite, dites-le moi. Cela fait très longtemps que je n'ai plus marché sans voir où j'allais.

Firiel sourit, et posa sa main sur celle d'Ishina, prenant une profonde inspiration. Elle se positionna auprès d'elle, et se rendit compte, avec surprise, qu'elle pouvait "orienter" le champ de vue de sa compagne à sa guise.

Je ne suis pas sûre que... Dame no Oni, vous en avez déjà tellement fait que je me demande si je ferais bien d'accepter vos autres présents, il me touchent beaucoup, mais vous ne pouvez pas toujours être la seule à donner. Enfin, je viendrais chez vous, jouer et chanter, peut-être même danser, si vous le voulez.

Enfin, elles se mirent véritablement à marcher vers la boutique de l'artisan. Les premiers pas furent hésitants, ce qui arracha un rire cristallin à Firiel. C'était une étrange sensation, qui la remplissait véritablement de bonheur. La journée avait débuté par une bousculade, mais elle devenait de plus en plus extraordinaire et agréable, surtout en compagnie d'Ishina. Cette dernière parla de prendre du vin de fleurs en rafraîchissement. L'humaine leva un sourcil, pour marquer son étonnement. Elle ne savait pas ce qu'était un vin de fleurs, peut-être que si elle essayait de décomposer ce mot... Non, ça pouvait avoir une toute autre signification... Une petite moue comique de réfléxion, ce fut à ce moment qu'Ishina tourna la tête vers Firiel, qui ralentit un peu le rythme pour ne rien heurter. C'était étrange, de se voir, surtout quand elle semblait plongée dans ses pensées, comme ça. Un grand sourire orna ses lèvres, et elle raffermit sa prise sur la main d'Ishina.

Un peu d'eau arômatisée, je pense. Au citron. ^^ Dame no Oni, une question me brûle les lèvres, quel métier exercez-vous?

Chemin faisant, l'une tenant le bras de l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 20 Fév - 11:44

Ishina découvrait un monde différent, plein de sensations nouvelles. Son toucher, son goût, son odorat, mais surtout, son audition lui donnaient des informations, mais elle ne savait pourquoi, ses informations semblaient plus vives, plus ‘colorée’ qu’à l’ordinaire. Ishina s’émerveillait de cela, un nouveau monde pour elle, un monde sans image, certes, mais un monde étonnant. Elle sentait toujours Firiel a coté d’elle. L’odeur de la jeune femme était plaisante et Ishina n’y avait pas prêté attention jusqu’ici. Le contact de la peau de Firiel, douce et agréable aussi. Toutes ses sensations qu’elle avait ressentie, mais pas encore à un tel point. Elle était dans ses pensées et ses sensations nouvelles lorsque la voix de Firiel, cristalline comme jamais vint la cueillir dans ses ténèbres. Firiel semblait douter de pouvoir revoir, ou du moins de ce qu’elle était capable de faire avec la vue. Pour Ishina, il était clair que Firiel réussirait. Le cerveau n’oublie jamais ce qu’il fit un jour, il faut juste parfois un peu de temps pour qu’il s’en souvienne et recommence. Ishina prit la parole avec une voix douce et calme.

- Cela fait aussi longtemps, voir plus que je n’ai pas mise ma vie entre les mains de quelqu’un. Ma vie et surtout ma santé immédiate. Et je suis certaine que vous ferez ce qu’il faut, ma chère amie. Vous savez ce qu’il faut faire, même si vous ne vous en rappelez pas, votre corps se souvient pour vous.

Ishina appréciait le caractère de Firiel. Elle était si douce et par moment, un peu trop peu sûre d’elle-même, et cela, Ishina le regrettait. Firiel avait pourtant traversée bien des épreuves et en cela, elle pouvait se montrer plus confiante en elle-même. Ishina avait elle aussi passée bien des épreuves, mais elle vivait depuis bien plus longtemps que Firiel. Elle pensait que comparativement, Firiel était plus adulte qu’elle, quelque part. Un pensée étrange, mais pourtant, Ishina était quasi certaine de cette pensée. De plus, Ishina ne put résister à une remarque supplémentaire…

- Et puis, vous savez dans quel situation je suis, je suis donc certaine que vous serez des plus attentive et attentionnée.

Ishina sourit encore un peu plus en entendant la jeune humaine qu’elle ne pouvait accepter. Ishina eut un petit rire à cette phrase de sa compagne. Elle savait qu’elle en faisait parfois un peu trop, mais c’était dans sa nature.

- Et moi, je suis certaine que je peux. Ne vous tracassez pas pour moi. Et ne m’appelez pas dame no Oni, appelez moi Ishina. Et je vous appellerai simplement Firiel. Et je vais vous détromper, je ne suis pas la seule à donner. Vous donnez aussi dans cette rencontre, rien de matériel, j’en conviens, mais cela vient plus de vous, et ce n’en est que mieux. Vous êtes présente, et cela vaut tout les cadeaux, ma chère Firiel. Et je serai heureuse de vous recevoir chez moi. Mais je pense que nous nous contenterons de jouer. Peut-être trouverons-nous des musiques allant pour nos deux instruments.

Ishina s’étonna d’entendre Firiel vouloir une simple eau aromatisée. Mais après tout, tout le monde n’avait pas son goût pour les vins et spiritueux divers. Ishina y pensa le long du chemin et se rendit compte que le nom du vin pouvait prêter à confusion et elle sentit le rouge lui venir aux joues. Qu’avait donc du penser Firiel d’une proposition à boire un breuvage pareil? Surtout si elle avait vue le second sens. La question qui vint en suite aux oreilles d’Ishina était étonnante. Celle-ci en oublia même de lever suffisamment les pieds et faillit trébucher. Ishina se retint au bras de Firiel. Elle n’avait jamais vraiment travaillé et elle s’étonna qu’on l’ait vue comme travailleuse. Le seul travail qu’elle eut jamais fut d’élever un jeune hybride pendant ses périples. Mais elle s’était arrêtée dans le village une année avant de repartir.

- Vous prendrez ce qu’il vous plaira, mais ce dont j’ai parlé est du jus de fleurs pressé et mit en bouteille comme le jus du raisin pour en faire du vin. Je… Je m’excuse, j’aurais pu vous offenser, la dénomination de ce liquide peut… Peut prêter à confusion.

Ishina était gênée. Elle aurait du voir le vilain jeu de mots derrière l’appellation, mais cela lui avait échappé, surement sur l’ambiance spéciale de cette journée étrange. Elle reprit la parole avec une voix un peu plus assurée.

- Je ne suis pas une grande travailleuse, je vis en dilettante dans cette ville. Je suis d’une des trois plus grandes familles de démons du Japon. En fait, de la principale et la plus nombreuse. Mais passons… J’ai parfois exercé un métier ou un autre durant mes voyages, mais rien que du temporaire. J’ai été nourrice pour un hybride, professeur pour un autre, j’ai parfois enseigné d’autres choses que la maîtrise des pouvoirs que j’ai moi-même, mais jamais bien longtemps, au plus une année. Mais nous devrions arriver plus ou moins à l’établissement de l’artisan dont je vous avais parlé. Enfin, il me semble…

Ishina profitait de la sensation du soleil sur sa peau. Elle avait l’impression de le sentir vraiment sur elle pour la première fois, une caresse lumineuse et agréable. Elle doutait un peu de sa perception des distances, mais elle pensait que cela devait être le cas…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 20 Mar - 0:23

Firiel savait que l'expérience serait enrichissante mais aussi déstabilisante pour Ishina. L'attention que l'on donnait habituellement à la vue se répartissait aux autres sens, lorsqu'on était privé de couleurs et de contact visuel. Pour s'adapter à ce changement, il fallait bien sûr un certain temps, mais on sentait très vite une différence, le corps faisait ce travail de lui-même au début. Peu à peu, il assimilait certaines capacités, et ne les oubliait pas, comme le fit remarquer la belle démone. Avec surprise, l'aveugle qui tenait son bras se rendit compte que c'était effectivement le cas. Ses muscles ne la trahirent pas, et elle finit par leur accorder une confiance totale après avoir parcouru plusieurs mètres. C'était une explosion de joie, de fébrilité dans les veines de l'humaine, qui l'emplissait pour laiser un sempiternel sourire sur ses lèvres. Elle aurait pu jouer la guide pendant plusieurs heures encore pour sa charmante compagne et son beau visage qu'elle avait tant aimé, ses cheveux d'ébène qu'elle devinait soyeux et légers.

Ishina...

Firiel souffla le prénom du bout des pétales charnus, pour s'habituer aux tournures délicates de ce nom propre. C'était très joli, sans doute typique, ou du moins originaire de la magnifique contrée de la non moins magnifique démone. Cette dernière avait tant à lui apprendre, tellement de choses à lui conter, lui montrer, des choses splendides, et en sa compagnie, l'humaine ne se sentait plus aussi raide qu'à l'habitude. Au contraire, elle se sentait apaisée, comme si elle trouvait la sérénité dans l'aura de la femme maintenant privée de vue. Les biens matériels n'étaient rien comparé à ce qu'elles échangeaient implicitement, via leurs paroles et leurs gestes pleins d'amabilité et de connivence... Un mouvement brusque força Firiel à tenir le bras d'Ishina avec plus de force, pour lui éviter une chute. Elle n'avait pas prévu que sa question puisse faire autant d'effet à sa compagne, et elle songea à réfléchir deux fois avant de lui demander une autre information. Elle s'était peut-être sentie un peu indignée d'avoir été comparée à une travailleuse, mais ce ne fut pas le premier sujet qu'elle aborda. L'humaine pencha une nouvelle fois la tête, de façon toujours aussi adorable: elle n'avait rien saisi du double-sens. Mais elle n'avait pas envie de paraître stupide ou trop naïve, elle hocha donc simplement la tête, mais nota ceci dans un coin de son esprit. Elle devrait essayer de débusquer ce jeu de mots, pour ne plus être prise de court. Elle n'avait jamais été douée pour ce genre de choses, elle prenait les choses comme elles venaient sans tenter de savoir ce qui pouvait se cacher derrière. Lentement, elle se remit en marche, s'assurant à chacun de ses pas qu'aucune d'entre elles ne risquait une chute, évènement qui se révélerait malencontreux par une si belle journée. Firiel avait l'impression qu'elle s'en souviendrait pour toujours comme d'un jour béni, où elle avait fait la rencontre d'une personne qu'elle considérait déjà comme son amie. Le temps était radieux, elles souriaient, que demander de plus?

En effet, il me semble qu'il s'agit bien de cette boutique-ci...

Dans la vitrine, ou plutôt le peu de vitrine qu'elle pouvait apercevoir grâce au don dont Ishina lui faisait profiter, plusieurs instruments étaient disposés sur des draps de satin, et de soie sombre. La courbe des violons rappelait étrangement celles d'une femme allongée sur un lit de tissus précieux. À vrai dire, la harpe et le violon de Firiel étaient les choses auxquelles elle accordait le plus de soin et d'attention quotidienne.

Oui, nous y sommes. Pardonnez-moi si je vous ai offensée en posant ma question...

Avant de pénétrer dans l'enceinte de la boutique, l'humaine glissa une main dans les cheveux noirs d'Ishina, pour écarter ces mèches de son visage. Ainsi, elle sentirait mieux le soleil et le vent qui glissaient sur elles, leur prodiguant de douces caresses naturelles, comme celle que Firiel s'appliquait à donner sur la joue de sa compagne au même moment. Mais au bout de quelques secondes, le contact fut rompu. La porte fut ouverte, et l'embrasure étant assez grande pour qu'elle puissent s'y "enfiler" toutes les deux au même moment, la jeune femme avança, tenant toujours le bras de la démone dont elle usa des yeux pour aviser la boutique d'un large coup d'oeil. Ce n'était pas très grand, mais chaleureux, une boutique qui donnait envie de revenir éternellement pour découvrir chaque secret dans les coins de cette pièce principale, où l'aveugle était comme un poisson dans l'eau. Elle se pencha, pour susurrer à l'oreille d'Ishina.

Si vous souhaitez reprendre le contrôle, faites donc. Je m'en remets à vous pour le moment, vous devez mieux connaître monsieur l'artisan que moi.

Entre ses doigts fins, elle resserra la poignée de l'étui de son violon, prête à l'ouvrir à la moindre demande. Elle n'avait bien sûr pas vu les dégâts, mais elle savait qu'ils étaient importants, bien trop importants pour qu'elle songe seulement à remplacer elle-même les cordes... Suite à quoi, après avoir confié ce petit bout de vie que représentait cet instrument à cet artisan, elles iraient prendre ce rafraîchissement. Que Firiel ne voulait pas alcoolisé, car elle ne savait que trop bien dans quel état elle finirait la journée si elle ne buvait que quelques gouttes de spiritueux. Chez Léonard, il avait coulé à flots, et elle se souvenait parfaitement du déhanché provoquant qui suivait généralement l'ingestion de ce liquide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Lun 23 Mar - 16:09

Ishina continuait de découvrir un monde aveugle d’image, mais si vivant de sons et de sensations. Elle parcourait le bras de Firiel du bout des doigts, laissant son touché prendre le pas sur sa vue. Elle palpa un peu de ses vêtements propres de sa main libre. Elle commença à ‘voir’ le tissus du bout de ses doigts, c’était à la fois étrange et si prenant. Elle adorait l’expérience et découvrait tant de merveilles. Elle se prit au jeu et ne pensa plus qu’elle pouvait voir, laissant ses pouvoirs en action. Elle sentait différemment le parfum de la brise, entendait jusqu’au plus infime soupire… Un autre monde venait de s’ouvrir devant elle. Elle entendit son nom prononcé comme un compliment, ou un mot dont on roule les sonorités, comme certains hommes prononçaient le nom de leur amante pour les faire rougir. Ishina sentit le rouge lui monter aux joues. Elle n’en dit rien et laissa retomber son émoi.

- Oui, Firiel?

Ishina avait prononcé le nom de la même façon, l’avait glissé à l’oreille de cette dernière pendant une des pauses d’orientation nécessaire pour ne pas se tromper de chemin. Elle ne verrait pas la réaction de Firiel, mais elle se moquait de la voir, elle la ressentirait dans les paroles, de Firiel, de comment elle allait prononcer les mots, les sons. De la façon dont le bras de cette dernière tremblerait presque imperceptiblement. Par ce genre de petits détails qui, mis ensembles, formeraient un émotion claire. Ishina comprenait de mieux en mieux le monde dans lequel Firiel évoluait. Il était différent par bien des façons, mais magnifique aussi. Et surtout, elle se rendit compte que l’apparence des choses importait fort peu dans ce monde si particulier.

- J’envie votre malheur par certains cotés, les gens ne sont ni beaux, ni laids, ils sont et c’est tout et c’est tellement mieux de ne pas se limiter aux apparences… Si tout le monde le faisait de lui-même, ca serait tellement plus enrichissant. Car je ne souhaite votre mésaventure à personne…

Ishina continua de se laisser guider jusqu’à arriver devant ce qui était la boutique, d’après sa guide improvisée du jour, elle qui avait troqué sa vue contre la nuit. Ishina lâcha le bras de Firiel et toucha le panneau à coté de la porte de la boutique. Elle déchiffra un petit morceau de ce qui était écrit et en effet, il s’agissait de la bonne boutique. Ishina essaya de donner la meilleure vue possible de la boutique, reculant en trébuchant légèrement. Elle finit par reprendre le bras de Firiel, peu sûre de ses jambes dans cette nuit.

- Nous sommes en effet au bon endroit, c’est la boutique en question. Je n’ai pas de doute. J’espère t’avoir donné une assez bonne vue. C’est une boutique qui ne paye pas de mine, mais qui est bien fournie et dont l’artisan donne dans les réparations qu’il fait lui même. Un artiste pour instrument de musique.

Ishina attendit le signal de Firiel pour avancer. Elle ne voulait pas bousculer sa nouvelle amie en brusquant les mouvements communs. Elle répondit à Firiel en espérant le signal tant attendu.

- Votre question ne m’a pas choquée, mais j’ai du réfléchir car c’est la première fois que l’on me pose une telle question et j’ai beau avoir fait quelques petits travaux, on ne peut pas dire qu’il m’est vraiment arrivé de travailler.

Ishina sentit l’impulsion du départ et marcha en rythme avec Firiel, elle entendit la porte et se glissa dans le magasin avec cette dernière. Elle sentit les caresses douces et posées de Firiel. Elle sentit une main passer dans ses cheveux. Peut-être encombrait-il sa vue, elle n’aurait su le dire. Firiel laissa échapper une supplique, mais Ishina ne se sentait pas reprendre la vue qu’elle lui avait donné l’espace de cet après-midi, de cette rencontre.

- Non, je vous laisse ma vue, orienté moi juste vers le tenancier, je n’ai pas besoin de le voir pour lui parler…

Ishina sourit et attendit. Une fois qu’elle fut certaine d’avoir l’artisan en face d’elle, elle demanda des cordes pour son shamisen et demanda une remise en état complète et minutieuse du violon de Firiel. Elle demanda à celle-ci d’ouvrir la boîte. Ishina ne vit rien des dégâts et préféra cela. Elle entendit une exclamation de Firiel, mais ne demanda pas ce qui se passait. Ishina entendit le montant qu’il faudrait payer et demande à Firiel de régler pour elle. Ishina tendit sa bourse à Firiel et se positionna avec un air dégagé vers une vitrine. Mais, elle regardait en fait sa bourse pour permettre à Firiel de donner l’argent voulu à l’artisan. Firiel sachant orienter son regard pour se faire. Il ne restait plus qu’à aller apprécier un verre en la compagnie de l’humaine avant que chacune ne reparte dans la ville…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Dim 5 Avr - 16:37

Firiel sentit comme un tressaillement, un frisson qui la parcourut des pieds à la tête lorsqu'Ishina lui répondit. Sans l'avoir fait exprès, elle avait prononcé son prénom d'une certaine façon qui, maintenant qu'elle y repensait, avait pu provoquer la même chose chez sa compagne. C'était particulier, c'était surtout la première fois que cela lui arrivait. Elle n'avait jamais ressenti cette étrange sensation de frisson, de bien-être, sauf avec Tsukasa-sama. Mais lui, c'était encore différent. Pour l'instant, la seule chose qui importait, ce n'était pas l'ange qui trônait fièrement dans son coeur, mais d'abord la démone qui, peu à peu, y grignotait quelques parcelles. Elle confia ses impressions à Firiel, qui prit ensuite la parole en souriant, guidant toujours la belle jeune femme.

C'est étrange, non? Ce noir me rend plus lucide, et n'importe quel geste, n'importe quel soupir prend de l'importance.

Elle savait qu'Ishina comprendrait, car elle était elle aussi sensibilisée, maintenant, à tout ce qui les entourait. Elles connaissaient maintenant ces sensations, elles partageaient une même paire d'yeux, elles mettaient en commun leurs impressions. Pour la première fois, Firiel avait quelqu'un qui savait ce qu'elle ressentait. Jour après jour, à chaque minute. Quelqu'un avec qui elle pouvait échanger tant de choses. Un peu plus qu'une amie, sans doute, une âme complice. Sur ces pensées, elle arrivèrent devant la fameuse boutique. La jeune femme aux cheveux perle hésita, lorsqu'elle sentit Ishina vouloir se défaire de son étreinte; elle savait mieux que quiconque que les pavés de ces rues pouvaient être traîtres. Elle avait peur d'une chute malencontreuse, et se sentant déjà plus assurée sur ses jambes que sa compagne démoniaque maintenant privée de vue, elle tenait à ne pas lâcher son bras. Cependant, elle ne put l'empêcher de s'écarter, pour toucher le bois de la pancarte au mur qui se trouvait près de la porte. L'humaine put voir, à travers les yeux d'ébène, la matière naturelle, un vague aperçu de leur environnement. Puis, Ishina revint, et cette fois-ci, Firiel ne la laissa pas s'échapper, la maintenant auprès d'elle avec une poigne ferme mais douce, dans un souci de prudence. Malgré la demande dissimulée pour que la démone reprenne le contrôle, elle n'en fit rien, ayant décelé la supplique. La jeune femme se résigna, bien qu'heureuse de pouvoir encore voir. Elle ne voulait pas non plus épuiser sa compagne, sa bourse étant déjà allégée... Et risquant de l'être encore plus. La démone conversa un peu avec le tenancier, et l'homme demanda à l'humaine d'ouvrir l'étui du violon posé sur le bois du comptoir. Firiel s'exécuta, orientant par curiosité le regard de la nouvelle aveugle sur l'instrument. Une exclamation franchit ses lèvres. Elle savait que les dégâts avaient été importants, mais pas à ce point. Plusieurs cordes étaient brisées, repliées sur elles-mêmes en arabesque. L'archet avait même écorché, très légèrement, le vernis et le bois de la coque extérieure. Là, elle était franchement contente de n'avoir rien dit à qui que ce soit. Elle avait honte d'avoir ainsi malmené cet objet si cher à son coeur. La gérant ne répondit rien, reprennant l'étui et annonçant que la réparation serait faite dans deux semaines. Puis, vint le prix, qui fit frôler la rupture d'anévrisme à l'humaine. Ishina connaissait des boutiques de qualité, et les prix qui allaient avec... Sa compagne prit la bourse, l'ouvrit, et paya l'artisan, un peu de mauvais coeur. C'était cher, trop cher à ses yeux, et elle ne voulait pas importuner Ishina, car selon elle, payer ces choses était un acte bien trop généreux. Firiel se considérant comme Léonard le lui avait appris... Une sorte de moins-que-rien. Elle essayait de toujours faire en sorte de ne pas gêner, de ne pas embarrasser par sa simple présence. Une fois qu'elle eût donné l'argent nécessaire, elle referma la bourse, et plutôt que de la confier à Ishina, elle la remit directement à sa place. Elle espérait que ce geste ne brusquerait ni ne froisserait Ishina. Elle reprit son bras, murmurant plusieurs remerciements chaleureux, et se dirigea vers la porte, l'ouvrant pour laisser passer en premier la charmante jeune femme. Le vent revint sur elles, les caressant tendrement.

Savez-vous où nous pourrions prendre nos rafraîchissements? Ceux-là, je tiens à les payer...

Ne se souvenant plus vraiment si Ishina lui avait ou non dit où elles pourraient dicuter autour d'un verre de vin et d'eau arômatisée, Firiel le lui avait demandé, sans émettre de plainte, cette fois-ci. Pour faire plaisir, et aussi parce qu'elle aimait l'expérience, l'humaine guiderait encore. Elle posa sa tête contre celle de la démone, avec douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Lun 6 Avr - 11:56

Ishina sentit le tressaillement de sa compagne et guide. Elle avait eu le même un rien plus tôt. Ishina sut vers où les pensées de Firiel devait aller puisque les siennes avaient suivies le même chemin un peu plus tôt. Elle caressa donc la joue de Firiel, tendrement, comme une excuse informulée pour ce qu’elle venait de lui faire ressentir. Elle ne voulait pas perdre sa nouvelle amie sur ce genre de gestes et surtout, aussi rapidement. Ishina écouta la remarque de Firiel et elle sourit simplement. Firiel avait comprise pourquoi Ishina avait prononcé le mot de la sorte. L’obscurité d’Ishina lui donnait des perceptions étranges, probablement moins grande que celle que Firiel avait du acquérir au fil du temps.

- Oui, c’est étrange, mais très agréable par certains cotés, le fait d’être privé de ce qui permet aux gens de paraître, c’est à la fois magnifique et cruel. Mais il est vrai que cela ouvre un nouveau monde de perception. Des perceptions exceptionnelles. La façon dont vous aviez prononcé mon nom a sonné dans ma tête. Je n’imaginais la force que l’on pouvait faire vraiment passer dans les mots avant… J’étais loin de la vérité à ce sujet… Et je vous dois la clarté de ma pensée. C’est à vous que je dois cette découverte, à notre rencontre…

Ishina avait dirigé les affaires lors de là visite de la boutique, mais ce moment venait de passer. Elle sentit la tête de Firiel venir s’appuyer contre la sienne. Ishina pensa qu’on devait les prendre pour un couple, un couple étrange, car c’était celle qui semblait aveugle qui guidait l’autre. Elle eut une image mentale très précise de la scène. Elle en vint à envier la personne a qui le cœur de Firiel appartenait, mais ce n’était pas une pensée noble et Ishina la chassa loin d’elle. Elles étaient amies et non pas amantes. Ishina avait déjà dit à Firiel que sa maison lui était ouverte, mais c’était surtout son cœur que Firiel avait réussie à ouvrir. Ishina savait déjà que si quelqu’un tentait de faire du mal à Firiel, elle se porterait contre cette personne de toutes ses forces et de tout son cœur pour la protéger. Elle se demanda une fois encore comment on avait pu priver de la vue une personne si sensible, si calme et si douce… Ishina appuya un peu sa tête contre celle de Firiel qui était sur son épaule.

- Ah, ma douce amie, que ce moment m’est doux… Moi, qui n’attendais rien de cette journée, vous l’avez éclairée de votre présence, si douce et si agréable. Je ne saurai jamais vous rendre la pareille, même en mille années…

Ishina avait passé un si bon moment jusque là qu’elle en avait oublié le verre et ne pensait qu’à se promener avec sa compagne de promenade. Firiel fit donc la remarque à juste titre. Ishina se devait de décrire l’endroit pour qu’elles puissent toutes deux jouir d’un autre moment agréable, un moment de discussion.

- Vous devriez voir une terrasse avec du mobilier en bois. La devanture de l’établissement est en pierre de taille et les montants des fenêtres sont en bois et peints en gris. Les serveurs sont vêtus de costumes sombres. C’est à cet établissement que nous allons. ‘La fosse des poèmes’ est son nom. Il y a, certains soirs, des talents qui viennent réciter des textes devant les clients. Chacun espérant attirer l’attention d’un mécène ou d’un producteur.

Ishina indiqua la table qu’elle prenait habituellement, la troisième table à droite sur la terrace lorsqu’on regardait l’établissement. Elle hésitait toujours à savoir si elle allait laisser payer Firiel ou non. Après tout, Firiel aurait encore besoin de ses économies pour bien des choses et Ishina avait une fortune qui ne semblait pas vouloir fondre. Mais, elle ne voulait pas froisser sa compagne en la privant d’offrir un petit quelque chose. Ishina trouva alors un compromis qu’elle espérait adéquat.

- Pour ce qui est du règlement des consommations, je propose que nous payons chacune notre tour, nous ne nous ruinerons pas ni l’une ni l’autre et nous ne disputerons pas pour payer, qu’en dites-vous?

Ishina se laissa guider jusqu’à la table et s’installa. Elle appela le serveur et passa commande. Laissant le soin à Firiel de prendre ce qu’elle voulait. Ishina attendit un moment, laissant le soin à Firiel d’ouvrir la discussion…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Ven 10 Avr - 17:14

Il n'y avait pas d'excuses à formuler. Firiel avait aimé l'inflexion que la voix d'Ishina avait prise, et loin de la gêner, cela l'avait ravie. Les méprises n'avaient pas lieu d'être, car elle sentait que sa compagne avait trop de respect pour oser quoi que ce soit de plus poussé que ces caresses et ces tendres mots, et cela soulageait l'humaine. Elle n'aurait pas eu ni courage, ni l'envie de repousser les lèvres de la démone au grand coeur si elle les avait avancées vers les siennes, ou vers sa peau. Certes, tout cela n'appartenait vraiment qu'à Tsukasa-sama. Mais ce corps où logeait un esprit délabré permettait encore à la jeune fille de se sentir vivante, et la proximité avec Ishina lui rappelait l'anatomie d'autres êtres qu'elle-même et le maître. Elle écouta sagement ce que lui répondit la jeune femme si généreuse, et une réplique lui vint aussitôt aux lèvres, mais elle la retint et la garda dans un coin de son esprit. Elles seraient certainement plus à l'aise pour échanger leur point de vue lorsqu'elles seront assises. Ce furent ensuite les sentiments qu'exprimait Ishina qui tira le rose aux joues de Firiel. Elle se sentait particulièrement touchée, car jusqu'ici, à qui sa présence avait-elle été utile? Alors, ça réchauffait son petit coeur d'humaine, à un point inimaginable. La sensation d'avoir fait quelque chose de bien était addictive, pour une fois, on ne lui tapait par sur les doigts. Léonard, avant d'avoir été injuste ou même mauvais, avait été terriblement cruel, aussi bien sur le plan moral que physique, et il avait laissé une soumise ravagée. Mais cette tendre démone qui accompagnait la musicienne recollait entre eux les morceaux de son coeur, puis comblait les failles et les brèches avec son amitié comme l'aurait fait un restaurateur talentueux avec un vase. Toute cette journée aurait un goût de "revenez-y" lorsque Firiel s'éveillera, le lendemain. Elle aurait voulu que cet instant soit éternel, car le courage lui manquera lorsqu'elle devra dire au revoir à son amie. Si le temps leur était compté pour aujourd'hui, l'humaine en profitera et savourera ces moments de complicité, d'échanges implicites, car Ishina avait été la première à savoir "caresser" son coeur, comme personne ne l'avait fait auparavant, elle y occupait déjà une place de choix.

Le plaisir est partagé, Ishina, et c'est surtout à moi de vous remercier. Les yeux que vous me prêtez actuellement valent bien plus que ma simple présence auprès de vous, et si je pouvais vivre mille ans, j'aimerais les passer en vous ayant toujours pour amie.

Firiel sourit, espèrant avoir répondu avec autant de délicatesse que la charmante démone, pour lui prouver qu'elle était aussi heureuse qu'elle, à cet instant. Mais elle se concentra lorsqu'Ishina lui décrivit le lieu où elles iraient se poser, pour siroter un petit quelque chose. L'établissement était de bon goût, et il laissa une très bonne impression à la jeune fille lorsqu'elle l'aperçut. Il était facilement reconnaissable, surtout avec les informations et les détails donnés. Un endroit charmant, le temps était doux et léger, c'était parfait pour l'occasion. La solution proposée par sa compagne fit se resserrer les lèvres de la jeune fille au drapé. Elle n'avait pas totalement gagné, mais d'une d'un autre, elle n'avait pas perdu non plus. C'était une petite victoire, car si elle avait déjà pu grapiller le consentement d'Ishina pour le payement individuel des boissons, cela lui permettait d'entrevoir d'autres victoires. Avec un peu plus de conviction, et en amadouant peut-être un peu, elle parviendra sûrement à payer d'elle-même ce qu'elle et son amie consommeraient. C'était déjà pas mal, non?

Bien... Mais la prochaine fois, je tiens à me charger de tout.

Sourire malicieux même si la belle démone ne pouvait pas le voir, Firiel avança jusqu'à la table indiquée, et avant de s'asseoir, elle prit soin de tirer une chaise pour que sa compagne puisse s'y asseoir, et elle lui laissa son bras jusqu'à ce qu'elle soit sûre que ses fesses seraient posées sur le bois. Le serveur interpellé prit les commandes, à savoir du vin de fleurs pour Ishina, et un peu d'eau arômatisée pour l'humaine. Cette dernière laissa d'abord l'employé s'éloigner, puis un bref silence, et elle prit la parole.

Si vous n'êtiez pas dotée de cette force d'adaptation, cette expérience vous aurait déplue, car vous ne vous seriez pas sentie à votre aise. Durant les premiers jours, c'est ce que j'ai ressenti, mais au fil du temps, ça s'est estompé. C'est d'abord grâce à votre sensibilité que vous pouvez prendre conscience de la force des mots, et de leur réelle valeur. C'est l'essence même, la forme brute de chaque être que vous sentez. La vue est une sorte de mensonge, et sans elle, la vérité semble plus proche. C'est, en tout cas, l'impression que j'ai.

Firiel espérait qu'Ishina comprendrait son sentiment, ce que luui avait appris sa cécité. Mais elle la savait tolèrante, compréhensive, et que peu de choses lui échappaient. C'est comme si l'humaine avait trouvé, dans cet être démoniaque et pourtant si généreux, bon et tendre, ce qu'elle avait toujours cherché: compassion, douceur, une présence et une oreille attentive. Comme si elle connaissait la démone depuis longtemps, et qu'elle était très loin de se lasser d'elle, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Lun 20 Avr - 14:43

Ishina continuait d’explorer le monde qui l’entourait de façon différente. Elle esquivait parfois des personnes qui allaient la cogner et elle faisait cela avec une certaine dextérité, son ouïe lui fournissant les détails sur l’emplacement des personnes qui venaient vers elle sans prêter attention à la démarche des deux femmes. Ishina sourit en entendant la voix de Firiel s’exprimée sur des excuses infondées. Elles se ressemblaient toutes deux, sur ce sujet. Mais Ishina ne fut pas d’accord avec la suite. La présence d’une personne aussi agréable valait bien plus que de prêter la vue quelques heures. Ishina aurait voulu guérir Firiel, mais elle ne possédait pas ce don. Elle trouvait même un peu cruel qu’elle doive rendre sa compagne à la nuit qui est la sienne, une fois qu’elles devront se séparer. Ishina fut touchée par la remarque suivante. Elle fit arrêter Firiel un instant et la serra contre elle pour marquer ce qu’elle ressentait. Ishina avait fermé les yeux à ce moment là. Et prononça d’abord juste un mot à l’oreille de Firiel.

- Merci…

Ishina savait que l’intonation de sa voix ne passerait pas inaperçu pour sa compagne de balade. Celle-ci était habituée à comprendre mieux les mots et les intonations. Ishina était touchée comme rarement par la déclaration de Firiel. Elle espérait que la jeune humaine aurait une vie longue et agréable. Et même si elle devait s’en mêler pour que cela soit, Ishina le ferait. Il était trop rare de rencontrer des personnes de la qualité de Firiel. Ishina reprit ensuite le chemin avec Firiel. Elle reprit la parole pour réagir au reste des paroles de Firiel.

- Comme vous l’avez dit, mon amie, il n’est pas besoin de remerciement entre nous, nous nous comprenons mieux que cela. Et si je pouvais, je vous rendrais définitivement la vue. Mais ce n’est pas à ma portée, malheureusement. Et votre présence vaut bien plus que de vous rendre la vue quelques heures. Je me trouve même un peu cruelle que de vous faire ce cadeau empoisonné qui finira bien vite…

La voix d’Ishina était un peu triste en évoquant la fin du partage, car la fin du partage marquerait la fin de cette journée et surtout de cette agréable promenade. Ishina sentit le changement de direction après avoir décrit l’établissement. Firiel devait avoir trouvé celui-ci. Elle se laissa installer par Firiel et entendit que celle-ci prenait place. Ishina ne voyait pas en cet instant. Elle leva le bras pour appeler un serveur. Ishina comprit à la voix de Firiel que cette dernière aurait voulu payer les consommations pour faire elle aussi un geste. Mais Ishina ne connaissait pas les fonds dont disposait l’humaine et préférait qu’elle garde son argent pour se faire plaisir à elle-même à un autre moment. Ishina sourit en entendant que la prochaine fois, ce serait Firiel qui se chargerait de tout. Ishina espérait déjà cette rencontre future. Comme si cette rencontre allait venir juste après celle-ci… Mais tout le monde n’avait pas la chance d’être une dilettante comme elle…

- Soit, je me plie à votre volonté, Firiel, mon amie. Vous aurez tout le loisir de choisir le programme et je me plierai à vos décisions. Je serai votre dévouée Ishina…

Ishina avait mis une légère pointe d’humour dans sa réplique. Elle pensait que Firiel la capterait, mais certaine que ce ne serait pas le cas pour les autres personnes qui se trouvaient là. Ishina rabaissa son bras en entendant partir la commande. Firiel avait une excellente mémoire. Encore un des talents de la charmante humaine. Firiel parlait d’adaptation. Ishina se rappela sa vie comme nourrice dans le village Nezumi ou encore lorsqu’elle s’entrainait avec son père. Il était plus dur de s’adapter pour une personne ne l’ayant jamais fait, mais Ishina avait du constamment s’adapter aux situations depuis qu’elle était en âge de lever une barrière télékinétique. Ishina écouta le récit de Firiel qui parlait de ses premiers jours d’obscurité. Ishina aurait toujours voulu pouvoir enlever se souvenir et ce qui en découlait. Ishina eut alors une idée. Elle pencha la tête vers une surface métallique lisse et polie, quasi un miroir. Elle espérait qu’elle se fixait dans les yeux…

- Je n’ai pas eu une vie facile et l’adaptation était de tous les jours, c’est peut-être cela qui m’a prémuni du destin qui était tracé pour moi, par mes parents. Je connaissais déjà la valeur et la puissance des mots, mais pas à un tel niveau. Je suis une élève entre vos mains. Et pour le reste, je suis d’accord avec vous, sans concession. Il faudrait priver de vue toutes les personnes de la ville pendant 24H. Ce serait une expérience unique pour chacun de nous. Voir la nuit de cette façon pour la première fois…

Le serveur déposa les verres et Ishina laissa payer Firiel, comme convenu. Elle but une gorgée avant de reprendre.

- Et bien, trinquons ensemble tant que c’est bien frais. A cette rencontre qui est la plus agréable depuis bien longtemps. A une amitié que j’espère aussi longue que la vie des étoiles.

Ishina redressa la tête pour que Firiel voie ce qu’elle faisait. Elle avait levé le bras pour que les deux verres s’entrechoquent. Ishina n’aurait pas pu espérer pareille journée en se levant, c’était impossible pour elle et le retour chez elle serait pire…
Revenir en haut Aller en bas
Firiel Hanabashi
Humaine
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 25
Date d'inscription : 04/12/2008

Maîtres/Soumis
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Maître de: Son talent
Soumis par: Tsukasa-sama ♥

MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mar 5 Mai - 21:05

Au fil des minutes passées en compagnie d'Ishina, et après tant de paroles douces et bienveillantes, Firiel commençait à oublier ce qu'elle était réellement. Elle ne pensait plus à son statut de soumise, ce qui était en soi un exploit, car habituellement, cette sensation d'infériorité la hantait en permanence. Il s'agissait là d'un autre cadeau de son ancien maître: ne jamais oublier que dans cette cité, elle n'était rien. Et que sans la vue, elle devenait un boulet que devait traîner avec lui son entourage. Ou plutôt, ceux qu'elle avait l'audace de venir irriter par sa simple présence. Pourtant, tout était différent avec cette sublime femme. Elle se sentait presque libre, son âme était la victime d'un étrange phénomène d'apesanteur quand ces intentions honorables réveillaient les vieux instincts humains. L'aveugle ne pouvait pas croire que cette atmopshère paisible lui était donnée comme cela, sans rien en retour, elle n'avait pas l'impression de mériter cette vie tranquille auprès du maître et de sa nouvelle amie. Car elle la considérait maintenant comme telle, même si elle aurait été incapable de l'avouer sans penser que la démone en aurait honte. Comme si ces sentiments blessaient son orgueil de maîtresse et salissaient sa fierté intime parce que leur propriétaire était une soumise. Mais ceci, elle commençait à l'oublier, ou l'avait déjà oublié. Elle avait compris l'importance toute particulière qu'attachait Ishina à l'égalité. Avant d'être démone et humaine, maîtresse et soumise, libre et enchaînée, forte et faible, elles étaient femmes et avaient les qualités qui accompagnaient ce fait. La jeune femme aux cheveux brumeux détectait la sensibilité de sa compagne du jour, et elle n'avait pas de scrupules à y trouver refuge, touchant d'abord ce coeur qui, par sa nature, aurait pu se montrer beaucoup plus cruel envers elle. Elle se sentait irrésistiblement attirée par cet esprit plein de finesse dans son jugement, et de compassion. Également aimantée par ce corps, elle l'aurait étreint des centaines de fois sans se lasser de ces sinuosités toutes féminines et de ce parfum délectable qui chatouillait ses narines lorsqu'Ishina la prenait dans le creux de ses bras. Comme à l'instant. Elle crut ne pas mériter ce remerciement chargé d'émotion, mais ne le confia pas à cette femme magnifique pour ne pas lui faire regretter ses paroles ou la froisser. Elle la serra birèvement dans ses bras, non pas parce qu'elle ne désirait plus ce contact -au contraire, prolonger ces marques d'affections ne l'aurait pas dérangée-, mais par peur de le désirer par la suite. C'était chaud, doux, et agréable, aussi rassurant qu'un cocon protecteur autour d'un nouvau-né. Se jeter dans les bras de la démone pourrait devenir très agaçant pour cette dernière si son amie s'avisait de le faire dès que l'occasion s'en présentait. La belle brune parla de rendre la vue à Firiel, qui écouta sagement ce qu'elle avait à lui dire afin de ne pas faire de contresens en ne saisissant pas toute l'étendue de ce qui ressemblait à une petite déclaration.

J'ai rarement eu de cadeaux plus agéables que celui-ci. Il me ravit, le seul fait que je puisse trouver regrettable, c'est qu'il vous prenne de votre énergie. Mais je ne pense pas qu'il soit empoisonné, du moins, je ne le vois pas comme tel. Je n'en aurai pas demandé davantage d'une personne que je connais depuis quelques heures, vous êtes bien consciente de tout ce que vous m'offrez en si peu de temps?

L'humaine avait déjà trop subi trop de violences, aussi bien physiques que verbales, pour songer à se plaindre de ce qu'on lui offrait actuellement ou à en demander davantage. Elle se doutait bien que même si elle tentait de contredire Ishina, cette dernière ne démordrait pas, et n'admettrait pas que la compagnie de la soumise puisse s'avérer désagréable ou irritante. Ce n'était pas de la vantardise, ou de la surestimation, mais un simple constat des faits: la démone ne paraissait pas être le genre de personnes à penser cela sans le dire ou le faire comprendre ouvertement. Or, Firiel n'avait pas reçu de signals semblables. Elle espérait simplement ne pas décevoir cette personne charmante, en tout cas, elle faisait de son mieux pour s'adapter à ce caractère serviable et irrésistible. Elle tentait également de la guider au mieux, connaissant les difficultés qu'avaient les aveugles pour se déplacer, elle faisait attention à certains détails qui, sans en avoir l'air, avaient beaucoup d'importance, comme l'état du sol où elles marchaient, s'il s'agissait de pavé ou de bitume, ainsi que de l'inclinaison des pentes douces de certaines rues. Elle tenait toujours fermement le bras de la dilettante, à moins que ce ne soit elle qui tienne le sien? Qu'importe, elles étaient liées et c'était tout ce qui comptait, au final, aussi bien pour l'une que pour l'autre. Les yeux d'ébène offraient une vision splendide à leurs compagnons grisâtres, qui réussissaient parfois à capter l'éclat d'un reflet sur la vitrine d'un magasin. Ils y voyaient la silhoutte de leur propriétaire, découpée dans son drapé blanc comme l'image d'une vierge, puis, à ses côtés, une autre silhouette plus grande et mince, comme la flamme rougeoyante d'une bougie, dans son kimono dont la couleur rappelait vaguement celle de la chair savoureuse d'une cerise. Les cheveux, noirs et brillants de force, retombaient sur les épaules arrondies mais pas relâchées, effleuraient la zone du tissu sous laquelle Firiel devinait les omoplates, puis la masse sombre chatouillait la colonne vertébrale. Les fils de soie lisses évoquaient à l'humaine, lorsqu'elle parvenait à les voir dans la glace, ces cascades qu'elle avait pu voir dans les livres d'images et de photographies de sa jeunesse. De grandes cascades s'écrasant dans un vacarme assourdissant au pied d'une montagne flanquée d'un lac en contrebas de ses flancs luxuriants. La jeune femme eut encore tout le loisir d'observer, dans le métal poli et éclatant de la table à laquelle elle s'était assise avec son amie, cette puissance qui se dégageait de ce portait pourtant délicat. Belle et subtile, d'une force remarquable et façonnée par de petits faiblesses qu'elle ne connaissait pas encore mais qu'elle devinait attachantes, Ishina Ayako était certainement l'une des démones les plus étranges et généreuses, mais aussi surprenante, que Firiel avait pu rencontrer jusqu'à présent. Ses mains gardaient, à quelques endroits, les marques de son passé, mais elles n'étaient pas rudes et conservaient cet aspect fragile et longiligne encore accentué par de longs ongles. Tous ces détails submergeaient l'aveugle maintenant voyante, car elle pouvait voir et constater à quel point sa compagne de balade était élégante, combien son esprit s'accordait à son physique, sans rien perdre de sa splendeur. Elle avait souri à la pointe d'humour démoniaque.

Je pourrai décider de vous prendre au pied de la lettre, Ishina.

Elle répondit sur le même ton, souriant sans ignorer que ça se sentirait. Ishina donna une nouvelle fois son point de vue, mais Firiel n'y trouva rien à redire. Cette vie dont elle parlait avait dû être particulièrement intéressante, vallonée d'évènements plus ou moins importants, mais craignant toujours de mal faire, la jeune femme se tut, par peur de mettre le doigt sur un sujet sensible au gré de leur conversation si elles décidaient de l'approfondir. Elle laissa s'échapper un assentiment peut-être un peu sourd, car ses lèvres demeuraient closes, mais sa voix porta suffisamment fort, vibrant dans sa gorge, pour qu'Ishina comprenne l'accord muet qu'elle venait de fournir. Les boissons furent déposées sur la table, et chacune paya sa consommation. Le porte-monnaie déjà peu garni de Firiel se vida presque, et elle se bénit de n'avoir pas insisté davantage pour récupérer l'obscurité qui lui revenait de droit, ou plutôt de force. Elle était un peu honteuse de n'avoir que cela, mais il était hors de question d'aller ennuyer Tsukasa-sama avec ça, il avait d'autres choses à faire et elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle lui donnait plus de dépenses qu'autre chose. L'aveugle leva son verre en souriant, et les surfaces transparentes s'entrechoquèrent dans un tintement clair. Tout était déjà dit, pas besoin d'ajouter quoi que ce soit, l'humaine attendit cependant que sa compagne ait porté le bord contre ses lèvres pour oser le faire à son tour. La gorgée d'eau arômatisée glissa sur sa langue, et provoqua de petits picotements de plaisir dans son dos lacéré par les cicatrices. Elle reposa ensuite le verre sur la table. Elle se sentait assez peu bavarde, elle ne savait pas si elle pouvait se permettre de prendre les initiatives pour lancer un sujet. Elle se saisit simplement de la main libre d'Ishina, la prenant entre les siennes avec douceur pour caresser dos et paume, comme une preuve muette d'affection. Elle se sentait des atomes crochus avec elle, et cette sensation de complicité lui avait échappé depuis plusieurs années, déjà, elle devait la savourer maintenant qu'elle en avait l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   Mer 6 Mai - 15:03

Ishina avait apprécié chaque moment à sa juste valeur. Elle appréciait encore et toujours cette après-midi avec Firiel. Elle se demanda comment le destin se faisait se croiser les gens, mais elle savait aussi qu’elle n’aurait jamais la réponse. C’était l’un des mystères de cette vie, au même titre de comment on devenait l’enfant de tel ou tel personne alors que vous ne ressemblez en rien à votre géniteur. Un léger vent vint rafraichir Ishina. Ishina avait apprécié tous les gestes de Firiel. Elle n’avait pas trébuché une fois ou cogner quelqu’un et elle savait que cela était le fait de sa compagne humaine, compagne d’une promenade… Pour Ishina, les personnes n’étaient pas soumises. Elle préférait avoir des compagnons. Elle ne retenait jamais un de ceux-ci s’il voulait partir. Elle devait faire la distinction pour elle. Elle enviait toujours la personne qui avait Firiel parmi ses compagnons et compagnes de vie. Elle continuait à se demander comment on avait pu se séparer d’une humaine aussi charmante et bien élevée, même si un peu trop timide par moment, mais la timidité des premiers instants avaient déjà su faire place à une certaine complicité. Ishina avait apprécié tous les contacts entre elles deux. Firiel était une personne chaleureuse lorsque l’on avait son amitié. Ishina attendit que Firiel trinque avec elle, puis, elle but une longue gorgée pour se rafraichir la gorge, écoutant ce que disait Firiel. Ishina ne trouvait toujours pas que ce fut un grand cadeau, mais elle laissa Firiel dire et celle-ci semblait tant insister qu’Ishina ne trouva plus a contredire ou répliquer sur ce point, mais pour le reste, elle allait prendre encore la parole…

- Allons, ne vous en faites pas pour l’énergie que cela me prends. J’aurai largement le temps de me reposer ce soir et les jours qui viennent s’il m’en vient l’envie. Je vous rappelle que je n’ai pas d’obligation de travail. Bien que cela soit ennuyeux certains jours, la vie de dilettante est parfois très agréable, comme cette après-midi.

On pouvait entendre la joie et le bonheur d’Ishina dans le son de sa voix. Rien n’aurait pu gâcher cet instant, vraiment rien dans ce monde. Ishina ne se rendait pas bien compte, elle était généreuse de nature avec les personnes qui lui plaisaient, que ce soit de court ou de longue date. Elle ne savait comment répondre à Firiel. De plus, elle trouvait qu’elle avait été raisonnable, enfin, plus qu’à l’habitude…

- Je ne pense pas avoir été si généreuse que cela. Et vous m’offrez plus que des objets ou la réparation de votre violon. Vous m’avez offert une merveilleuse après-midi en votre compagnie. Cela vaut tous les trésors, du moins, pour ma personne. Je suis bien souvent à me demander que faire. Et avec vous, j’ai l’impression que le temps serait agréable et facile, comme cet après-midi.

Le ton de la voix d’Ishina était toujours aussi joyeux, mais son esprit se demanda ce qu’on avait bien pu faire à la pauvre Firiel pour qu’un peu de générosité lui fasse sortir des mots pareils. Elle avait du vivre avec un monstre comme premier ‘maître’ et surtout, elle en gardait des traces et une certaine déférence. Ishina se demanda dans quel enfer un monstre pareil allait bien pourrir après sa mort… Si tant est qu’il fut toujours vivant… Ishina se leva et alla vers Firiel en suivant la table. Elle l’embrassa sur le front et la serra contre elle une fois encore.

- Vous êtes trop gentille et agréable pour ne pas avoir envie de vous faire un rien plaisir. Je pense que si ca avait été l’inverse, vous auriez fait pareil. Je sens les traces d’une éducation dans vos réactions, mon amie… Oubliez cela en ma compagnie, vous êtes une dame au même titre que moi. En ma compagnie, vous êtes mon égale et personne n’osera me soutenir le contraire, je vous l’assure, mon nom de famille en effraye plus d’un… Mais ne vous tracassez pas, je n’ai pas a combattre, enfin, très peu souvent…

Ishina retourna s’asseoir de la même façon qu’elle était allée à Firiel pour lui parler dans le creux de l’oreille pendant qu’elle la serrait contre elle. Ishina sentit les effluves qui montaient de l’humaine pendant cette courte étreinte. Elle les appréciait, comme autant de révélateur de la personne qui les portait. Elle passa ses mains dans les cheveux et y sentit un ruban. L’ensemble était soyeux, Ishina en aurait envié la chevelure de la jeune humaine, mais elle soignait elle-même ses cheveux. Une fois qu’elle eut reprise sa place, Ishina reprit une gorgée et laissa son esprit libre de pensées car Firiel reprenait la parole. Ce ne fut que pour une courte phrase sibylline par rapport à la proposition qu’elle avait faite à Firiel. Ishina ne put s’empêcher de sourire largement. Firiel pouvait demander ce qu’elle voulait, Ishina s’y plierait, elle n’avait qu’une parole. Et puis, qu’est-ce qui pourrait empêcher Firiel de se sentir comme une des ‘maîtresses’ de la cité pour une après-midi ? Elle pouvait vouloir savoir ce que cela faisait et Ishina se plierait agréablement à cette envie si elle le demandait…

- Vous êtes libre de demander ce qu’il vous plaira, et vous le savez. Je serai à votre entière disposition pour la journée qu’il vous plaira. C’est ce que je laissais entendre. Je suis certaine que vous devez avoir des envies qui ne pourront trouver écho que dans ce genre d’offre, comme avoir quelqu’un qui vous obéirait au doigt et à l’œil.

Ishina parlait d’une voix un peu taquine. Mais elle était bien décidée à ne pas revenir sur sa parole. Elle releva son verre et bu une autre gorgée. La première chose qu’elle ferait a leur prochaine rencontre, ce serait de proposer ses yeux à son amie, comme elle le faisait en ce moment. Avec de l’entraînement, Ishina savait qu’elle fatiguerait moins vite et qu’elle donnerait un lien plus sur à son amie. Ishina attendit la réaction de Firiel à la dernière et à l’intonation qu’elle avait utilisée pour la prononcer…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une promenade par temps clair [PV Firiel Hanabashi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane]
» eks. ? le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir, parce que la lumière me gêne. ?
» Promenade au clair de lune [Aetius]
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devotion [Maîtres/Soumis] :: Inscriptions :: RP-
Sauter vers: